Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

De l’amour dans l’air

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BUFFALO – Les joueurs des Canadiens et des Sabres ne s’enverront sûrement pas de petits mots doux durant la saison morte.


S’affrontant pour une troisième fois depuis le 12 février, on a senti au cours des dernières semaines que l’animosité entre les joueurs des deux formations augmentait de match en match. Nous avions notamment eu droit à d’intenses discussions entre Evander Kane et P.K. Subban le mois dernier et deux bagarres avec des intervenants différents la semaine dernière au Centre Bell.

Mais lors de leur dernier rendez-vous en saison régulière mercredi soir à Buffalo, les portes-couleurs des deux équipes ont semblé vouloir régler des comptes avant qu’ils ne se retrouvent la saison prochaine. Si les chiffres importants de cette rencontre sont ultimement ceux du pointage final de 3 à 2 en faveur du Tricolore, les 100 minutes de punitions décernées par les arbitres et les nombreuses scènes de brasse-camarade survenues au cours de la rencontre ont retenu l’attention au terme de la victoire des visiteurs.

« Je ne sais pas pourquoi ça a été si robuste ce soir. Quand tu affrontes une équipe cinq fois par année ou deux-trois fois dans un mois, il va y avoir de l’animosité. Je suis encore nouveau dans cette division et je ne connais pas l’histoire entre ces deux équipes. Mais les Sabres sont une grosse équipe et ils ont joué fort. J’aime les matchs robustes comme ça. C’était amusant », a mentionné Paul Byron, auteur du but gagnant en prolongation. « Je suis fier de notre équipe. Aujourd’hui nous avons joué avec beaucoup de caractère. Tout le monde a bataillé ce soir. Parfois il y a des matchs qui sont très robustes dans notre Ligue, mais c’est très bon pour notre équipe de jouer des matchs comme ça. »

Alors que les joueurs se sont lancés diverses invitations tout au long de la partie, le summum de ces échanges est survenu au cours du deuxième vingt alors que 52 minutes de punitions ont été purgées par les membres des Canadiens et des Sabres. De plus, nous avons presque eu droit à un rare combat entre gardiens alors que Robin Lehner des Sabres a voulu inviter Ben Scrivens à danser. Si Lehner est reconnu depuis longtemps comme un gardien intense qui n’a pas froid aux yeux, Scrivens, mais s’il était prêt à y aller, était bien au fait des capacités de pugilistes de son adversaire. Préférant plutôt rester à sa ligne bleue plutôt que de rendre à l’autre extrémité de la glace, le gardien du Tricolore n’aurait pas hésité à le faire pour aider ses coéquipiers.

« Je l’aurais fait, mais il aurait fallu que plusieurs choses surviennent pour que ça se concrétise. Si mes coéquipiers en auraient eu besoin, je l’aurais fait », atteste Scrivens, qui a stoppé 41 des 43 tirs dirigés vers lui pour mériter une cinquième victoire cette saison. « Nous nous connaissons depuis longtemps. Nous étions des recrues dans l’AHL en même temps et nous avons fait notre chemin vers la LNH. Nous nous considérons des amis, mais à l’extérieur de la glace. Ce n’est pas pareil qu’être des coéquipiers sur la patinoire. J’étais prêt à y aller. Je ne veux pas prédire comment j’aurais fait, mais il est un gros bonhomme. Je crois qu’il est un peu plus fou que moi! »

Après la difficile sortie de mardi face aux Panthers où ils s’étaient inclinés 4 à 1 au Centre Bell la veille, les Canadiens savaient qu’ils devaient se racheter et faire oublier cette contre-performance, malgré le fait qu’ils disputaient un deuxième match en autant de soirs. Le fait que le duel face aux Sabres ait été si robuste leur a permis de demeurer alertes et éveillés et ils ne se sont jamais laissé faire. S’ils ont été dominés au chapitre des tirs au but, ils ont toutefois toujours été dans le coup et c’est avec ce type de mentalité qu’ils iront de l’avant pour lors du dernier droit de la saison régulière.

« Je crois que parfois tout ce qu’il faut c’est un coup, quelque chose pour allumer les choses. Ensuite les gars commencent à foncer. Tout est une question de la manière que vous répondez. Il faut défendre ses coéquipiers. Nous avons démontré le caractère de notre équipe », a partagé Greg Pateryn, qui a inscrit le premier but de sa carrière dans la LNH, mercredi soir, en plus de distribuer quatre mises en échec en 21 minutes de jeu. « Tout le monde savait qu’après notre dernier match, nous devions revenir forts et obtenir une grosse victoire d’équipe. C’est ce que nous avons fait. C’est le type de groupe de gars que nous avons ici. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Faits saillants: Canadiens vs. Sabres
À toi le tour
Près d’un retour
Le bon côté des choses

En voir plus