Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Derrière les lignes ennemies : Wheeler sur Pacioretty

Le capitaine des Jets nous parle de son voisin durant la saison estivale

par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

Malgré leurs confrontations sur la glace, les joueurs de la LNH réussissent néanmoins à se forger de solides amitiés loin de la patinoire. Nous avons pensé qu'il serait intéressant, dans ce cas, de faire du repérage dans les vestiaires adverses afin de dénicher un joueur ennemi qui nous permettrait d'en apprendre un peu plus sur un joueur des Canadiens. Aujourd'hui : l'attaquant des Jets Blake Wheeler sur son partenaire d'entraînement durant l'été, Max Pacioretty. 

Comment Max et toi vous êtes-vous rencontrés? Quelle a été ta première impression de lui?
BLAKE WHEELER :
Nous nous sommes affrontés dans les rangs universitaires et nous avons joué un contre l'autre pour la première fois dans la LNH lorsque j'étais à Boston. La première fois que nous avons été coéquipiers, c'était en 2014, lors des Jeux olympiques à Sotchi. C'est là que j'ai rencontré un gars très décontracté et discret. Il est un peu plus jeune que moi et il était un des plus jeunes au sein de l'équipe olympique, il ne parlait donc pas beaucoup dans le vestiaire. Mais à la Coupe du monde l'an dernier, il était un peu plus impliqué et plus volubile.

À quel point était-ce agréable de pouvoir enfin évoluer au sein de la même équipe aux Jeux olympiques et à la Coupe du monde, après avoir été adversaires pendant si longtemps?
BW :
C'était très cool à la Coupe du monde parce que je le connaissais un peu mieux. J'habite en Floride durant l'été depuis trois ans et il a commencé à s'entraîner là-bas depuis pas mal au même moment. Nous avons appris à très bien nous connaître. Ensemble, nous jouons au golf, nous nous entraînons et nous patinons. C'est plaisant de passer du temps avec lui et d'en apprendre plus sur lui, loin de la patinoire.

Qui est le meilleur golfeur entre vous deux?
BW :
(rires) Je dirais que je suis un peu meilleur que lui au golf parce que je joue depuis plus longtemps. Vous voyez la façon qu'il décoche ses tirs au hockey, il fait pas mal la même chose lorsqu'il s'élance au golf. Il tient son bâton un peu trop serré. Nous travaillons encore là-dessus.

Vous êtes voisins en Floride durant l'été et vous avez tous les deux des petites familles, avec deux enfants chacun. Est-ce que vos jeunes s'entendent bien?
BW :
Les enfants ont presque le même âge. Nous un vivons dans un quartier très cool. Sa maison n'est qu'à une petite randonnée en voiturette de golf de la mienne. De temps en temps, nous envoyons nos enfants chez lui en voiturette et ils se chamaillent avec des bâtons de hockey. (rires) Tous nos enfants aiment le hockey et le sport et ils s'entendent très bien.

Vous entraînez-vous souvent ensemble?
BW :
Nous avons commencé à patiner ensemble l'été dernier. C'est bien de s'entraîner avec d'autres gars comme lui. J'ai parlé de son lancer plus tôt, mais de voir à quel point il est explosif, c'est assez incroyable.

Vous êtes deux des meilleurs buteurs du circuit. D'après toi, qui possède le meilleur lancer entre vous deux?
BW :
(rires) Lui… et de loin! Je marque la majorité de mes buts en poussant la rondelle de l'autre côté de la ligne rouge. Il peut compter d'à peu près partout. Nous avons un jeune dans notre équipe nommé Patrik Laine qui a un tir similaire à celui de Max. Selon moi, ils ont les deux meilleurs tirs des poignets de la planète.

 

Lorsque vous vous reposez sous le chaud soleil de la Floride l'été, parlez-vous souvent des hivers de Winnipeg et de Montréal?
BW :
Tout le temps. Nous venons tous les deux de climats froids, donc ce n'est rien de nouveau pour nous. Je suis de Minneapolis et il vient du Connecticut. Nous sommes habitués, mais lorsque nos carrières au hockey seront terminées, ce sera facile pour nous de passer nos hivers en Floride.

Gardez-vous contact durant la saison?
BW :
Nous nous envoyons des textos de temps en temps. Comme lorsqu'il a eu sa soirée de quatre buts plus tôt cette saison. J'ai vu à quel point il travaille fort durant l'été, c'est donc génial de voir ses efforts être récompensés.

Tu as été nommé capitaine des Jets il y a quelques mois. Est-ce que Max t'a donné des conseils pour ton nouveau rôle?
BW :
Lorsque j'ai appris que je serais nommé capitaine, je ne lui ai pas demandé de conseils, mais je lui ai posé des questions sur son rôle. Il a un des postes les plus difficiles de la LNH à tire de capitaine des Canadiens de Montréal., probablement l'équipe avec le plus d'histoire de la Ligue et avec des partisans incroyablement passionnés. Ce poste vient avec beaucoup de pression. C'était super de savoir comment il a composé avec certaines situations et comment il a su garder le contrôle.

Max est reconnu pour être un gars calme et entièrement dévoué à son travail lorsqu'il est à l'aréna. Est-il également comme cela loin de la patinoire?
BW :
Il est très relaxe. Il a un excellent sens de l'humour et ne se prend pas du tout au sérieux. Lorsqu'il est à l'aréna, il est vraiment dévoué à ce qu'il fait, mais lorsqu'il est avec sa famille, on voit un différent côté de lui. On voit aussi à quel point c'est une bonne personne.

Pourrais-tu nous dire quelque chose à propos de Max que peu de gens connaissent à son sujet?
BW :
En fait… Je vous ai déjà dévoilé le secret de son élan au golf! (rires)

En voir plus