Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Donner un pouce, prendre un pied

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Au lendemain d’une performance où ils ont obtenus plus de tirs au but, plus de mises en échec, plus de tirs bloqués, les Canadiens comprennent que pour battre les Capitals à Washington vendredi, ils devront frôler la perfection et surtout ne pas commettre la moindre petite erreur.


«La marge d’erreur est vraiment mince. C’est ce qui arrive quant tu joues contre une équipe de talent comme ça » a admis le pilote du Tricolore, Jacques Martin, après avoir rencontré ses joueurs. « Il faut réduire le nombre d’erreurs au minimum. Un joueur comme Ovechkin, parfois il n’a besoin que d’une seule chance pour marquer un but»

Pour les défenseurs du Tricolore, arrêter la locomotive Ovechkin, tout comme l’entièreté du train nommé Capitals, est un défi de tous les instants.
   
« Il fallait s’attendre à ce genre de confrontations. On joue contre certains des meilleurs joueurs de la planète et il faut être prêt à ce défi. Ce n’est pas facile, mais qui a dit que gagner, c’était facile » a laissé savoir Josh Gorges, qui a jusqu’ici bloqué 13 tirs depuis le début de la série, au septième rang de la LNH. «Il suffit de leur donner une demi-seconde, spécialement avec le genre de lancer de Ovechkin, et la rondelle est dans le filet. Il n’y a pas d’autre explication : on ne peut pas faire d’erreur et on ne peut pas leur laisser l’espace pour travailler. Si un gars fait une erreur, il faut que les quatre autres soient prêts à le supporter et à le couvrir.

Alors que certains voient le retard de 3 à 1 dans cette série comme un verre à moitié vide, certains préfèrent encore voir le verre à moitié plein. C’est notamment le cas de Michael Cammalleri, qui a récolté jusqu’ici au moins un point dans chacun des quatre matchs de la série pour un total de six.

« Je ne crois pas que nous ayons été arrêtés. Nous avons été capables de créer de l’espace et générer des chances de marquer. Quand on regarde le match d’hier, nous aurions pu marquer tellement de buts» a admis Cammalleri qui avait toutefois un petit conseil à donner à son équipe, ainsi qu’à lui-même. « Nous devrions obstruer un peu plus la vue du gardien, puisque lorsqu’il voit la rondelle, c’est beaucoup plus facile de faire la lecture du jeu directement sur la palette. Si on peut obstruer un peu la vue, nos chances de marquer vont grimper et notre pourcentage d’efficacité aussi. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Voir aussi:
Concours - Gagnez le bâton d'Andrei Kostitsyn
Cinq choses à savoir : Match 5
Centrale des séries
Le tout pour le tout
Le Tricolore dans l'eau chaude 
En voir plus