Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Derrière les lignes ennemies : Krug sur Petry

Le défenseur des Bruins nous parle de son ancien coéquipier dans les rangs universitaires

par Matt Cudzinowski, traduit par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

Malgré leurs confrontations sur la glace, les joueurs de la LNH réussissent néanmoins à se forger de solides amitiés loin de la patinoire. Nous avons pensé qu'il serait intéressant, dans ce cas, de faire du repérage dans les vestiaires adverses afin de dénicher un joueur ennemi qui nous permettrait d'en apprendre un peu plus sur un joueur des Canadiens. Aujourd'hui : le défenseur des Bruins Torey Krug sur son ancien coéquipier dans les rangs universitaires, Jeff Petry.

Tu connais Jeff depuis ta première année à l'Université Michigan State. Êtes-vous devenus amis rapidement ?
TOREY KRUG :
Immédiatement. Il m'a pris sous son aile lors de ma première journée sur le campus. Il était un excellent modèle pour moi ; de la manière qu'il jouait et qu'il se comportait dans le vestiaire. Il était notre capitaine. Il était une bonne personne à côtoyer. J'allais à son appartement me détendre à pas mal tous les jours après les classes et après les entraînements. J'ai beaucoup de beaux souvenirs de cette époque.

A-t-il été sévère avec toi lorsque tu étais une recrue ?
TK :
(rires) En effet oui. Il y a eu des moments où il a été un peu plus sévère à mon endroit parce que j'étais une recrue. Il a été bon envers moi. Il était très respectueux.

L'as-tu déjà nargué parce que tu as fini ta carrière à Michigan State avec plus de points que lui?
TK :
(rires) Non je n'ai jamais fait ça, surtout parce qu'il a évolué au sein d'équipes faibles lorsqu'il était là-bas. Je sais que durant une de ses saisons, il passait d'attaquant à défenseur constamment. Je suis pas mal sûr qu'ils ont enregistré que dix victoires durant une saison. Je ne ferai donc jamais ça.

Gardez-vous le contact durant la saison?
TK:
Oh oui, tout le temps. Nous nous textons continuellement pour prendre des nouvelles. Il a eu un bébé; je m'assure donc que toute sa famille va bien.

Jeff donne l'impression d'être un gars assez gêné. Puisque tu le connais très bien, est-il comme ça lorsque vous passez du temps ensemble?
TK :
Pas avec moi. Peut-être lorsque nous rencontrons de nouvelles personnes. Comme lorsque je l'ai présenté à ma femme la première fois, il était gêné. Il l'est vraiment, mais lorsqu'il commence à se sentir à l'aise, nous citons des films et nous agissons comme des idiots.

Passez-vous du temps ensemble durant l'été? Que faites-vous comme activité?
TK :
Je passe la majorité de mon temps à Boston, mais lorsque je vais passer du temps dans le Michigan, je m'assure toujours d'aller le visiter et d'aller voir sa femme et son enfant. Il a une maison assez cool sur le bord d'un lac, c'est toujours bon d'aller le voir. Il est toujours au camp professionnel de Michigan State. Nous passons cette semaine entière ensemble.

Durant nos années universitaires, nous jouions à des jeux vidéo, nous regardions des films, les citions et avions du plaisir. Maintenant c'est plus relaxe et nous passons du temps au lac, buvons du vin et avons du plaisir.

Nous avons entendu que tu étais un des garçons d'honneur de Jeff à son mariage et qu'il était un des tiens lors du grand jour. Est-ce que ce fut une décision facile à prendre?
TK :
En réalité je ne l'étais pas, mais j'étais à son mariage, et lui au mien. Ça démontre à quel point notre amitié est solide. C'était bien d'être là. Nous serons amis pour le reste de nos vies. Il est le genre de personne que vous voulez à vos côtés à votre mariage. C'était une décision facile dans les deux cas.

Qui avait les meilleures démarches sur le plancher de danse?
TK :
(rires) Jeff est trop gêné pour aller sur le plancher de danse. Je crois que nous serions tous les deux d'accords que c'était moi.

Est-ce que votre amitié a changé depuis qu'il est avec les Canadiens?
TK :
C'est toujours très solide. Je l'avais averti une fois sur la glace que nous n'étions plus amis. (rires) Il sait que c'est strictement professionnel lorsque nous sommes sur la patinoire.

Disons que tu n'étais pas marié, t'imaginerais-tu avoir comme garçon d'honneur un joueur du Tricolore?
TK :
Pour être honnête, ce serait très difficile. Si nous n'avions pas fait connaissance auparavant, je ne pense pas que ça arriverait. Mais en même temps, il y a des choses qui vont plus loin que le hockey comme l'amitié et le mariage.

Nous avons appris que Jeff était un joueur de baseball plutôt doué. Te considérerais-tu un meilleur joueur de balle que lui?
TK :
Je ne sais pas à quel point il était bon. J'ai toutefois entendu une histoire que lorsqu'il a voulu arrêter le baseball, il avait peur de le dire à son père. Mais nous nous lancions souvent la balle à l'école et dans le stationnement de son immeuble à logements. Je sais qu'il a un très bon bras et qu'il ferait sûrement un bon joueur de premier but en raison de sa grandeur.

Et au bras de fer?
TK :
(rires) Je ne sais pas. Nous devrions essayer ça un soir. Il a l'avantage en raison de sa grandeur, mais j'ai de plus gros avant-bras. Nous verrons…

Quel genre de père penses-tu que Jeff est : un papa gâteau ou un papa strict?
TK :
Il va être un papa gâteau. Je crois que sa femme jouera davantage à la police à la maison. Il va être amusant. C'est lui que Boyd ira voir lorsqu'il voudra quelque chose.

En voir plus