Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Heureux à la maison

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Mark Barberio pourra goûter aux joies d’être à la maison pour les deux prochaines saisons.

Lundi, le défenseur de 26 ans s’est entendu sur les termes d’un contrat de deux ans à un volet avec le Tricolore, évitant le processus entourant le fait d’être un agent libre avec restriction.

Barberio s’est joint au Tricolore au cours de l’été 2015 en tant qu’agent libre après un séjour à Tampa. Il a ensuite roulé sa bosse avec les IceCaps de St.John’s dans l’AHL avant d’être rappelé par le Tricolore à la fin décembre, affrontant son ancienne équipe au Amalie Arena pour son baptême dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Le défenseur originaire de Montréal demeurera aux côtés de Michel Therrien pour le reste de la saison, obtenant deux buts et dix points en 30 matchs avant de voir sa saison prendre fin prématurément à la mi-mars en raison d’une commotion cérébrale.

« Avec toutes les blessures subies par l’équipe [avant ma commotion], j’ai eu la chance de me prouver. J’ai eu l’occasion de jouer. Ce n’est pas habituel d’avoir ce genre de chance, alors c’était important pour moi d’en tirer profit. C’est bon de signer un contrat de deux saisons ici. J’ai hâte de retourner au boulot. J’ai encore beaucoup de travail devant moi cet été et je veux bâtir sur ce que j’ai réussi à accomplir l’an dernier », explique Barberio qui a disputé en moyenne 14 minutes de temps de jeu par match à la ligne bleue du Tricolore en 2015-2016.

C’est la première fois depuis sa première entente à Tampa en 2010 que Barberio signait un contrat de plus d’une saison. C’est notamment pour cette raison que l’ancien champion de la coupe Calder est empli d’un sentiment de calme par rapport à cette stabilité, à sa cinquième saison dans la LNH.

« Ça démontre à quel point les entraîneurs et la direction des Canadiens croient en moi. Je veux leur offrir du hockey solide. Je veux être un joueur efficace qui bouge bien la rondelle, qui appuie l’attaque et qui est rapide dans la relance. J’ai l’impression d’avoir fait des pas de géant en ce sens au cours de la saison dernière », confie Barberio qui compte huit buts et 27 points en 133 matchs en carrière dans la LNH, en plus de 50 minutes de pénalité accumulées. « C’est à moi de leur redonner et de leur montrer qu’ils avaient raison de me faire confiance. »

Barberio fait tout ce qui est en son pouvoir au cours de la saison morte pour y arriver, s’entraînant dur à Québec en compagnie de David Desharnais, Patrice Bergeron et Antoine Vermette. Le défenseur Marc-Edouard Vlasic se joindra à eux éventuellement, après une pause bien méritée, ayant participé à la finale de la coupe Stanley avec les Sharks de San Jose.

« C’est le troisième été que je passe à m’entraîner à Québec. Quand j’ai commencé il y a deux ans, je finissais mes entraînements en me sentant dans la meilleure forme de ma carrière. Le groupe ici est vraiment bon, vraiment compétitif. Ce sont de bons gars et de bons joueurs. À la fin de chaque été, j’ai l’impression de m’être amélioré en vitesse et en habiletés », laisse savoir Barberio qui ne souffre plus de symptômes de commotion depuis un bon moment et qui a repris l’entraînement régulier depuis quatre semaines et demie sans incident. « Je vais au gymnase et sur le terrain de football jusqu’à la mi-juillet. Puis, on va tous sauter sur la glace en même temps. Patrice est le leader du groupe. C’est le gars qui met la barre haute et qui s’entraîne comme un champion. En tant que jeune joueur, c’est bon d’avoir un gars comme lui autour. »

Maintenant, tout ce qu’espère Barberio, c’est d’être en mesure de prendre tout le positif de ces entraînements et de le transposer en une campagne 2016-2017 fructueuse. Le tout commencera bien sûr au camp d’entraînement, en septembre, alors que la forme physique doit être maximale pour être fin prêt aux rigueurs du calendrier de la LNH.

« Je retire beaucoup de fierté du fait d’être en forme. Avant tout, je suis un partisan des Canadiens. Je ne veux rien d’autre que du succès pour cette ville et cette équipe. C’est mon état d’esprit pour l’été, de m’entraîner fort et d’arriver en pleine forme au camp pour aider à diriger cette équipe dans la bonne direction », assure Barberio, qui a bien hâte de prendre part à une deuxième campagne sous les ordres de Michel Therrien. « Tout le monde doit arriver au camp prêt à donner son maximum. C’est un été qui est long pour nous et on doit en tirer profit. »

Et chose certaine, Barberio a bien hâte de pouvoir contribuer.

« Je veux jouer comme je suis capable de le faire. Je ne veux pas trop en faire. À la fin de la journée, les morceaux vont tomber en place », conclut Barberio. « Si tu y mets l’effort, tu finis par récolter de bonnes choses. Pour moi et pour toute l’équipe, nous pouvons récolter bien plus que l’an dernier. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

LIRE AUSSI

Contrat de deux saisons pour Mark Barberio
Contrat d'une saison pour Sven Andrighetto

Aller-simple vers Montréal

En voir plus