Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Devine qui vient dîner?

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Le jeu de la chaise musicale est enfin terminé. Peu importe le résultat de la rencontre entre les Flyers et les Penguins dimanche après-midi, les Canadiens se frotteront aux Bruins de Boston en première ronde des séries à compter de jeudi au Centre Bell.


Il s’agira de la 31e fois que les Canadiens et les Bruins croisent le fer en séries éliminatoires en plus de 84 ans de rivalité. Jusqu’ici, Montréal a largement eu le dessus, éliminant son rival du Massachussetts en 23 occasions. La formation montréalaise a notamment une fiche parfaite contre les Bruins en finale de la coupe Stanley en se sauvant avec le Saint Graal du hockey sept fois en autant d’affrontements.

Ayant affronté les Bruins à dix reprises durant les séries éliminatoires à l’époque où il chaussait encore les patins, Guy Carbonneau sait que son équipe devra livrer une dure bataille, malgré que sa formation a présenté une fiche parfaite de huit victoires et aucun revers contre les Bostoniens cette saison.

« Avant de penser à Boston, on va profiter du moment car ce fut une saison de rêve », a indiqué Carbonneau. « Ça va être une bonne rivalité, même si nous avons bien joué contre eux cette saison. On a hâte que ça commence. »

Alors que les Bruins tenteront sans aucun doute de faire amende honorable, les Canadiens sont loin de les prendre à la légère.

« Boston a une bonne équipe », a avoué Mathieu Dandenault. « Ça va être une série robuste. Que la série dure quatre, cinq, six ou sept matchs, il va falloir s’attendre à pouvoir donner la réplique physiquement. »

  Informations reliées
 Ça se termine sur une bonne note
 Le jeu des chiffres - 5 avril 2008
Les éléments ne manqueront pas pour faire revivre cette rivalité d’antan.

« L’entraîneur des Bruins était de ce côté-ci la dernière fois que les deux équipes se sont affrontées en séries », a expliqué Alex Kovalev en faisant référence à Claude Julien. « Il va certainement tout tenter pour nous battre. »

Impatient d’attendre le coup d’envoi des séries comme le reste de ses coéquipiers, Christopher Higgins sait qu’il n’y a pas un meilleur endroit lorsque le printemps arrive à Montréal.

« C’est le moment le plus plaisant de la saison qui commence parce que tout ce que vous faites veut dire tellement plus », a indiqué Higgins. « Que nous finissions premiers ou non, nous sommes vraiment fiers de ce que nous avons accompli en tant que groupe cette année. Cela ne change pourtant pas le fait que tout le monde va avoir des zéros au tableau quand les séries vont commencer. »


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus