Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

En pleine confiance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

TAMPA - Il n’y a pas meilleur moment pour une équipe de se sentir pleinement en confiance que lorsqu’elle se retrouve acculée au mur.

C’est la situation dans laquelle est plongé le Tricolore, qui disputera mardi soir un troisième match consécutif où il fera face à l’élimination contre le Lightning de Tampa Bay.

« Nous sommes habitués de jouer des matchs sans lendemain, c’est dans ces moments-là que nous sommes à notre meilleur », a attesté Michel Therrien au terme de l’entraînement des siens lundi après-midi. « Je sens que plus les matchs avancent, meilleurs et plus en confiance on devient. Mardi, ça ne sera pas différent.»

Des propos appuyés par des statistiques qui parlent pour elles-mêmes : depuis 2010, les Canadiens affichent un impressionnant dossier de onze victoires et quatre défaites lorsqu’ils font face à l’élimination.

« C’est de la manière dont tu joues qui te donne confiance. Des fois tu gagnes, tu t’en retournes chez vous et tu doutes un peu malgré la victoire », d’ajouter Therrien. « Dans les derniers matchs, je sentais un groupe déterminé, un groupe prêt. Des fois, les résultats ne sont pas toujours là, mais ça donne de la confiance. »

Max Pacioretty, le meilleur compteur du club ce printemps, abondait dans le même sens que son entraîneur.

« Nous avons confiance en notre jeu et en nous-mêmes », a-t-il plaidé. « Mais un mauvais bond ou une erreur peut mettre fin à notre saison, donc nous devons rester vigilants et être conscients de ça. »

Quant à la pression, elle est autant du côté des Floridiens que des Montréalais, selon lui. « Peu importe où tu joues, devant quelle foule tu joues, c’est la même chose, nous sommes en séries éliminatoires. C’est le championnat le plus difficile à gagner, tous sports confondus, et il y a une raison pour ça. Il y a tellement de pression à chaque match. Notre habileté à gérer cette pression et l’expérience des dernières séries nous ont aidées à devenir une équipe de séries », d’expliquer l’Américain.

Pas besoin de chercher bien loin pour trouver l’une des principales raisons qui explique la confiance démontrée par les Montréalais : elle se trouve devant le filet et compile une fiche de 7-0 dans les matchs où son équipe fait face à l’élimination depuis les Jeux olympiques de Sotchi en 2014. De quoi donner raison à Pacioretty.

« Il nous rend tous calmes », admet l’attaquant, à propos de Carey Price. « De l’avoir devant les buts, ça nous donne de l’assurance, on sait qu’il est là pour nous protéger. Il nous rend confiant à faire des jeux qu’on ne ferait peut-être pas si ce n’était pas lui derrière. »

Pour un jeune défenseur qui compte à peine une dizaine de matchs d’expérience en séries éliminatoires, pouvoir compter sur un leader aussi serein aide certainement à gérer les émotions et la nervosité.

« Dans notre équipe, les gars mènent par l’exemple. Price rend tout le monde plus calme en faisant des gros arrêts sans même cligner des yeux », d’ajouter Nathan Beaulieu, qui a fait son entrée dans la série samedi après avoir raté les six derniers matchs de son équipe en raison d’une blessure. « C’est la meilleure chose pour nous, de rester calmes et pas trop émotifs. »

Et à l’instar de Price, le Tricolore est demeuré bien calme après la dernière victoire, même s’il venait de réaliser ce qu’aucune autre édition des Canadiens n’était parvenu à accomplir avant, en forçant la présentation d’un sixième match après avoir tiré de l’arrière 0-3.

« C’était assez spécial après la dernière victoire, les gars ne pensaient qu’au prochain match », d’ajouter Beaulieu. « Nous n’avons pas vraiment célébré la grosse victoire; nous avons simplement pensé à ce que nous avions à faire ensuite. Ça démontre le caractère de ce groupe. »

Un groupe qui n’a aucunement l’intention de se séparer prochainement.

« Cette équipe est spéciale. Ce groupe de gars est spécial et nous avons beaucoup de plaisir ensemble. Nous ne sommes jamais lassés d’être ensemble. Nous voulons jouer pour chacun d’entre nous et nous supporter entre nous sur et en dehors de la glace », de conclure Max Pacioretty.

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.


LIRE AUSSI
Le Party DU Club - 12 mai 2015
Calepin des séries - 10 mai

À moitié chemin

En voir plus