Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Excitation palpable

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – On aurait pu penser qu’après avoir remporté la médaille d’or au Championnat du monde en Russie, en mai dernier, Brendan Gallagher allait s’octroyer une petite pause.

Eh bien ce n’est pas le cas. Il a plutôt choisi d’amorcer son entraînement estival chez lui, en Colombie-Britannique. Après une performance remarquable avec Équipe Canada, Gallagher avait bien hâte de retrouver l’entraînement et de continuer sur sa lancée.

« Lorsque la saison a pris fin à Montréal, j’ai pris une semaine de congé pour jouer au golf. Puis je me suis remis à l’entraînement pour le Championnat du monde. Je me suis entraîné pendant trois semaines, puis je suis allé en Russie et j’y ai joué. Lorsque ça s’est terminé, j’étais prêt à retourner dans le gymnase et recommencer mon entraînement », explique Gallagher qui a obtenu deux buts et cinq points en dix matchs avec Équipe Canada. « J’ai peut-être pris deux jours à mon retour pour m’ajuster au changement d’heure et puis ça a été le retour au travail. »

Cette saison encore, Gallagher s’est entraîné à Tsawwassen en compagnie de ses collègues Milan Lucic et Lance Bouma, tout comme les natifs de la Colombie-Britannique que son Ryan Olsen, Spencer Humphries et Josh Nicholls. Le groupe est mené par Ian Gallagher, le père de Brendan, qui est entraîneur en conditionnement physique.

« Nous avons du plaisir à nous retrouver chaque été. Il y a de la compétition dans le gymnase. On sait comment se pousser les uns les autres. Ça rend le fait de venir au gymnase un peu plus intéressant. C’est important d’avoir du plaisir dans tout ce processus et en même temps, le travail se fait. Mon père a trouvé le juste milieu », explique Gallagher qui confie ses entraînements sur glace à Shane Kuss, un entraîneur de renom dans la région. « L’horaire de mon programme est idéal. C’est le même genre de chose que j’ai toujours fait et j’espère que les résultats seront les mêmes. »

Malgré qu’il ait été victime de blessures en 2015-2016, l’ailier droit de 24 ans a quand même trouvé le moyen d’enregistrer une troisième saison de suite de 40 points, amassant notamment 19 buts, en 53 matchs. Il espère bien augmenter cette récolte l’an prochain, avec les récentes acquisitions faites par les dirigeants du Tricolore à la fin juin et au début juillet.

« En tant que joueur, c’est à nous de performer. Je crois que la direction a tout fait pour nous mettre dans une situation où on peut gagner. De faire venir un gars comme Shea Weber, qui a remporté des médailles d’or, Andrew Shaw, qui a deux coupes Stanley et Alexander Radulov, qui a connu du succès partout où il est passé, c’est quelque chose de gros », mentionne Gallagher qui a bien hâte de voir l’impact de ces trois ajouts, hors de la glace également. « Les trois seront reconnus comme des leaders dans le vestiaire. Ils apportent un dynamisme au groupe. »

Bien que Gallagher ait passé du temps de qualité avec Weber lors de deux événements en Colombie-Britannique, incluant son tournoi de balle-molle, il n’a pas encore eu l’occasion de rencontrer Shaw ou Radulov encore. Cette première rencontre ne risque pas d’arriver avant son retour à Montréal, à la mi-septembre, à l’approche du camp, qui s’amorce dans un peu plus d’une trentaine de jours.

« On arrive à ce moment de l’été où tu commences à compter les jours avant de retourner à l’aréna. Tout le monde commence à s’ennuyer. On est prêts à recommencer », mentionne Gallagher qui a hâte de faire table rase et de recommencer à zéro, le 13 octobre, contre les Sabres à Buffalo. « Ce qui est excitant, c’est que tout le monde repart avec zéro point au classement. L’an dernier ne compte plus maintenant, à part pour les Penguins. »

Fidèle à son habitude, ce n’est pas la motivation qui manque à Gallagher.

« Chaque été je m’entraîne pour la même chose. Ce qui me motive c’est d’être un bon coéquipier, un bon joueur pour les entraîneurs, tout faire pour porter les couleurs des Canadiens avec fierté et finalement, remporter la coupe Stanley », de conclure Gallagher qui a toujours eu le même objectif final. « Tout est à propos de la coupe Stanley et faire tout ce qui est nécessaire pour y arriver. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Discret, mais occupé 
Sur les verts pour une bonne cause 
De l’autre côté du micro avec… Georges Laraque 
Se souvenir du talent 

En voir plus