Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Le but est de ramener la culture gagnante à Montréal

Geoff Molson et Marc Bergevin sont catégoriques : il y aura de grands changements dans l'organisation

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BROSSARD - Geoff Molson et Marc Bergevin ont qualifié d'inacceptable la dernière saison des Canadiens, lors de leur bilan de fin d'année, lundi.

Le propriétaire de l'équipe a parlé de changements, autant dans l'organisation, dans l'expérience client que dans la communication avec les partisans, et le directeur général a mis l'accent sur l'attitude de son club, qui doit absolument changer.

Ce qu'il faut ramener chez le Tricolore, a souligné M. Molson d'entrée de jeu, c'est la culture gagnante qui a si longtemps été associée au club montréalais.

«Nous sommes le club avec la plus riche histoire et pour nos partisans, nous nous devons de ramener les Canadiens aux normes d'excellence qui nous ont toujours définis. Nous devons ramener la culture de la victoire que nous n'avons pas vue cette saison. Si je pouvais transmettre un message à nos partisans aujourd'hui, c'est que nous serons meilleurs, tant sur la glace qu'à l'extérieur de la glace. Sur la glace, des changements seront requis et nous avons l'intention de revoir l'ensemble de l'organisation avec l'objectif de s'améliorer», a mentionné le proprio et président des Canadiens.

Un changement d'attitude peut faire une grosse différence dans le rendement d'un club. Bergevin a d'ailleurs souligné que ses joueurs ne s'étaient pas battus de la saison, qu'ils n'avaient jamais été dans la course pour une place en séries. Une attitude inexcusable, tout simplement. C'est entre autres ce qu'il faut changer.

«On n'est pas ici aujourd'hui à cause des blessures. On a manqué Shea Weber pour une cinquantaine de parties, ça n'a pas aidé. Je n'ai pas senti quelqu'un se lever, et ça, ç'a affecté l'équipe. Il faut que l'attitude de l'équipe s'améliore, énormément. Et ce n'est pas le cas de seulement un individu, c'est l'équipe en général, il y a beaucoup de travail à faire», a dit le DG.

«Je pense que l'attitude est certainement une partie de ça, mais le vrai message, c'est qu'on n'a pas été assez bons, a renchéri M. Molson. On doit être meilleurs et des changements s'en viennent pour qu'on puisse s'améliorer. Nos meilleurs joueurs n'ont pas été à leur mieux cette année. Que ce soit parce qu'ils ne sont plus à leur place, ou qu'ils le sont, mais qu'ils peuvent être meilleurs, ou qu'un changement d'attitude est requis… tout ça fait partie de l'équation. Mais tout le monde doit être meilleur l'an prochain. Pas juste les joueurs, mais toute l'organisation. Marc et moi sommes tout à fait d'accord sur ça. C'est le temps, là et on doit être meilleurs.»

M. Molson promet par ailleurs que l'organisation sera plus transparente avec les médias et les partisans.

«Quand je regarde à travers les évaluations et tout ce que nous avons vécu cette année, je pense qu'au niveau des communications, on peut donner à nos partisans de l'information qui est plus utile pour eux et plus précise, peut-être un peu plus transparents aussi pour que les débats sur la place publique soient de bons débats parce qu'on a de bonnes informations», a-t-il précisé.

Les détails sur les blessures ne risquent pas d'être dévoilés si le joueur revient au jeu, pour sa protection, mais des informations comme le salaire d'un joueur pourront l'être.

Les deux hommes de hockey ont confiance l'un et l'autre que l'équipe saura se replacer rapidement.

«C'est sûr qu'aujourd'hui, c'est difficile d'aller en détail sur ce qui va changer, mais je le sais, il le sait, il y a un plan et il va y avoir des ajustements et ça, ça me donne confiance que ça va nous amener à une meilleure place la saison prochaine, en mentionné M. Molson.

«L'autre chose que je regarde, c'est que quand on a terminé la dernière saison, c'était très décevant d'avoir perdu contre les Rangers au premier tour, mais si on regarde les cinq dernières années, à part cette année, il n'y avait pas beaucoup de raisons de penser qu'on aurait été si pires que ça. On était dans le top 10 de la ligue en termes de victoires, de matchs joués en séries et il y avait raison de croire, parce que nous avons certains éléments qui nous donnent l'espoir, d'avoir confiance que si ça change en termes d'attitude ou de performances sur la glace, ça sera beaucoup mieux la saison prochaine», a ajouté le grand patron.

Il a également parlé des nombreux choix au prochain repêchage et des jeunes qui ont été appelés à jouer un rôle plutôt imprévu cette saison et qui ont gagné en expérience.

«On a accumulé beaucoup de choix au repêchage cette année et ça, ça me donne espoir. En plus, on a eu la chance cette année à cause de nos performances de voir des jeunes jouer qui ont bien performé. J'ai beaucoup de raisons de croire que ce sera une meilleure équipe l'an prochain», a ajouté M. Molson.

Et si les joueurs ne veulent pas changer d'attitude, est-ce qu'ils se feront montrer la porte? «Oui», a catégoriquement répondu M. Molson.

Les solutions pourraient également être trouvées sur le marché des joueurs autonomes, même s'il est encore trop tôt pour identifier des joueurs potentiels. Une chose est sûre toutefois, c'est que dépenser pour dénicher les meilleurs talents possible n'est pas un problème pour M. Molson. Il a à nouveau expliqué que si l'argent disponible sur la masse salariale n'avait pas été utilisé cette année, c'est parce que des contrats offerts à des joueurs comme Andrei Markov et Alexander Radulov l'été dernier avaient été refusés et qu'aucune autre occasion de dépenser ne s'était présentée à l'équipe.

«Les partisans ont ma parole : je vais dépenser chaque dollar possible pour gagner. C'est comme ça qu'on opère dans ce business et c'est pourquoi on est une grande équipe et une organisation respectée à travers la ligue. Aucun sou ne sera épargné si c'est pour faire de nous une meilleure équipe de hockey», a promis M. Molson.

En voir plus