Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Des perspectives différentes

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Cinq jours. C’est le temps qu’ont eu les différents espoirs et joueurs invités au camp de perfectionnement du Tricolore cette semaine pour se mettre en valeur et pour montrer comment ils ont progressé au cours de la dernière saison… ou même pour certains, de se faire voir pour une première fois.

Pour Charles Hudon, ces cinq derniers jours auront servi à démontrer à la direction des Canadiens qu’il s’est renforci physiquement et qu’il est prêt à passer à la prochaine étape.

« Mon objectif est toujours de me renforcer. Si vous posez la même question à Brendan Gallagher, sa réponse sera la même : se renforcer. Lorsqu’on n’est pas parmi les plus grands, il faut travailler plus fort », de déclarer Hudon, un choix de cinquième ronde en 2012, qui à sa première campagne avec les Bulldogs la saison dernière, a inscrit 19 buts et récolté 57 points.

« Depuis deux ans, c’est juste ça que je fais, de la force physique, pour les jambes par exemple, et à date ça va bien », d’ajouter celui qui a ajouté une douzaine de livres à sa charpente depuis qu’il a été repêché, faisant maintenant osciller la balance à 191 livres, comparativement à 178 il y a trois ans.

Quant à Michael McCarron – qui, à 6 pieds 6 pouces et 235 livres, n’a pas vraiment les mêmes priorités qu’Hudon – il veut avant tout prouver qu’il est maintenant prêt à être un joueur professionnel.

« Le junior, c’était plaisant, mais maintenant, mon travail, c’est d’être joueur de hockey professionnel. Je dois être prêt mentalement », a confié le premier choix des Canadiens en 2013, qui a remporté la coupe Memorial il y a un peu plus d’un moins à Québec. « Tout le monde se bat pour le même poste. Même si tu apprécies tous les gars ici, tu veux prendre le poste et jouer dans la LNH. Ça devient un jeu mental. »

Et ce poste, il peut aussi bien être à l’aile qu’au centre, une position qu’il apprécie de plus en plus.

« J’aime bien jouer au centre. J’aime prendre les mises en jeu. Je sens que je touche à la rondelle plus souvent à cette position. Je peux m’impliquer dans le match plus rapidement », d’expliquer l’attaquant qui a récolté 68 points à Oshawa et London cette saison. « Mais j’aime être polyvalent. Je crois que je peux jouer autant à l’aile qu’au centre. Peu importe où ils vont me placer, je vais faire le travail. »

Finalement, il y a Markus Eisenschmid, qui lui, cherchait simplement à se faire voir. Joueur invité, l’Allemand de 20 ans a été ignoré par les 30 équipes de la LNH au dernier repêchage, mais n’a pas attendu bien longtemps avant de recevoir un coup de fil d’une équipe du circuit Bettman.

« J’ai reçu un appel immédiatement après le repêchage à propos de l’invitation au camp. J’étais vraiment, vraiment content. Je n’étais pas vraiment déçu de ne pas avoir été repêché car je savais que j’allais travailler fort », de relater celui qui a évolué avec les Tigers de Medecine Hat dans la WHL lors des deux dernières saisons.

« Je voulais seulement faire mon travail, amener la rondelle en fond de zone et au filet, terminer mes mises en échec et montrer mes habiletés de patinage. Je crois que j’ai bien fait. Je dirais que j’ai été chanceux pour mes buts. Je jouais avec des très bons joueurs. Mais j’ai travaillé fort pour ça et c’est tout ce que je voulais », d’ajouter Eisenschmid, qui a inscrit quatre buts en trois matchs intra-équipe durant le camp.

« Je voulais prouver que je pouvais être de taille à ce niveau. Mais, évidemment, il y a toujours le niveau plus haut. Je veux toujours faire un pas en avant et être meilleur. C’était la première étape pour voir où j’en suis rendu. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

En voir plus