Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

« Un bon joueur et une bonne personne » - Kivi

L'attaquant Joel Armia compte Karri Kivi parmi ses partisans qui a rapidement remarqué le potentiel remarquable du jeune athlète

par Matt Cudzinowski. Traduit par Visionnaire Communications. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Comptez Karri Kivi, l'ancien entraîneur de Joel Armia parmi ceux qui sont très heureux de voir l'attaquant du Tricolore connaître un excellent début de saison 2019-2020.

Le Finlandais de 49 ans était rayonnant de fierté quand Armia a inscrit son sixième but de la saison contre les Maple Leafs de Toronto samedi soir. Ce filet qui a propulsé Armia en tête des buteurs des Canadiens cette saison s'est avéré être celui de la victoire.

Kivi, qui a dirigé la formation de Porin Ässät dans la Ligue élite de Finlande quand Armia évoluait encore dans son pays natal, n'était pas du tout surpris de la façon dont l'ailier droit des Canadiens a battu le gardien Michael Hutchinson sur un échappé.

Le fait que le but est survenu seulement sept secondes après la mise au jeu initiale en troisième période n'était pas un choc non plus pour son ex-entraîneur.

« Ce n'était pas la première fois qu'il marquait tôt dans une période. Je me suis mis à rire quand j'ai vu cela se produire », ricanait Kivi avant de se payer la tête du gardien Hutchinson. « C'était un but typique d'Armia, j'étais probablement plus prêt à voir cela se produit que le gardien. »

Video: TOR@MTL: Armia marque en A.N. tôt en 3e période

Si Kivi n'était pas du tout surpris du geste d'Armia en échappé, il insiste que l'athlète de 26 originaire de Pori possède plus d'un tour dans son sac pour loger la rondelle au fond du filet.

De 2010 à 2013, Kivi a profité d'un regard privilégié sur les prouesses offensives d'Armia en Finlande.

Il a comparé sa capacité à trouver le fond du filet à celle d'un certain héros national et membre du Temple de la renommée. 

« Il est un peu comme Teemu Selanne que j'ai bien connu. La façon que Teemu marquait et que Joel marque se compare de sorte que chaque but est un peu différent. Armia possède aussi ce talent, raconte Kivi. Il possède beaucoup d'options. Il est calme, il arrive à apercevoir les rondelles libres. Parfois, il loge la rondelle dans le haut du filet, parfois dans le bas, du revers ou sur un tir régulier. »

Video: MTL@SJS: Armia fait habilement dévier le tir de Domi

Kivi se souvient encore d'avoir découvert le jeune Armia en Scandinavie.

L'impression qu'il a laissé à son arrivée avec le club Porin Ässät a été plutôt impressionnante.

« Il avait 17 ans quand il est arrivé et il possédait un talent immense, un des meilleurs de l'histoire du club, explique Kivi. Dès la première semaine, il a démontré qu'il allait rester toute la saison avec nous. Il était déjà très rapide. Il n'était pas un joueur finlandais typique à l'époque. Il était différent. »

Comment Armia se distinguait-il des autres joueurs? Tout était lié à sa façon de se comporter en possession de la rondelle.

« Il ne se pressait pas quand venait le temps de conclure un jeu. Quand il avait une occasion de marquer, il était très calme, ajoute Kivi qui a vu Armia inscrire 18 buts à sa saison recrue, 18 autres à sa deuxième saison et 19 à sa dernière campagne avant de traverser l'Atlantique pour poursuivre son parcours en Amérique du Nord « Il était très sûr de lui quand il profitait d'une occasion de marquer. Il était tellement spécial. Il immédiatement a saisi l'attention des spectateurs puisque Pori est une ville reconnue chez nous dans le monde du hockey. »

Sous les ordres de Kivi, Armia a joué un rôle important pour conduire l'équipe de sa ville au titre de la Ligue élite de Finlande en 2013.

Ses trois buts et huit points en 16 matchs éliminatoires ont été énormes, mais Kivi se souvient particulièrement d'un but en saison régulière qui a fait toute la différence au monde.

« Il était un ailier au sein du premier trio et il a marqué le but le plus important de la saison. Nous connaissions de très grosses difficultés cette année-là avec beaucoup de hauts et de bas. C'était en janvier et notre le match le plus important cette saison-là si je me souviens bien. Il a marqué en prolongation contre KalPa et nous avons remporté 15 des 16 matchs qui ont suivi, raconte Kivi. C'est un but dont je me souviendrai toute ma vie. Absolument tout a changé après ce but. »

Video: DET@MTL: Armia déjoue Bernier d'un tir vif

Kivi a suivi les progrès d'Armia au cours des dernières saisons il a particulièrement aimé voir son jeu régulièrement s'améliorer de Winnipeg à Montréal. 

L'évolution de son ancien joueur pour devenir une valeur sûre aux deux bouts de la patinoire est particulièrement gratifiante pour lui.

« Je savais quand il a pris la direction vers la LNH qu'il lui faudrait quelques années pour s'ajuster. Quand il avait 17 ans, il se concentrait seulement sur l'attaque, mais il est très bon défensivement maintenant. Il a une bonne vision du jeu, louange Kivi. Il écoule même les pénalités alors c'est bon de voir qu'il a grandi. »

Au cœur de l'admiration de Kivi pour le vétéran de six ans dans la LNH est la bonne nature d'Armia et l'excellente éducation qu'il a reçue de ses parents.

« Il est spécial, car c'est un bon gars et il aime vraiment le hockey. Il est un bon joueur et une bonne personne. Il sourit probablement 350 jours par année, lance Kivi en riant. Il a aussi de très bons parents. Ce sont des gens très ancrés alors c'est magnifique peux eux que leur garçon joue dans la LNH, particulièrement à Montréal. Il n'a pas encore atteint son sommet, mais chose certaine, il s'améliore. »

Video: MTL@BUF: Armia réplique pour le CH en I.N.

Quant à sa passion insatiable pour le jeu, Kivi a une anecdote spéciale à partager… 

« Je me souviens comme entraîneur adjoint quand il jouait chez les moins de 20 ans. C'était au début de 2010 et le j'ai ramené chez lui un soir et il était près de minuit. J'ai entendu dire plus tard qu'il n'avait pas bien joué dans le tournoi alors il est immédiatement descendu dans son sous-sol pour tirer des rondelles, raconte Kivi. Joel ne sait peut-être pas que je suis au courant, mais sa mère m'a raconté cet épisode. Il était tellement fâché qu'il s'est entraîné au beau milieu de l'année. Je ne crois pas avoir déjà dit à Joel que je connaissais cette histoire. »

En voir plus