Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Gagner sa place

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Lorsqu’il a quitté Hamilton au mois de janvier, Mathieu Darche ne se doutait pas qu’il ne reverrait plus la Ville de l’acier.


L’infirmerie des Canadiens est finalement sur le point de se désengorger, touchons du bois, signifiant que des joueurs devront être retirés de la formation. Si des choix déchirants s’annoncent, peu de gens voient comment Jacques Martin pourrait ne pas inscrire le numéro 52 sur son alignement.

« C’est très flatteur, mais il y a une seule personne qui décide et c’est l’entraîneur-chef », a indiqué Darche. « Je me suis toujours dit que je devais me concentrer sur les choses que je contrôle et la seule véritable chose que je contrôle est mon jeu. »

Après cinq courts séjours dans la LNH depuis 2000-2001, une saison avec le Lightning avant de retourner dans la Ligue américaine l’an passé et cette année, Darche connaît la chanson.

« La seule véritable saison complète que j’ai passée dans la LNH c’était à Tampa Bay il y a deux ans », a expliqué le vétéran de 33 ans. « J’étais de plus en plus confortable en fin de saison, j’apportais ma contribution également en offensive, mais on perdait et on a fini au dernier rang. Ici, je crois que je suis en mesure d’apporter ma contribution et en plus, on gagne. »

Depuis son rappel des Bulldogs en janvier dernier où il était d’ailleurs le capitaine, Darche a récolté neuf points en 21 rencontres, connaissant d’ailleurs son premier match de deux buts dans la LNH le 9 mars. Avec la possibilité d’être de nouveau libre comme l’air cet été, Darche compte profiter pleinement du moment avec les Canadiens.

« Ce n’est pas nécessairement ma dernière chance dans la LNH, mais j’ai joué plus de matchs qu’il m’en reste », a avoué Darche. « Lorsque j’ai été rappelé, je parlais avec mon frère Jean-Philippe et il me disait de faire à ma façon. Si ça ne fonctionne pas, tant pis.  Je sais que j’aurai tout donné.»

Et il le démontre à chaque match.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
Moi, j’prends le « Metro »
Le Tricolore s'entend avec Hunter Bishop 
Entre les poteaux 
Six et ce n’est pas fini 
La course aux séries
En voir plus