Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Guerrier de la route

par Staff Writer / Montréal Canadiens

NEWARK – Il ne touche peut-être pas souvent à la glace du Centre Bell, mais Peter Budaj profite pleinement du temps qu’il passe sur les patinoires adverses.

Lancé dans la mêlée par Michel Therrien pour une septième fois cette saison, toutes à l’étranger, le gardien slovaque a de nouveau livré une solide performance effectuant 31 arrêts lors des 65 premières minutes de jeu en plus de frustrer deux des trois tireurs qui se sont présentés vers lui en tirs de barrage.

En signant son premier gain en carrière contre les Devils, Budaj a porté sa fiche à 5-1-1 cette saison, lui qui présente désormais un dossier de 12-7-6 dans l’uniforme des Canadiens loin du Centre Bell alors que sa fiche est de 6-2-1 à domicile depuis la saison 2011-2012.

« Nous gagnons présentement. Les choses vont bien. J’essaie de bien faire lorsqu’on fait appel à moi. Nous continuons de gagner. Ne réparez pas quelque chose qui n’est pas brisé », a indiqué Budaj, en regardant son voisin de casier Carey Price, qui sera d’office pour un 17e match de suite au Centre Bell jeudi alors que les Bruins seront de passage à Montréal.

Tandis que lors des deux premières périodes, les deux formations limitaient les chances de marquer de part et d'autre, les choses se sont emballées au troisième vingt, les Canadiens et les Devils s’échangeant les devants à tour de rôle jusqu’à ce que Patrik Elias semble venir briser les reins des Canadiens en donnant les devants 3 à 2 aux locaux avec 66 secondes à faire à la rencontre.

Toutefois, Budaj n’a pas été laissé à l’abandon par ses coéquipiers, David Desharnais forçant la prolongation alors qu’il ne restait que 36 secondes au cadran.

« Je suis arrivé au banc, nous fermions la porte et Pricey célébrait. C’est incroyable », d’expliquer Budaj qui avait été retiré à la faveur d’un sixième attaquant. « Je ne l’ai pas vu parce que les gars étaient dans mon champ de vision. C’était un beau jeu. Nous avons livré bataille, nous n’avons pas abandonné. Ce sont deux gros points pour nous. »

Cependant, quelques instants plus tôt, alors qu’Elias avait brisé l’incroyable séquence des Canadiens de 11 matchs consécutifs sans allouer plus de deux buts, Budaj était dans un autre état d’esprit.

« Je me disais que c’était fou que nous allions perdre cette partie. Ça prouve qu’on ne sait jamais au hockey », d’indiquer Budaj, philosophant comme seul Yogi Berra savait le faire.

Après une prolongation sans histoire, le gardien slovaque a repoussé deux des trois tentatives des Devils tandis que Lars Eller et Desharnais déjouaient tour à tour Cory Schneider à l’autre bout de la patinoire.

Si les Devils n’avaient pas connu du succès en fusillade, n’inscrivant aucun but lors des quatre premiers matchs en pareille situation, Budaj ne s’était pas laissé endormir par de tels chiffres.

« Je ne paie pas attention aux statistiques. Cela vous fait penser trop. C’est ce qui m’a causé des problèmes lors du match à Washington », d’avouer Budaj. « J’ai simplement essayé de livrer une bonne bataille à un contre un. Je suis content d’avoir pu faire les arrêts et que les gars ont marqué de beaux buts. »

Le guerrier de la route aura remporté une autre bataille.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Faits saillants
Commentaires d'après-match
Le jeu des chiffres - 4 décembre 2013

En voir plus