Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Impliqué dans toutes les facettes

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Brandon Prust est un gentilhomme, surtout lorsque vient le temps de mettre l’épaule à la roue, en dehors de la glace.

Si son jeu a beaucoup évolué depuis ses premiers coups de patin dans la LNH avec les Flames de Calgary il y a de cela 400 matchs, Prust est resté le même lorsqu’il a été question d’aider son prochain.

Impliqué dans de multiples causes depuis sa jeunesse, l’attaquant originaire de London, en Ontario, a toujours été sensible à ce qui se passe avec la santé des enfants. Si bien qu’il a décidé de s’impliquer directement en fondant Prusty 4 Kids qui vient en aide aux enfants qui séjournent au Children’s Hospital de London.

«L’œuvre de charité que j’ai chez moi, à London, est importante. Je participais à beaucoup de tournois de golf pour d’autres personnes et organisations. Ça m’a donné le goût de m’impliquer aussi. De savoir que je pouvais faire une différence en faisant quelque chose d’unique, je trouvais ça spécial. Je suis très fier de ce qu’on a accompli», lance avec une étincelle dans les yeux Brandon Prust, qui a démarré sa fondation en compagnie d’un bon ami à lui.

«Prusty 4 Kids est une initiative de mon bon ami Dave Moore et moi-même. Il s’occupe principalement de la logistique. On travaille fort ensemble. Que ce soit pour avoir les prix pour l’encan, pour convaincre des joueurs, je suis impliqué. Je participe à toutes les rencontres », affirme celui qui trouve le temps de s’impliquer malgré un horaire plus que chargé au cours de la saison de hockey. «C’est certain qu’on a besoin d’aide. Il y a un groupe de femmes à l’hôpital pour enfants qui nous donnent tout un coup de main. C’était nouveau pour nous. »

Maintenant chaque année, lorsqu’il retourne dans son coin de pays, Prust en profite toujours pour rendre visite aux jeunes patients qui se retrouvent à l’hôpital bien malgré eux, histoire de leur apporter un peu de réconfort. Ce qui, pour lui, est encore plus important qu’un chèque de paie.

«C’est génial de voir que tu peux faire une différence. J’ai toujours été impliqué avec l’hôpital pour enfants. Aller visiter les enfants à l’hôpital, de voir les moments difficiles qu’ils vivent, de les voir sourire, rire et de faire plein de choses est un sentiment vraiment cool », mentionne celui qui a effectué des visites au Children’s même lorsqu’il était dans les rangs juniors, évoluant avec les Knights de London. «Ça me tient vraiment à cœur. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours voulu travailler pour aider les enfants. Ma communauté m’a toujours bien traité et c’est bon de pouvoir redonner. »

Si chaque rencontre avec un enfant malade est un moment inoubliable, autant pour Prust que pour l’enfant en question, certains jeunes ont trouvé une place de choix dans le cœur du numéro 8.

«Je suis devenu ami avec quelques-uns des enfants qui se trouvaient à l’hôpital là-bas. Je me souviens de cet enfant, Liam Hepburn. Il était là lors de notre premier tournoi. Sa famille était là et nous a expliqué comment il se battait contre le cancer. Il a probablement autour de 15 ans aujourd’hui. Je crois qu’il avait autour de huit ans quand je l’ai rencontré», mentionne Prust, qui revoit chaque été Liam, le jeune homme ayant terminé ses traitements il y a quelques années et se portant bien mieux aujourd’hui.

Et il n’y a pas qu’à London que le solide gaillard est impliqué. Avec les temps, Prust a appris que les petits gestes de tous les jours faisaient tout autant de bien.

«J’ai un ami qui vit dans le coin et qui est entraîneur au hockey mineur. Un jour après un entraînement il est arrivé avec 20 rondelles pour que je les signe. Chaque semaine, il donne une rondelle à l’étoile de la semaine de son équipe. Évidemment, tous les jeunes seront, un jour ou l’autre l’étoile de la semaine, pour qu’il distribue toutes les rondelles à tous les jeunes. C’est ce genre de chose que j’aime faire», insiste Prust, qui a également été porte-parole de la nouvelle campagne de PROCURE contre le cancer de la prostate, au mois de novembre.

«Ici au Québec, j’essaie de m’associer à des causes quand j’en ai l’occasion. Les gars de#bowvember [NDLR: #noeuvembre en français) m’ont approché et je trouvais que c’était une excellente idée d’aider à amasser des fonds pour le cancer de la prostate, en étant assuré que tous les fonds allaient demeurer ici, au Québec», ajoute Prust, qui est très conscient de l’importance d’aider la communauté d’ici et de s’assurer que les fonds recueillis, peu importe la cause, se rendent au bon endroit.

D’ailleurs, si tous les joueurs des Canadiens sont Montréalais d’adoption, il y a, chez Brandon Prust, un sentiment d’appartenance fort par rapport à la ville qui l’a accueilli.

«Tu ne sais jamais combien de temps tu vas demeurer dans un marché, mais je suis venu à Montréal et Montréal m’a vraiment bien accueilli ici. Que ce soit les partisans ou l’organisation, tout le monde m’a montré son appréciation et a été bon pour moi. C’est important de faire tout en son pouvoir pour démontrer que cette appréciation est réciproque», souligne celui qui est le conjoint de Maripier Morin, animatrice de télé bien connue au Québec.

Alors que plusieurs de ses coéquipiers demeurent à Brossard, à proximité du quartier Dix30 et du Complexe sportif Bell, et que d’autres occupent des condominiums dans le Vieux-Montréal, Brandon Prust, lui préfère la vie du Plateau Mont-Royal.

«C’est ce que j’aime. J’aime la vibe de la ville. Ça me rappelle un peu New York. J’aime faire partie de la culture d’ici. Je vis dans un quartier très francophone. C’est cool et unique. Je ne crois pas que nous allons déménager. Nous aimons ce quartier. On ne sait jamais ce qui va se passer, mais nous aimerions y rester», lance celui que vous pourriez croiser par un beau dimanche après-midi sur Mont-Royal ou apercevoir dans un café sur Laurier.

«J’avoue que je n’ai pas encore eu la chance d’essayer le Bixi. Mais je vais souvent prendre des marches sur le Mont Royal. J’aime bien me promener à Montréal. Je vais certainement ajouter le Bixi à ma liste de choses à faire par contre», ajoute Prust, sourire aux lèvres.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Jiri sourit
Price, encore une fois
Un joueur à part

En voir plus