Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Benn : «Dallas a eu tout un impact sur moi»

Jordie Benn entrera dans le vestiaire des visiteurs du American Airlines Center pour la première fois de sa carrière mardi

par Matt Cudzinowski. Traduit par Hugo Fontaine. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Bien que Jordie Benn ne soit plus un Texan à temps plein, son amour pour cet État du sud est plus fort que jamais.

Le défenseur de 30 ans a passé huit ans à la ligne bleue au Texas avant d'être échangé aux Canadiens en février.

C'est plus de temps qu'il en fallait pour que cet État marque profondément l'un de ses barbus les plus populaires. 

«C'est chez moi là-bas. C'est probablement la manière la plus facile de le décrire, mentionne Benn, qui effectuera mardi soir une première présence devant les partisans des Stars depuis la transaction.

«Le style de vie est très terre à terre, un peu "de la vieille école", ce que j'aime beaucoup. Dallas a eu tout un impact sur moi. Pendant mes huit années au Texas, je me suis complètement imprégné de la culture. J'adore ça là-bas. J'ai rencontré beaucoup de gens du monde du hockey et de l'extérieur. J'ai encore beaucoup de contacts et de très bons amis là-bas.»

Toutefois, la transition de sa ville natale de Victoria, en Colombie-Britannique, à l'une des métropoles les plus peuplées des États-Unis n'a initialement pas été de tout repos.

«J'étais jeune et nerveux à l'époque. Je m'éloignais de mes parents et du domicile familial pour la première fois. Mes premiers mois ont été difficiles et je m'ennuyais beaucoup de la maison, se souvient Benn, qui a déménagé au Texas en 2009 pour évoluer avec les Americans d'Allen, alors dans la CHL, le club-école des Stars à l'époque. 

«C'était tellement différent, surtout la météo. Tu entends à quel point il fait chaud, mais tu ne le réalises pas avant d'arriver sur place. Étant un roux à la peau pâle, c'était difficile», admet-il en riant.

Mais avec les encouragements de ses parents, avec l'aide d'un bon coéquipier et de la fameuse hospitalité du Sud, Benn a éventuellement commencé à se sentir à l'aise, en vue de passer la majorité de sa vingtaine au Texas.

«Mon père et ma mère m'ont tellement appuyé. Ils m'ont dit : "Ne reviens pas, passe à travers". J'ai également eu un cochambreur, Liam Huculak. J'habitais avec sa copine et lui et ça m'a facilité les choses. Ils m'ont tellement aidé, se souvient Benn à propos de ses premières années en banlieue de Dallas. 

«Les gens là-bas sont tellement gentils. Ils nous ont accueillis à bras ouverts à Allen. Peu importe l'occasion qu'ils avaient de nous aider, ils le faisaient. Que ce soit pour les repas, un endroit où vivre ou même une voiture.»

Avoir son petit frère, Jamie, non loin n'a pas nui non plus. L'actuel capitaine des Stars est arrivé au Texas en même temps que Jordie pour amorcer sa carrière dans la LNH.

Éventuellement, les deux sont devenus coéquipiers, et colocs, en plus d'être pratiquement inséparables jusqu'au départ de l'aîné pour Montréal.

«C'est ce que je me rappelle le plus, jouer avec mon frère et vivre notre rêve d'être dans la LNH, sur la patinoire et à l'extérieur, explique Benn, qui a disputé 302 parties dans l'uniforme des Stars, entre 2011-2012 et 2016-2017.

«On était inséparables. On allait à l'aréna ensemble et on repartait ensemble. Ç'a été très spécial de jouer dans la LNH et de vivre notre rêve ensemble durant toutes ces années.»

Quand Benn ne peaufinait pas son art sur la glace, il s'assurait de découvrir tout ce que le secteur de Dallas-Fort Worth avait à offrir.

«J'adorais aller à Fort Worth et marcher dans le Arts District et dans le quartier Deep Ellum. Il y a plusieurs vieux pubs et des bars plus discrets. Il y régnait une atmosphère très cool. La météo était évidemment incroyable. On peut faire tout ce qu'on veut à longueur d'année. Il y a également un parc d'attractions Six Flags, qui est excellent pour aller lâcher son fou, indique Benn, avant d'énumérer quelques-uns de ses restaurants favoris du coin.

«Ce dont je m'ennuie le plus est la nourriture. La grosseur des plats, les côtes levées, la viande qu'ils préparent et le barbecue. J'allais toujours au Loon. Le Hillstone a d'excellentes côtes levées. J'étais aussi un régulier chez Al Biernat's, un steak house», renchérit-il, sourire en coin.

Instagram from @jamiebenn14: Happy Birthday @jordiebenn #ZeroDarthThirty Couldn't ask for a better bro!

Le vétéran défenseur adorait chacun des aspects de sa vie de Texan d'adoption, dont sa nouvelle passion pour le football.

«Lorsque je suis arrivé au Texas, je n'étais pas un gros fan de football. Je ne regardais jamais la LCF (en Colombie-Britannique). Je trouvais le football ennuyeux en raison des nombreux arrêts de jeu. Mais je suis devenu un mordu des Cowboys en habitant là. J'adore le football du dimanche et regarder les matchs avec mes amis, raconte celui qui aime également les Rangers du Texas au baseball. 

«Je me suis lié d'amitié avec (le lanceur) Derek Holland. Il nous a souvent donné des billets et ses coéquipiers et lui nous ont beaucoup fait connaître le monde du baseball.»

Avec le temps, Benn a commencé à vivre au Texas 12 mois par année, retournant à Victoria quelques semaines chaque été avant de retourner au sud de la frontière pour la saison de hockey.

Ces temps-ci, le défenseur des Canadiens est activement à la recherche d'une maison à Dallas, où il continue de passer la saison morte à s'entraîner en compagnie de Jamie et de quelques anciens coéquipiers. Il va sans dire que Benn avait encerclé depuis longtemps le voyage que fera le Tricolore cette semaine… soit depuis le dévoilement du calendrier de la LNH en juin dernier. 

Video: Jordie Benn parle de son frère Jamie

«Jamie et moi étions à Dallas lorsque le calendrier a été publié et on a tout de suite regardé quand il viendrait à Montréal et moi à Dallas, confesse-t-il. C'est un peu stressant de jouer contre d'anciens coéquipiers. Mais je l'ai fait l'an dernier (à Montréal). Ça va être amusant de retourner là-bas.» 

En voir plus