Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Jour de match: Canadiens vs. Bruins #4

par Staff Writer / Montréal Canadiens

- Les Canadiens ont tenu un entraînement optionnel jeudi matin au Complexe sportif Bell, en vue du match #4 de la série les opposant aux Bruins, au Centre Bell. Au total, 20 joueurs, incluant les deux gardiens ont sauté sur la glace en compagnie de Clément Jodoin, Gerard Gallant, Jean-Jacques Daigneault et Stéphane Waite.

- Le défenseur Nathan Beaulieu, qui s’entraîne depuis le début des séries avec les autres joueurs rappelés des Bulldogs, a patiné en compagnie du reste des Canadiens, lors de l’entraînement principal de l’équipe.

- Le gardien de but Dustin Tokarski était également de l’entraînement, lui qui avait patiné en compagnie du reste de l’équipe lors de l’entraînement matinal de mardi matin, avant le match #3.

- Les joueurs qui n’étaient pas de l’entraînement sont Max Pacioretty, Brian Gionta, Brendan Gallagher, Brian Gionta, Dale Weise, Carey Price, Lars Eller et P.K. Subban.

- Après un match #3 où les mises en échec ont été un peu moins percutantes et où le niveau d’intensité physique a penché surtout du côté des Canadiens, beaucoup s’attendent à ce que les Bruins rebondissent et distribuent les coups d’épaule à tous les vents jeudi soir.

« Ça faisait partie de notre plan de match de jouer de façon plus physique. Plus tu joues de façon physique, plus tu fatigues les joueurs adverses. C’était notre objectif», a souligné Travis Moen, qui a disputé son deuxième match dans la série mardi soir. «Je m’attends à ce qu’ils jouent de la même façon qu’ils le font toujours. Ils sont gros, forts, ils envoient beaucoup de rondelles au filet. C’est de cette façon qu’ils jouent toujours. Il faut qu’on joue 60 minutes si on veut gagner et il faut connaître un bon début de match, comme c’est arrivé lors des derniers matchs. »

Pour le défenseur Josh Gorges, qui a vu ses coéquipiers Alexei Emelin et Douglas Murray asséner pas moins de 12 mises en échec dans le match #3, la série grimpe en intensité, à chaque jour qui passe.

«Je suis certain qu’ils vont vouloir ouvrir la machine. Chaque match est un peu plus robuste, un peu plus difficile que le précédent. On ne s’attend à rien de différent », a souligné Gorges, qui a été le deuxième joueur le plus utilisé par Michel Therrien mardi, après P.K. Subban. «Le match #4 est crucial pour les deux équipes. On s’attend à ce qu’ils amorcent le match en force. »

- Pour une rare fois, Alexei Emelin s’est entretenu avec les journalistes après la séance d’entraînement matinale, lui qui joue un rôle important dans l’aspect robustesse de la série avec déjà 15 mises en échec en trois matchs.

«On s’attend à ce qu’ils soient plus physiques, mais je dois me concentrer sur ce que j’ai à faire. J’aime bien le défi que représente de jouer contre les Bruins », a mentionné Emelin qui a souvent eu maille à partir avec Milan Lucic, des Bruins. Mais pour Emelin, le nom en arrière du chandail importe peu. «Je ne joue pas seulement de façon robuste contre Lucic. Je joue contre chaque équipe et chaque joueur de la même façon.»

«C’est un défenseur qui très robuste qui joue avec beaucoup de courage », a pour sa part souligné Michel Therrien au sujet du robuste défenseur russe. «Il ne regarde pas contre qui il va se frotter dans les coins de patinoire. C’est un joueur qui amène un bel élément physique au sein de notre brigade défensive et il fait un excellent travail. »

Même si Emelin ne maîtrise pas encore totalement la langue de Shakespeare, l’entraîneur-chef avoue que la situation est bien différente de ce qu’elle était, il y a deux ans.

«C’est une personne qui est de plus en plus à l’aise avec ses coéquipiers et ses entraîneurs. C’est un processus tout à fait normal », a souligné Therrien. «Mais j’aime surtout la façon dont il s’exprime sur la patinoire. »

- Michel Therrien a décidé de brasser un peu ses cartes lors du match #3, en insérant Brendan Gallagher au sein d’un trio avec David Desharnais et Max Pacioretty tôt en première période. De son côté, Thomas Vanek s’est retrouvé avec Tomas Plekanec et Michaël Bournival.

Véritable bourreau de travail, Gallagher amène une nouvelle dimension au premier trio des Canadiens, une dimension qui force Pacioretty et Desharnais à faire preuve d’adaptation.

«Il faut travailler un plus dur avec Brendan. Il va dans les coins et il faut l’appuyer un peu plus », a offert Desharnais, qui compte un but et trois points à sa fiche en sept rencontres en séries jusqu’ici. «Avec Vanek, on risque plus de se concentrer sur des jeux de finesse dans l’enclave, alors qu’avec Gally, on garde les choses plus simples. On fait des jeux et on fonce au filet. C’est à nous de travailler fort avec lui.

Partisan du style «papier sablé» de Gallagher, Desharnais insiste sur le fait que Pacioretty et lui sont prêts à faire les ajustements nécessaires pour s’assurer que leur trio connaisse du succès dans le match #4.

«Il faut l’appuyer dans les coins. Il travaille exceptionnellement dur », a expliqué Desharnais. «Avec Vanek, on table plus sur le mouvement de rondelle et les petits jeux. Avec Brendan, on est plus au niveau de foncer dans le coin et de se battre pour la rondelle.»

- Le match débute à 19h30

En voir plus