Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

De la bouche de l'ennemi - 8 janv. 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - Voici les commentaires recueillis dans le vestiaire des Leafs au terme de la rencontre mouvementée de jeudi au Centre Bell.


Les pénalités pleuvent

Son protégés ayant poiroté pendant 82 minutes au banc des pénalités jeudi, personne n'a été surpris d'entendre Ron Wilson se plaindre du travail des hommes rayés.

« Je n'ai pas aimé la manière dont le match a été arbitré. Nous étions les victimes lors de plusieurs mêlées et certains de nos joueurs ont été envoyés au cachot pour dix minutes. En fait, ce sont trois de nos meilleurs joueurs qui ont passé beaucoup de temps au banc des pénalités pour n’avoir rien fait, mais c'est hors de notre contrôle. »

Bon retour Mikhail!

Après être passé relativement inaperçu au cours de son passage de 27 matchs à Montréal, l'attaquant des Leafs Mikhail Grabovski était le centre d'attention au terme de la rencontre de jeudi. Ayant vu les arbitres mettre un terme à son combat avec son compatriote Sergei Kostitsyn avant même qu'il ait débuté, il a enguirlandé la foule avant de quitter vers les douches.

« Tout le monde me déteste maintenant à Montréal parce que je joue pour Toronto. Profitez-en si Montréal gagne la coupe, mais je suis heureux à Toronto. C'est mon équipe maintenant et je me balance de Montréal. [Kostitsyn] n'est plus Biélorusse, il est Français. Je ne me bats jamais avec des joueurs biélorusses et je ne sais pas pourquoi il veut se battre. S'il veut jeter les gants, qu'il descende dans la rue."

Un classique selon Stajan


Au cours d'un match où la rivalité Montréal-Toronto a été célébrée, Matt Stajan, natif de Mississauga en Ontario, étit d'avis que la rencontre a respecté l'esprit de la soirée. Il aurait toutefois préféré une fin à la 1967...

« À chaque fois qu'on affronte cette équipe, la foule se met de la partie et il y a beaucoup d'émotion. Je pense qu'il y a eu une mêlée à la fin de chaque séquence. Cela étant dit, nous avons tiré de l'arrière sans ne jamais pouvoir rétrécir l'écart et c'est le résultat final. »

Félix-Antoine Viens écrit pour canadiens.com
En voir plus