Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Fin de course pour le Tricolore

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BOSTON (PC) -- Les Canadiens ont refusé de mourir jusqu'à leur dernier souffle au TD Garden, mercredi. Le Tricolore a finalement rendu l'âme à 5:43 de la première période de prolongation, quand Nathan Horton a propulsé les Bruins de Boston au deuxième tour des séries éliminatoires de la LNH, en vertu d'un gain de 4-3.


Horton a déjoué Carey Price à l'aide d'un puissant tir en provenance de la ligne bleue. L'attaquant a réussi son deuxième but en prolongation de la série. Il avait également mis un terme au cinquième match disputé à Boston, samedi. Le CH a encaissé trois revers en surtemps dans la série.

Faits saillants Canadiens - Bruins
Mercredi, le Tricolore avait créé l'égalité 3-3 vers la fin de la troisième période grâce au but de P.K. Subban. Il avait auparavant comblé un retard de deux filets.

Peu importe le résultat, personne ne peut mettre en doute sa capacité de résilience.

C'était le huitième affrontement décisif en 33 séries entre les deux grands rivaux, un sommet dans le sport, et il a surpassé toutes les espérances.

Johnny Boychuk, Mark Recchi et Chris Kelly ont été les autres marqueurs des Bruins.

Yannick Weber et Tomas Plekanec ont réussi les autres buts du CH.

Devant les filets, Price avait fait face à 34 tirs et Tim Thomas à 37.

Catastrophe évitée

On aurait dit que le Canadien était encore en mode protection d'avance, au début des hostilités. Les Bruins ont pris son territoire d'assaut, faisant mouche deux fois en moins de deux minutes.

Le défenseur Boychuk, à l'aide d'un long tir en provenance de la ligne bleue à 3:46, et Recchi, qui a dégainé directement de l'enclave à 5:33, ont fait 2-0.

Comme départ catastrophique, le bleu-blanc-rouge pouvait difficilement faire pire. C'est sans doute ce que Jacques Martin a dit à ses troupiers au cours du temps d'arrêt qu'il a appelé, suivant le but de Recchi. Il n'a pas mâché ses mots en tout cas.

La stratégie a rapporté des dividendes, le CH parvenant à calmer le jeu. Il faut dire que d'avoir rétréci l'écart à 8:22 pendant un jeu de puissance lui a grandement facilité la tâche.

Le jeune Weber a fait payer chèrement la mauvaise pénalité qu'a écopée Michael Ryder en territoire offensif. Il a déjoué Thomas d'un tir des poignets dans la partie supérieure du filet.

«Serré, pas possible...»

Après que le Tricolore eut créé l'impasse à la sixième minute, la deuxième période a surtout été à caractère défensif.

Comme si les Bruins n'en arrachaient pas suffisamment en supériorité numérique, leur mollesse leur a coûté un but.

Dennis Seidenberg a fait une passe imprécise à Recchi, qui ne l'a pas maîtrisée. Plekanec s'est emparée de la rondelle et il a filé seul de la zone centrale, avant de déjouer Thomas d'un tir précis.

À compter de ce moment, les Bruins ont paru nerveux et frustrés par le style «partie d'échecs» de leurs rivaux.

«C'est serré, pas possible», a glissé le directeur général Pierre Gauthier, qu'on a croisé aux toilettes pendant une pause.

Envoyé en échappée sur le flanc droit par Eller, vers la fin de l'engagement, Jeff Halpern a raté l'occasion de procurer l'avance aux siens pour la première fois de la soirée.

Subban, le sauveur

En début de troisième, le Canadien a joué comme s'il avait une avance à protéger. Ou était-il à bout de souffle? Peu importe, les Bruins ont augmenté le rythme. Tôt, Recchi a manqué une chance inouie. Price a fermé l'ouverture juste avant qu'il ne loge le disque dans l'ouverture béante, à sa droite.

Le CH a temporairement perdu les services de Halpern, visiblement ébranlé à la neuvième minute. Halpern, qui n'était même pas impliqué dans l'action, n'a jamais vu venir le coude d'Andrew Ference, en effectuant un pivot.

Les Bruins ont repris les devants à 9:44, grâce à Kelly qui a concrétisé du revers le retour de lancer de Ference.

Kelly s'est échappé quelques instants plus tard, mais Price l'a frustré.

Le CH a pesé sur l'accélérateur. Avait-il le choix? Finalement, le jeu de puissance est de nouveau venu à sa rescousse. Subban a fait mouche d'une retentissante frappe, à 1:57 de la fin.

Cette série épique ne pouvait pas se terminer autrement qu'en prolongation.


À VOIR ÉGALEMENT:
Sommaire
Faits saillants
Cinq choses à savoir: Match #7
Déjà vu
En voir plus