Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Du premier coup

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – On a généralement qu’une seule chance de faire bonne impression et Lars Eller a su saisir cette occasion pour amorcer sa carrière dans la LNH.


Avec seulement sept matchs dans la LNH à sa fiche à l’approche de la saison 2010-2011, peu de gens à Montréal avaient idée de qui pouvait bien être Eller. La seule chose que tout le monde savait, c’est contre qui il avait été obtenu. Échangé à Montréal durant la saison morte en retour du héros des séries Jaroslav Halak, le jeune homme de 21 ans n’a pas vraiment pu passer sous le radar. Eller ne s’est toutefois pas mis trop de pression sur les épaules en cet an 1 d’une prometteuse carrière.

Revoyez les buts de Lars Eller
«Je n’avais pas vraiment d’objectif en terme de buts ou de passes. Je voulais surtout m’établir en tant que joueur dans la LNH et avec cette équipe », a expliqué Eller au sujet de ses attentes avant la saison. «C’était pas mal mon seul but et je crois que de ce point de vue, ça a été une année fructueuse pour moi. »

«Je crois aussi que je me suis développé en tant que joueur et j’ai terminé la saison de la façon que je le voulais », a-t-il ajouté. «Je crois que je suis un meilleur joueur que je ne l’étais en amorçant la saison. Il y a encore plusieurs d’aspects sur lesquels je peux m’améliorer et où j’ai besoin d’apprendre, mais je suis confiant. »

Une bonne partie du processus d’apprentissage de Eller a été facilité notamment par la présence dans son entourage de vétérans qui en ont vu d’autres. Alors que Eller a reçu de l’aide des vétérans, celui qui lui a prodigué les meilleurs conseils est le double champion de la coupe Stanley, Scott Gomez.

«Il y a beaucoup de bons vétérans ici et ils ont été bons avec moi toute l’année. C’est un bon groupe de gars. J’ai passé du temps à l’extérieur de la glace avec beaucoup de gars, mais je remercie spécialement Scott, qui a été bon pour moi cette année », a mentionné Eller au sujet du vétéran de 11 ans dans la LNH. «Il m’a bien traité et j’ai eu beaucoup de commentaires de sa part qui m’ont vraiment aidé dans mon développement. »

En séries, même s’il a souvent été confronté aux meilleures lignes adverses des Bruins, Eller présente une fiche de +-1, un sommet chez les Canadiens. Le joueur  de centre recrue a fini au troisième rang pour les mises en échec avec 18. Mais ce qui est le plus impressionnant chez le jeune Danois c’est qu’après avoir reçu une mise en échec tôt dans le match numéro 6, il a continué à jouer, malgré une épaule disloquée.

«C’est sûr que c’était un peu douloureux, mais le plus gros problème, c’est que je n’avais pas autant de force que je l’aurais voulu dans le bras », a-t-il admis. «Ça m’a peut-être affecté un peu, mais je ne veux pas utiliser ça comme excuse. J’ai grandi toute la saison et j’ai l’impression que j’ai connu de bonnes séries. J’ai joué comme le genre de joueur que je veux être. Mais il y a encore du chemin à faire. »

Alors que Eller a prouvé sa valeur en muselant les trios adverses, le jeune tireur d’élite n’est pas prêt à se voir accoler le nom «d’attaquant défensif».

«Je veux être un joueur comme [Tomas] Plekanec », a avoué Eller qui a terminé la saison avec 17 points en 77 matchs cette année. «Il joue en avantage numérique, en désavantage numérique et il est sur la glace quand on a besoin de gagner une mise en jeu et que la partie en dépend. Cette année, j’ai développé mes aptitudes défensives plus que jamais et peut-être que mes capacités offensives n’ont pas été autant mises en valeur, mais je suis confiant que ça va venir l’an prochain. »

« J’ai connu un bon départ cette année et les séries ont été une bonne façon de mettre la cerise sur le sundae », a-t-il expliqué. «J’ai trouvé une façon d’être à mon meilleur au bon moment et c’est quelque chose que j’ai toujours essayé de faire. Tu veux être à ton meilleur quand l’enjeu est important et maintenant je veux reprendre où j’ai arrêté. Je suis sûr que je vais avoir un bon été et que je vais revenir encore plus fort la saison prochaine. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.


VOIR AUSSI
Voir les bilans de fin de saison des joueurs
Garder la tête haute
Sentiments partagés
Fin de course pour le Tricolore 
En voir plus