Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Un rêve de «p'tit» gars

Jonathan Drouin peine à croire qu'il portera désormais les couleurs de l'équipe de son enfance

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

MONTRÉAL - L'attaquant Jonathan Drouin avait des plans très simples pour sa journée de jeudi : jouer au golf avec ses amis. Mais un coup de fil de Marc Bergevin est venu contrecarrer ses plans.

«J'ai d'abord reçu l'appel de mon agent, puis celui de Marc qui me demandait de venir ici [au Centre Bell], alors j'ai annulé ma partie de golf! C'est une journée un peu chargée, un peu différente des plans que j'avais quand je me suis levé ce matin, mais je suis bien heureux que ce soit arrivé. C'est mieux que le golf», a dit l'attaquant de 22 ans, sur qui le directeur général des Canadiens a mis la main au cours de la journée, en envoyant au Lightning de Tampa Bay l'espoir à la ligne bleue Mikhail Sergachev - des choix au repêchage ont aussi été échangés.

C'est donc un rêve de «p'tit» gars que Drouin a réalisé en enfilant pour la première fois le chandail bleu-blanc-rouge à son baptême avec les médias montréalais.

«C'est un honneur. Quand je l'ai appris, pour moi, un jeune Québécois… c'était gros. Je souris depuis trois heures. C'est énorme pour moi, a-t-il dit.

Video: Jonathan Drouin signe son contrat avec les Canadiens

«C'est encore surréel. Je suis un petit gars de la place et tu ne penses pas vraiment que le jour où tu vas jouer avec les Canadiens va arriver. Je suis encore un peu sous le choc que ce soit le cas», a-t-il dit, rappelant qu'il avait déambulé dans les rues avec son chandail des Canadiens quand il était enfant.

Bergevin était évidemment fier de son coup. D'ailleurs, il n'a pas mis de temps à lui faire signer une prolongation de contrat de six ans, Drouin y apposant sa signature tout juste avant le début de la conférence de presse. Le D.G. a rappelé que les occasions d'obtenir un joueur de la trempe de Drouin ne se présentent pas souvent.

«Quand tu as la chance d'acquérir un joueur avec le talent de Jonathan à un si jeune âge - c'est très important. Une occasion comme celle-là ne s'était pas présentée en cinq ans. Ce n'était pas facile de laisser partir Sergachev, mais on ne pouvait pas laisser filer la chance d'avoir Jonathan», a mentionné Bergevin.

Il a admis que les Canadiens avaient peut-être donné beaucoup en échange, mais que c'était le prix à payer pour voir l'ancien troisième choix au total en 2013 s'amener à Montréal.

«On a donné beaucoup, mais j'ai confiance et je suis convaincu qu'on a obtenu un gros morceau. Cette transaction aidera énormément les Canadiens. On ne pouvait pas passer notre tour pour un joueur de ce calibre», a dit le directeur général, qui travaille sur ce dossier depuis quelques semaines déjà pour combler un manque au sein de sa formation.

À Tampa Bay, Drouin a joué à toutes les positions à l'attaque. Difficile pour lui de dire toutefois s'il est meilleur à l'aile gauche, à droite ou au centre.

«J'ai joué partout, mais au bout du compte, je ne décide pas où je vais jouer. Claude [Julien ] le fera et c'est comme ça que je vais le voir. Je vais me présenter au camp et peu importe où on me placera, c'est là où je jouerai», a mentionné celui qui a inscrit 53 points, dont 21 buts, en 73 matchs l'an dernier.

Le natif de Sainte-Agathe-des-Monts, au nord de Montréal, est très heureux de se joindre à une équipe qui compte déjà quelques joueurs étoiles.

«C'est déjà une très, très bonne équipe. Tu regardes [Max] Pacioretty, [Carey] Price, [Shea] Weber; la liste est longue. Je viens juste ici pour aider l'équipe. C'est ce que je veux faire. Je ne suis pas le seul gars qui peut faire le travail. On a vraiment beaucoup de joueurs étoiles qui sont ici depuis longtemps et qui sont bons depuis longtemps. Je suis content, parce qu'il y a de bons vétérans pour m'aider. J'ai trois ans d'expérience, mais je suis encore jeune», a rappelé l'ancien des Mooseheads de Halifax, dans la LHJMQ.

Video: Point de presse de Jonathan Drouin et Marc Bergevin

En voir plus