Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Éviter le piège

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Si le piège que leur tendaient les Sabres était évident, les Canadiens ont su l’éviter.



Après s’être frottés la veille aux Bruins, l’équipe de l’heure dans la LNH, les Canadiens avaient affaire aux Sabres de Buffalo, l’équipe la moins bien classée parmi les 30 à travers la ligue. Partie facile? Pas du tout, et c’est dans ce piège que l’équipe de Michel Therrien a évité de tomber mardi soir, à une période de l’année où les deux points valent le double. Selon Daniel Brière, le match mouvementé de lundi soir a eu une influence sur le manque d’énergie qu’avait l’équipe en première période.

« Ç’a été un lent départ pour nous », a avoué d’entrée de jeu celui qui a marqué le deuxième but de la rencontre face à son ancienne équipe. « Le match d’hier [lundi] a été très émotif et d’arriver ici ce soir face à la dernière équipe au classement, ça n’a pas été facile de trouver notre rythme et notre motivation. Le problème était surtout du côté mental et de la concentration. Ce qu’il y a de positif à retenir, c’est que notre jeu s’est amélioré en deuxième période et c’était en mieux en troisième. C’est bon signe pour notre équipe et ç’a démontré encore une fois notre caractère. »

Maintenant sur une lancée de trois victoires consécutives avec huit matchs à faire au calendrier, la rencontre de ce soir, même si elle n’avait rien de spécial à première vue, était importante et Michel Therrien a su en retirer plusieurs points positifs.

« Cette partie nous a donné confiance », a admis l’entraîneur-chef des Canadiens avec une 41e victoire en poche cette saison. « Ce que j’ai aimé c’est que malgré le fait que la marque soit restée 0 à 0 durant un bon moment, on n’a pas dérogé de notre plan de match et on a été récompensés avec la victoire. On est revenus à la base à partir de la deuxième période et j’ai aimé la façon dont nous avons joué à ce moment-là. J’ai également aimé la façon dont on a joué en troisième. On a été patients et disciplinés avec la rondelle. »

Habituellement, un match où les rondelles ne touchent pas les cordages en est un où les gardiens ont été solides. C’était effectivement le cas mardi soir. Carey Price a repoussé les 24 disques dirigés vers lui, dont quelques-uns avec quelques secondes à faire au match, pour ainsi signer son cinquième jeu blanc et sa 30e victoire de la saison. Peu importe le plateau qu’il a atteint, le cerbère des Canadiens assure que quel que soit l’adversaire, il n’y a rien de garanti au hockey.

« Il n’y a pas de victoire facile dans cette ligue. Peu importe la position des Sabres au classement, ils font partie de la LNH et ils sont en mesure de pouvoir battre toutes les équipes contre lesquelles ils jouent », a expliqué le numéro 31 après le match. « Je me prépare de la même façon à chaque match. Lorsque tu joues contre les équipes de bas de classement, la chose à retenir est de rester concentré sur ce que tu as à faire. »

On avait une impression de déjà-vu devant le filet des Sabres ce soir. Un nom, un numéro et un masque familiers. Il s’agissait en fait de Matt Hackett, neveu de l’ex-porte-couleurs des Canadiens Jeff Hackett, qui en était à son premier départ au Centre Bell. Dans le vestiaire, tout le monde s’entendait pour dire que sans la performance du gardien des Sabres, le match aurait été bien différent.

« Buffalo avait un très bon jeune gardien. Hackett a été solide pour eux ce soir », a commenté Michel Therrien lors de son point de presse. « Il leur a donné une chance de gagner pendant 60 minutes. Sans ses arrêts, ça aurait été un match complètement différent. »

C’est avec huit matchs à faire que le Tricolore s’envole mercredi vers Detroit où ils affronteront les Red Wings jeudi soir. Ils quitteront par la suite le temps glacial du Michigan pour le chaud soleil de la Floride.

Philippe Frenette-Roy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 25 mars 2014
Faits saillants
Sommaire
Guerre de tranchées

En voir plus