Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Jusqu’au bout

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Les Canadiens ont multiplié les occasions de marquer dans les derniers instants contre les Panthers. Mais il était déjà trop tard.



Le gardien Peter Budaj, qui obtenait son premier départ de la saison à domicile, a vu sa soirée de travail gâchée par l’opportunisme des Panthers, lui qui n’a cédé qu’à deux reprises sur les 25 tirs dirigés vers sa cage.

« C’est une défaite difficile parce que je crois que nous avons bataillé fort en troisième période. En première, ils sont sortis en force, mais nous avons été capables de nous battre avec eux et nous avons eu nos chances de marquer », a souligné Budaj au sujet du nombre élevé d’occasions que les Canadiens ont généré, malgré les sept tirs au but. « Nous savions que nous pouvions revenir. On a déjà marqué deux buts en une période avant. En troisième, nous avons patiné fort, foncé au filet et avons été récompensés par un but. »

En vrac: P.K.Subban
Avec un calendrier ultra-compressé au cours des dernières semaines, avec notamment 14 matchs en décembre, malgré une pause de six jours à Noël, les joueurs du Tricolore en ont vu et vont encore en voir, du temps de glace.

« On ne peut pas blâmer le calendrier », mentionne toutefois Budaj qui, effectuant un huitième départ cette saison, présente maintenant une fiche de 5-2-1. « Chaque équipe passe à travers des moments difficiles au cours d’une saison. Les matchs s’accumulent à cause des Olympiques, mais ce n’est pas seulement pour nous. »

Même si les joueurs refusent de mettre leurs récents insuccès sur le compte du calendrier serré, l’entraîneur-chef, qui compte huit ans d’expérience dans la LNH, savait très bien en regardant le calendrier au début de la saison que certaines séquences risquaient d’être ardues.

« On a joué beaucoup de hockey en moins de trois semaines, dont 11 matchs avec du voyagement. C’est une équipe qui est drainée. Ils sont vidés ces gars-là. Le citron est pressé en ce moment. Quand physiquement, l’énergie est à zéro pour la plupart des joueurs, c’est certain que l’exécution n’est pas là », a soutenu le pilote du Tricolore, qui a décidé d’offrir une journée de congé à ses joueurs lundi matin, eux qui participeront toutefois à la traditionnelle visite des hôpitaux. « Il ne faut pas oublier que bien que ce sont des athlètes, ce sont des humains. Ils ont donné ce qu’ils avaient à donner dans les circonstances. Je ne suis pas là pour les blâmer. Je suis conscient des choses qu’on leur demande, ce qui est très exigeant. »

Arrivés très tard de Long Island en raison de la tempête de neige qui sévissait sur le Québec au cours de la nuit dernière, les Canadiens n’ont pas eu beaucoup de temps pour se préparer en vue de la rencontre de dimanche soir contre les Panthers.

« Je pense qu’on a connu un début moyen. Ça arrive souvent à des équipes qui jouent la veille et qui reviennent tard. Mais on a fait des ajustements. Les gars ont tout donné. Je sais ce qu’ils avaient à donner et ils l’ont donné », a mentionné Michel Therrien qui a rappelé à plusieurs reprises après la rencontre à quel point le calendrier était lourd pour son équipe.

Un que le calendrier ne semble toutefois pas affecter est P.K. Subban. Fidèle à ses habitudes, il a connu une bonne soirée de travail, dominant avec quatre tirs au but, cinq mises en échec, une mention d’aide et 27:40 de temps de jeu.

« Je crois que nous avons offert un bel effort, mais nous n’avons pas réussi à tirer profit de nos occasions de marquer. Ils ont tiré avantage de chacune de leurs chances. Nous devions marquer lors de ce 5 contre 3 en fin de match et nous n’avons pas réussi », a soutenu Subban, qui a joué 6:41 en avantage numérique, soit 100% du temps passé par les Canadiens en supériorité numérique dans le match.

« Ce n’est pas comme si nous n’avions aucune chance de marquer. Il faut juste persévérer et trouver le fond du filet. Ce n’est pas un manque d’effort de la part des gars. Les défenseurs doivent envoyer plus de rondelles au filet », ajouté Subban, qui a vu les Panthers servir aux Canadiens le même genre de médecine qu’ils servent d’habitude aux équipes adverses, bloquant un total de 22 tirs, dont huit provenant des bâtons de défenseurs. « Nous jouons de façon un peu trop conservatrice. Il faut trouver les lignes et envoyer ces rondelles au filet. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI:
Le jeu des chiffres - 15 décembre 2013
Faits saillants: Canadiens vs. Panthers
Sommaire
Face à face: Canadiens vs. Panthers
Une victoire plus que méritée

En voir plus