Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Drouin affrontera un ami et un modèle

Jonathan Drouin et Nathan MacKinnon ont fait la pluie et le beau temps avec les Mooseheads de Halifax

par Joanie Godin @CanadiensMTL / canadiens.com

BROSSARD - Jonathan Drouin retrouvera un très bon ami sur la glace mardi soir lors de la visite de l'Avalanche du Colorado. 

Nathan MacKinnon et lui ont fait la pluie et le beau temps dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec lorsqu'ils portaient les couleurs des Mooseheads de Halifax, dans un passé pas si lointain. Les deux attaquants ont même mené les leurs jusqu'aux grands honneurs, en raflant la coupe Memorial en 2013.

Après avoir connu une saison difficile l'an passé - à l'image de son équipe -, MacKinnon est en pleine possession de ses moyens, alors qu'il a déjà récolté 59 points, dont 23 buts, en 45 matchs en 2017-2018.

«L'année passée, ils n'ont pas eu une bonne saison et c'est dur d'avoir une bonne saison individuelle quand ton équipe ne va pas si bien, a souligné Drouin lorsqu'interrogé sur l'éclosion de son ex-coéquipier.

Video: Jonathan Drouin sur le jeu de Nathan MacKinnon

«Là, son équipe va bien, avec neuf victoires de suite. Je regarde des fois les matchs et je pense que c'est lui qui transporte l'équipe offensivement, son trio est très bon. Mais tu vois que Nathan a fait un pas vers l'avant, c'est un gars orgueilleux. Il est comme ça. C'est un joueur qui a du talent, mais c'est aussi un gros bonhomme qui a de la vitesse et de la force. On le voit en avantage numérique», a ajouté le Québécois. 

Drouin dit qu'il s'inspire de la vedette de l'Avalanche, qu'il le prend comme modèle.

«J'ai joué avec lui et on était sur le même trio. On générait pas mal les mêmes chances, c'est un côté positif, parce que s'il est capable de jouer dans la LNH, d'être un bon joueur, un bon leader, je suis capable de le faire aussi», a-t-il mentionné.

Il aime aussi le genre de leader que MacKinnon est devenu.

«Nathan, ce n'est pas le gars qui parle le plus, il est quand même très calme, mais quand tu le vois embarquer sur la glace, il est frustré, il est fâché, il veut prendre le leadership. C'est un plus leader sur le banc que dans le vestiaire, et on voit que cette année, il a fait un grand pas de ce côté avec son équipe», a affirmé le numéro 92 du Tricolore.

Les deux amis devaient d'ailleurs souper ensemble lundi soir, avant de redevenir des ennemis sur la glace le lendemain. Et qui va payer la note?

«Il a un plus gros contrat, alors ça va être lui!» a répondu Drouin sans hésiter.

Reste que ce sera tout un défi encore une fois pour les hommes de Claude Julien de stopper MacKinnon et Mikko Rantanen, qui a 46 points à sa fiche.

«Il y a beaucoup de talent et de vitesse au sein de ce trio. Il faudra être efficaces si on veut les contrer. Ce sont tous de bons joueurs, ils ont une bonne vitesse, beaucoup de confiance et ils ont gagné beaucoup de matchs dernièrement. Ce sera un gros défi pour nous», a dit Tomas Plekanec.

Par ailleurs, Ales Hemsky a rencontré les médias pour la première fois depuis qu'il subi une commotion cérébrale qui le tient à l'écart du jeu depuis le 20 octobre.

«C'est de plus en plus long, alors tu te demandes ce qui arrivera dans un mois, dans quelques semaines. La saison est de plus en plus courte. On verra ce qui va arriver, mais je n'ai pas de réponse pour le moment», a-t-il répondu lorsqu'on lui a demandé s'il savait quand il pourrait revenir au jeu.

Video: Ales Hemsky sur son rétablissement après sa commotion

Les derniers mois n'ont évidemment pas été faciles pour le Tchèque.

«C'est une commotion cérébrale, alors tu es un peu déprimé et tu ne quittes pas la maison. Ce sont juste des choses normales quand tu as une commotion. Ce n'est pas plaisant», a-t-il admis.

Heureusement, les choses se replacent dans son cas.

«En ce moment, je me sens très bien. Je ne peux toujours pas encaisser de contacts, mais c'est un grand pas en avant par rapport à il y a un moi. C'est une grosse étape pour moi, alors je suis heureux de pouvoir patiner et de partir de là. Quand je vais commencer à avoir des contacts, ce sera une autre étape et on verra comment je vais réagir», a conclu l'attaquant de 34 ans.

En voir plus