Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Défense d'entrer

par Staff Writer / Montréal Canadiens
In order to view this page you need JavaScript and Flash Player 9+ support!
MONTRÉAL - -Les équipes de la LNH qui avaient planifié de rentrer dans la zone montréalaise comme on rentre dans un moulin à vent devront revoir leur approche.


Au cours de la saison morte, le directeur-gérant Bob Gainey a fait signe à plusieurs vétérans sur le marché des joueurs autonomes pour solidifier la défensive de son équipe, embauchant tour à tour Jaroslav Spacek, Hal Gill et Paul Mara.

Désormais un jeune vétéran au sein de la brigade défensive, Josh Gorges voit d’un très bon œil la venue de ces trois arrières d’expérience.

« Nous avons certainement une brigade défensive plus expérimentée avec Hal qui vient de gagner la coupe Stanley et Jaroslav qui a participé à la finale. En tant que jeune vétéran, j’aurai la chance d’apprendre beaucoup d’eux », a indiqué Gorges. « La courbe d’apprentissage est un peu abrupte alors que nous allons devoir apprendre à nous connaître et cela va peut-être prendre un certain, mais il y a certainement dans le vestiaire un « buzz » et l’enthousiasme que je n’avais pas vu par le passé. »

Ayant paraphé une entente de deux ans avec le Tricolore dès les premières heures de l’ouverture du marché des joueurs autonomes le 1er juillet dernier, Gill se sent déjà dans ses pantoufles à Montréal, dans son nouvel environnement et avec ses nouveaux coéquipiers. »

« On dirait que ça fait deux ou trois ans que nous jouons ensemble », a indiqué le défenseur format géant. « Tous les gars ont voulu arriver assez tôt. La saison dernière a été difficile pour quelques uns et l’ajout de nouveaux visages leur fera peut-être du bien. L’atmosphère est déjà très agréable entre nous, nous blaguons, nous gardons l’ambiance légère. »

Bien qu’il n’ait pas encore discuté de son rôle avec le personnel d’entraîneurs, le vétéran de 34 ans sait néanmoins à quoi s’attendre.

« Je connais très bien mon rôle : je dois dégager le devant du filet. Vous m’avez déjà vu jouer, non? », a lancé Gill, tout sourire. « Si Carey n’a pas la vue libre, je ne fais pas mon travail. Je dois également assurer du leadership auprès des plus jeunes, mais c’est néanmoins à tous les joueurs d’assumer du leadership, que l’on commence la saison avec un capitaine ou pas. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
Gill et Stanley réunis
Faites connaissance avec Hal Gill
Jaroslav Spacek s'entend avec les Canadiens 
L'avantage Paul Mara 
En voir plus