Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Honneur mérité

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Brendan Gallagher célébrera son 24e anniversaire de naissance en grand vendredi.

Recrue au sein de la formation sénior d’Équipe Canada qui prendra part au Championnat du monde de hockey 2016, le numéro 11 du Tricolore croisera le fer face aux États-Unis en ouverture de tournoi à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Ce sera la troisième fois que Gallagher représentera son pays sur la scène internationale et la première fois depuis qu’il avait aidé le Canada à mettre la main sur la médaille de bronze au Championnat du monde de hockey junior, en janvier 2012. Il avait également évolué pour l’équipe du Pacifique en 2009 lors du Défi mondial des moins de 17 ans, où il avait quitté avec une médaille d’argent au cou.

En raison de la malchance de Gallagher du côté des blessures lors de la dernière saison – et des insuccès des Canadiens à partir du mois de décembre – obtenir la chance de traverser l’océan et de prolonger sa saison est quelque chose dont le natif d’Edmonton est très fier.

« Lorsque Hockey Canada m’a contacté, je n’ai pas eu à y penser trop longtemps. Comme joueur de hockey, vous voulez simplement jouer. C’est un honneur de revêtir ce chandail et de représenter son pays. Je me rappelle d’avoir regardé les Jeux olympiques et les Mondiaux juniors dans ma jeunesse. Je garde d’excellents souvenirs de ces événements. Ça ne fait pas si longtemps que j’ai commencé à regarder le Championnat du monde. D’obtenir l’opportunité de me rendre là-bas et d’affronter les meilleurs joueurs de partout dans le monde est très cool », admet Gallagher, qui aura finalement la chance de démontrer son savoir-faire outre-mer.

« C’est sûr que j’aurais aimé participer aux séries [de la LNH] en cours. Mais cet événement est la meilleure chose après ça. Vous préparez votre corps toute l’année pour être en mesure de jouer le plus longtemps possible. C’est un peu comme une deuxième vie cette saison et ça vous revigore pour la compétition. Je crois que je l’apprécie encore plus maintenant qu’à la fin de la saison [à la mi-avril]. Trouver une façon de remporter le championnat est mon seul but. J’espère obtenir l’occasion de contribuer », ajoute celui qui tentera de défendre le titre du Canada en compagnie d’anciens coéquipiers des Mondiaux juniors comme Ryan Murray, Mark Stone, Mark Scheifele et Boone Jenner.

Alors que Gallagher est bien au fait que l’arbitrage en Europe est différent de celui auquel les joueurs de la LNH sont habitués, il ne planifie pas jouer de manière différente plus le tournoi progressera. Cela veut dire que vous verrez assurément le vétéran de quatre saisons dans la LNH rendre visite aux gardiens adverses près de leur demi-cercle.

« Chaque joueur est choisi par son pays pour une raison. Vos habiletés vous ont rendu là. Je crois que vous devez garder la même recette qui vous a fait connaître du succès. J’ai toujours pensé ça. Je ne changerai pas trop mon jeu. C’est simplement une question de circonstances et de comprendre ce qui se passe. C’est ce que vous devez faire pour avoir du succès comme équipe. Vous devez vous défoncer pour ce chandail. Si tout le monde le fait, je crois que nous serons une bonne équipe », explique Gallagher, faisant référence à son style de jeu sans peur qui est devenu sa marque de commerce au fil des années.

L’ancienne vedette des Giants de Vancouver se joint à la formation canadienne en souhaitant incorporer le plus d’informations possible, tout en étant productif à sa première expérience aux Mondiaux. Des opportunités comme celle-ci n’arrivent pas tous les jours et c’est pourquoi Gallagher l’apprécie vraiment alors que le tournoi est sur le point de débuter.

« C’est un long tournoi. Ce sera bon pour beaucoup d’entre nous puisque nous n’avons jamais joué ensemble et ça nous permettra de travailler sur notre chimie. Nous avons des joueurs très talentueux. Je vais simplement en apprendre le plus possible d’eux, voir comment ils se préparent et ce qui fait de chacun des gars là-bas un joueur spécial. Je tenterai d’incorporer ça un peu à mon jeu. Mon plan de match sera d’y aller un jour à la fois », indique celui qui côtoiera d’autres jeunes vedettes comme Connor McDavid, Taylor Hall, Matt Duchene et Max Domi.

On dirait que Gallagher s’est préparé à cette opportunité depuis longtemps. La dernière fois qu’il a arboré l’unifolié remontait à il y a quatre ans, où il a appris la leçon la plus importante que tout athlète peut assimiler durant sa carrière. Et cela s’est produit au cours d’une des défaites les plus mémorables du Canada au Championnat du monde junior des dernières années.

« Nous tirions de l’arrière 6 à 1 avec 12 minutes à jouer [en demi-finale] face à la Russie, avant de réduire l’écart à 6 à 5 avec six minutes à écouler en troisième période. Notre équipe est demeurée unie et a continué à se battre. J’y ai appris beaucoup de leçons que je pourrai utiliser, principalement que vous n’êtes jamais plus dans le coup dans un match de hockey. Je l’ai vu de mes propres yeux. Je n’oublierai jamais l’énergie qu’on ressentait dans le Saddledome [de Calgary] après notre cinquième but », se remémore Gallagher, qui avait fait scintiller la lumière rouge pour le Canada durant leur poussée de cinq buts en 4:57.

« C’est mon plus gros souvenir de mes passages sur la scène internationale. Ce n’est pas un beau souvenir, mais repenser à ce que nous avons fait dans ce match est quelque chose de ce tournoi qui restera gravé en moi. Maintenant au Championnat du monde, c’est une nouvelle occasion de créer de nouveaux souvenirs et espérons qu’ils seront très bons », raconte Gallagher, qui a mené les siens avec deux buts sur neuf lancers deux jours plus tard, dans une victoire de 4 à 0 du Canada sur la Finlande lors du match pour la médaille de bronze.

Si Mike Condon obtient le départ pour les États-Unis vendredi, trouver une façon de déjouer son coéquipier habituel et d’avoir le dessus sur les Américains lors du premier de sept matchs en ronde préliminaire des Canadiens serait une manière mémorable pour Gallagher d’amorcer les choses cette année.

« Condo me doit un but pour ma fête. C’est plutôt juste », blague Gallagher, qui amorcera probablement le tournoi au sein d’un trio en compagnie de Jenner et de Ryan O’Reilly. « J’ai eu du plaisir avec lui toute l’année, en faisant des blagues avec lui. Ça va être différent de l’affronter. Je vais m’assurer d’aller lui rendre visite à quelques reprises près de son filet. Je suis certain qu’il jouera bien. C’est ce qu’il a fait pour nous durant toute la saison. Je sais qu’il a lui aussi vraiment hâte que ça commence. Ce sera un bon match. Espérons que nous pourrons marquer quelques buts contre lui. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI
Jeu de l’année: 2015-16
La fierté de M. Pateryn
P.K. Subban en lice pour le prix de la Fondation des joueurs de la LNH

En voir plus