Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Harris: Un héros des Huskies pour la vie

Grâce à son but gagnant en prolongation, l'espoir du Tricolore a permis à l'Université de Northeastern de remporter un troisième championnat Beanpot consécutif pour la première fois de son histoire

par Dan Braverman, traduit par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - L'histoire de l'Université de Northeastern au Beanpot n'est pas aussi riche que les trois autres écoles qui participent au tournoi annuel. Les Huskies n'avaient toujours pas gagné après les 28 premières années de l'événement. C'est finalement un but de Wayne Turner qui leur a procuré un premier championnat Beanpot en 1980.

Et avant 2020, Northeastern n'était jamais parvenu à remporter deux championnats consécutifs.

Qui est l'homme responsable du but vainqueur qui a permis aux Huskies de mettre la main sur un troisième championnat Beanpot consécutif? Il s'agit de l'espoir des Canadiens Jordan Harris.

Tweet from @NESN: .@GoNUmhockey sophomore @jharris004 will live in Beanpot history forever. @coxcourtney speaks with Harris after his game-winning goal in the 2020 Beanpot final, which earned him VA Hero of the Week honors. #VAcares To learn more visit https://t.co/mU7UI7ha8N pic.twitter.com/az7D7p7GYC

Harris, un étudiant de deuxième année âgé de 19 ans qui a été repêché par les Canadiens au troisième tour (71e au total) en 2018, avait goûté à la victoire avec les Huskies la saison précédente lorsque son compatriote et espoir du Tricolore Cayden Primeau avait mené son école à ses deux premières conquêtes consécutives du tournoi depuis 1984-1985.

Et alors que la marque était de 4-4 en deuxième période de prolongation lors de la finale 2020 contre l'Université de Boston, Harris a suivi les conseils de l'entraîneur associé de Northeastern, Jerry Keefe, et a cherché une occasion de mettre la rondelle au filet.

« Lorsqu'on a obtenu un jeu de puissance, je suis allé au banc. L'entraîneur Keefe est venu me voir et il m'a dit: Si tu peux prendre le centre de la zone et décocher un tir, la rondelle a de bonnes chances de se rendre au filet », a décrit Harris, originaire de Haverhill, dans l'État du Massachusetts, à environ 45 minutes de voiture au nord du TD Garden. « J'ai reçu la rondelle et [Aidan] McDonough sur le long de la bande. J'ai vu que leur attaquant s'est dirigé vers la bande, alors j'ai tenté de me diriger ver le milieu de la zone et tirer. Je voulais simplement que la rondelle se rend au but. Heureusement, mon tir s'est rendu au fond du filet. »

Harris a ainsi inscrit son nom dans l'histoire des Huskies, permettant à Northeastern de remporter son premier triplé au championnat Beanpot.

Tweet from @GoNUmhockey: For the first time during @GoNUmhockey history, the #HowlinHuskies are 3���-time defending #Beanpot champions������💻 | https://t.co/a7D6AAKxZe📸 | https://t.co/YQNeA19uUl pic.twitter.com/5LgZSU7V0H

Une partie de la tradition

Disputé pour la première fois en 1952, le championnat Beanpot est un tournoi qui se tient chaque année et qui regroupe les quatre principales écoles de hockey universitaire de la région du Massachusetts, soit Northeastern, Harvard, Boston University et Boston College.

C'est devenu en quelque sorte un rite de passage pour les jeunes joueurs de hockey de la ville. C'est un événement qui attire l'attention des partisans de sport de la région.

Tweet from @GoNUmhockey: #Beanpot champs...again!!!!!!! #HowlinHuskies #ThreePeat pic.twitter.com/5AqQJ32vta

Et avec la finale de cette année, qui a accueilli la plus grande foule dans l'histoire du Beanpot, soit 17 850 spectateurs, Harris savait qu'il allait prendre part à quelque chose de spécial lorsqu'il a sauté sur la glace le 10 février dernier.

« Il y avait près de 18 000 personnes. Ça ressemblait à un match des séries de la LNH. Je pense que c'était le même genre d'ambiance. Je crois que ça montre l'importance du match et ça nous donne beaucoup plus d'énergie », a souligné le défenseur de 5pi11p et 179 lb. « Ce genre de match n'arrive pas souvent au hockey universitaire alors c'est très amusant pour nous. »

Tweet from @GoNUmhockey: A BIG thank you to all the #HowlinHuskies fans that came out tonight especially @NUDoghouse!!! pic.twitter.com/gpwWFkCKK2

Ce n'est pas rien d'inscrire son nom dans le livre du programme de hockey collégial.

« Au moment même, tu ne réalises pas l'ampleur. C'était une chance pour nous d'écrire l'histoire de l'école, donc c'était vraiment important pour moi de le faire pour l'école, l'équipe et les entraîneurs », a partagé Harris. « J'ai ensuite réalisé ce qu'on venait d'accomplir et à quel point il y avait beaucoup de gens et l'importance du Beanpot. »

Harris était l'un de ces enfants de la région de Boston qui regardait le Beanpot lorsqu'il était plus jeune, ce qui rend l'expérience encore plus spéciale pour lui après avoir inscrit ce but historique.

« Ce fut énorme. C'était génial de voir tout le soutien que j'ai reçu sur Twitter et par messages textes. Je ne peux pas dire qu'il y a un message en particulier qui ressort. J'ai reçu plusieurs textos de mes amis avec qui j'ai grandi. Ça signifie beaucoup pour moi », a-t-il expliqué. « Le fait qu'ils ont regardé le match et qu'il y avait beaucoup de gens fiers de mon équipe et moi pour ce que nous avons accompli, ça signifie beaucoup. »

Gravir les échelons

Si la saison 2018-2019 a été importante pour Harris, qui a fait le saut de l'école Kimball Union Academy directement à la NCAA, la campagne 2019-2020 est autant plus spéciale.

Harris dispute de grosses minutes au sein de la brigade défensive des Huskies et il a repris son rôle de meneur qu'il a perfectionné avec l'entraîneur Tim Whitehead à Kimball.

Video: Jordan Harris répond aux questions des partisans

Mais la progression de Harris va bien au-delà du Hockey East Association de la NCAA. Le défenseur américain a également eu la chance de revêtir les couleurs de son pays pour la première fois au Championnat mondial de hockey junior 2020 de l'IIHF en République tchèque. 

« Pour être honnête, ce fut vraiment spécial. Le fait de jouer sur l'une des plus grandes scènes dans le monde du hockey. C'était quelque chose que je voulais réaliser depuis un certain temps, représenter les États-Unis. J'ai passé proche à quelques occasions, mais j'ai finalement pu enfiler ce chandail. Évidemment, on n'a pas obtenu les résultats escomptés, mais ce fut vraiment spécial », a raconté Harris qui a inscrit le premier but des Américains dans une victoire par la marque de 6-3 le 27 décembre dernier contre l'Allemagne. « Et le fait d'être dirigé par Keefe et que mon père était présent, c'était vraiment bien. J'ai eu beaucoup de plaisir. »

De retour à Northeastern, Harris ne semble pas déconcerté par la responsabilité accrue qui lui a été confiée. Au contraire, il a égalé son total de points (1B, 12A, 13P) en 39 matchs lors de sa première année en seulement 18 matchs cette saison.

Video: Un espoir des Canadiens excelle à sa deuxième année

Avant de se lancer dans son aventure collégiale, l'étudiant en administration des affaires a identifié les systèmes et la structure comme les plus grands obstacles qu'il a dû surmonter lors de la transition de l'école préparatoire à la NCAA.

Et avec un impressionnant 3,4 GPA pour accompagner toutes ses distinctions au hockey, il est certain que la façon dont Harris voit le jeu est devenu l'une des plus grandes forces.

« Je crois que c'est l'aspect que j'ai le plus amélioré: comprendre le jeu. J'ai beaucoup appris simplement avec une année d'expérience et par les succès de notre équipe. Je crois que je comprends beaucoup mieux le jeu et que je suis plus mature. Je dois continuer d'être constant, amener un côté robustesse et diriger des rondelles au but », a conclu Harris. « Tu vois à quel point c'est important lorsque tu atteins le niveau supérieur. »

En voir plus