Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

En quarantaine avec Kevin Durand

L'acteur canadien et longtemps partisan des Canadiens nous parle de sa vie dans le sud de la Californie durant la pandémie de la COVID-19

par Matt Cudzinowski. Traduit par Virginie Alary. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Nous nous sommes récemment entretenus avec l'acteur Kevin Durand, qui est en quarantaine avec sa famille dans le sud de la Californie.

Le natif de Thunder Bay en Ontario de 46 ans - et fier partisan des Canadiens - a échangé volontiers le fait de lire des scénarios et de donner la réplique aux plus grandes vedettes d'Hollywood afin de devenir un papa à temps plein à la maison pour ses deux petites filles, en plus de découvrir ses talents d'enseignant en même temps.

Jetez un coup d'œil à ce qu'il se passe dans la vie de Durand pendant cette pandémie de la COVID-19.

Quels projets - professionnels ou personnels - ont été mis « sur pause » avec tout ce qu'il se passe en ce moment?

Tout a été mis sur pause. Tout est arrêté. Je devais tourner un film qui devait se dérouler au Canada, mais qui sait quand cela recommencera. Personne ne le sait. Même les projets que je développe ont été mis sur pause. Beaucoup de personnes ont maintenant beaucoup de temps à passer à la maison pour faire beaucoup de choses. Les gens apprennent à jouer d'un instrument et lisent beaucoup de livres, mais j'ai de magnifiques enfants qui sont à la maison. Ma femme Sandra et moi, on enseigne toute la journée. À la fin de la journée, nous sommes tellement épuisés que mon cerveau ne veut plus écrire ou créer. Je suis choyé de tout ce temps. Je passe beaucoup de temps avec ma femme et mes filles. Amélie Moon est presque rendue à 5 ans, et Winter Fox a 11 mois maintenant. C'est incroyable. Ces deux-là nous gardent occupés et très heureux.

À quoi ressemble une journée de tous les jours pour vous?

Je me réveille avec ma plus jeune, ensuite on réveille ensemble ma plus vieille, et nous déjeunons et passons du temps ensemble. Je fais l'école pour Amélie jusqu'à presque 12h30, et nous mettons la plus jeune, le bébé, au lit. Ensuite, ma femme et moi s'entraînons. Nous avons construit un gym à la maison, et nous nous entraînons pendant qu'Amélie fait un peu de travail sur l'ordinateur. Elle fait du « ABCmouse », ce genre de truc. Nous nous entraînons environ six jours par semaine. Nous essayons simplement de garder la forme. C'est encore à peu près la même chose en après-midi, pour ensuite s'enfoncer dans le divan le soir, en essayant de récupérer et relaxer pendant quelques heures avant d'aller dormir et de tout recommencer le lendemain.

Avez-vous essayé de nouveaux passe-temps? Apprenez-vous de nouvelles habiletés?

Il n'y a simplement pas assez de temps avec les enfants. J'ai beaucoup de plaisir à enseigner. Nous allons prendre des marches en nature pour tenter d'identifier la faune et la flore, ce qui est très amusant. Il y a beaucoup de lézards et de serpents ici, et différentes araignées vraiment intéressantes. C'est bien d'en apprendre plus et de pouvoir les identifier. Puisque le hockey est sur pause, le seul hockey auquel j'ai accès est quand je m'entraîner. Comme une horloge, j'allume toujours, toujours, toujours le « NHL Network ». Je baisse le volume de la télévision parce que le bébé dort dans la pièce d'à-côté. Ça me rend simplement heureux et ça me calme. Ils présentent maintenant des matchs classiques, ce qui est très amusant à regarder. C'est impressionnant de voir à quel point le hockey a changé. Le niveau d'athlétisme d'aujourd'hui est simplement hallucinant.

Avez-vous atteint le stade « Je cuisine mon propre pain » ou « Je me coupe moi-même les cheveux ou je coupe les cheveux de l'autre » de la quarantaine à date?

Premièrement, cela fait très très longtemps que j'ai payé pour une coupe de cheveux. Cela fait plus de dix, parce que soit je le fais moi-même, soit ma femme le fait pour moi. J'étais prêt pour la quarantaine. Cela ne nous a pas vraiment affecté. Je crois qu'enseigner aux enfants a été le plus gros défi. C'est une chose merveilleuse. Ils commencent la prématernelle tellement tôt ici que c'est agréable d'avoir Amélie à la maison et de lui enseigner et d'apprendre en même temps. C'est excellent. Je retire le maximum de cette expérience parce que tout comme les joueurs de hockey, quand je travaille, j'ai rarement des « matchs » à la maison. Tout ce que je tourne est à l'extérieur de l'État, ce qui est très décevant parce que je suis toujours sur la route, alors je dois passer beaucoup de temps sur FaceTime ou par téléphone. C'est dur.

Two peas in a pool❤️ #girldad

A post shared by Kevin Durand (@thekevindurand) on

Vous êtes un grand amateur de sport. Qu'avez-vous fait afin de remplacer le trou laissé par la pause du sport durant cette crise?

J'aime participer, alors je suis sur mon vélo stationnaire tout le temps. Je compétitionne assez fréquemment sur Peloton. J'aime me garder actif. C'est le vieil athlète en moi. Je ne suis pas capable de le laisser partir. Je dois être prudent sur Peloton parce que c'est très difficile pour moi de laisser les autres personnes me battre, ce qui est très dangereux parce qu'il y a des cyclistes professionnels sur cette plateforme. Je dois parfois prendre une pause et me calmer. C'est amusant de voir autant de joueur de hockey sur Peloton durant cette quarantaine. C'est fantastique. J'ai également terminé la rédaction du premier brouillon de mon film sur le hockey, finalement. Je l'écrivais depuis à peu près sept ans, par-ci, par-là. Le rêve est que ce soit un film typique sur le hockey, un peu comme une histoire vraie. Nous verrons si j'y parviens. Je vais continuer de travailler.

Pouvez-vous nous donner des recommandations de quarantaine? Que lisez-vous, écoutez-vous ou joue-vous ces jours-ci?

Je suis toujours en train de lire les romans « Jack Reacher ». Il y en a 24 ou 25 maintenant. J'ai recommencé du début, encore une fois. Je les lis toujours avant d'aller au lit. Probablement parce que je reçois toujours des commentaires me disant que je devrais être Jack Reacher. J'ai réellement auditionné pour le rôle, directement de chez-moi, pour la future série sur Amazon. Mais même si j'ai le rôle ou non, j'aime vraiment les livres alors je les lis constamment. Pour ce qui est de ce que nous écoutons le soir, nous adorons « Schitt's Creek ». C'est notre nouvelle série préférée. Nous l'avons découvert un peu sur le tard, mais nous avons passé au travers des six saisons assez rapidement. Nous écoutions deux ou trois épisodes par soir. Je suis tellement fier que l'émission provienne du Canada. Elle rayonne à travers l'Amérique du nord et à l'étranger aussi. C'est vraiment populaire. Nous avons également commencé « The Morning Show » sur Apple TV. C'est tellement bon. Ce sont deux de nos préférés. Et nous écoutons aussi des vieux films. L'un de mes préférés est « Apocalypse Now Redux ». J'écoute également les « The Godfather ». J'aime tout de Martin Scorsese.

Y a-t-il des choses particulières que vous faites afin de garder une attitude positive durant les circonstances? 

Je ne crois que j'ai changé ma façon de voir la vie. J'essaie de demeurer au sommet de ma forme. Je dois suer et m'activer au moins une fois par jour. J'essaie de me garder dans le moment présent avec mes méditations. Quand tu as tout ce temps libre devant toi, ton ennemi est ta pensée. La monnaie la plus précieuse de nos jours est le degré d'attention. Je trouve qu'avec la méditation, l'entraînement et une alimentation saine, cela me garde dans un état d'esprit positif. Si je suis dans le moment présent, je peux apprécier tout ce qui est autour de moi. Si je n'étais pas dans le moment présent, je pourrais penser à toutes les choses qui me tracassent et toutes les choses que je ne possède pas. Je préfère me concentrer sur ce qu'il se passe ici et maintenant.

❤️❤️❤️

A post shared by Kevin Durand (@thekevindurand) on

Qu'avez-vous le plus hâte de faire une fois que les choses reprennent leur cours normal?

J'ai vraiment hâte de commencer mon propre film. C'est un rêve que j'ai depuis très longtemps. Je suis vraiment excité de mettre tout ça en branle et d'avoir le contrôle sur le quand, où, qui et comment. Quand la vie normale va recommencer, nous pourrons aller de l'avant avec cela. Mais bien honnêtement, cette distanciation sociale, pour ma femme et moi, ce n'est pas tellement difficile parce que nous sommes toujours un peu distants socialement. Nous vivons un peu dans notre petit monde. Lorsque je ne suis pas en tournage à l'étranger, je ne veux pas quitter ma maison. C'est bien de prendre son temps et de passer du temps avec les personnes que tu aimes. Tu dois leur montrer à quel point tu tiens à eux parce que lorsque la vie reprendra, c'est difficile de ne pas se faire prendre dans les rouages de la société. Donc c'est bien pour tout le monde de prendre de rependre notre souffle.

Quelle leçon positive tirez-vous de toute cette situation?

La plus grande leçon positive que les gens peuvent tirer de tout cela est cette opportunité de réellement se regarder dans le miroir, prendre de grandes respirations et de passer du temps avec leur famille. Je lisais un article dans lequel un docteur disait qu'il espérait que les gens comprennent que, que ce soit dû à la COVID-19, la grippe saisonnière ou autre, il y aura toujours des bactéries partout, que les gens deviennent plus sensibilisés au niveau de leur hygiène personnelle en lavant plus fréquemment leurs mains, et que nous serons peut-être capables de contrôler les autres virus plus facilement. Si les gens continuent de pratiquer des bonnes mesures d'hygiène, nous deviendrons peut-être en meilleure santé que nous l'étions auparavant.

En voir plus