Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

De la bouche de l'ennemi - 2 déc. 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - Voici quelques commentaires recueillis dans le vestiaire des Thrashers d'Atlanta au terme de la rencontre de mardi au Centre Bell.


Du déjà vu pour Hainsey.

Pour l'arrière des Thrashers, Ron Hainsey, ceci n'avait rien de nouveau. Bien que le défenseur, premier choix du Tricolore en 2000, connaissait bien l'atmosphère du Centre Bell, il aurait préféré que la rencontre se termine autrement.

« Tu ne veux évidemment jamais tirer de l'arrière 3 à 0 ici, mais ça n'a pas été désastreux. Nous avions encore beaucoup d'énergie en troisième et ils semblaient reculer, on a donc pu revenir, ça nous arrive souvent ces temps-ci », a indiqué Hainsey, qui a disputé 32 rencontres  en deux saisons avec Montréal. « On commet des erreurs qui, à ce niveau, nous empêchent de compétitionner. C'est pourtant simple. »

Le joueur natif de Laval, Éric Perrin, tentait de prendre les choses du bon côté.

Bien que la défaite soit dure à avaler, le centre de 5 pieds 9 pouces préfère mettre l'emphase sur ce qui a bien fonctionné.

« Nous faisons figure de négligés à chaque match. Lorsqu’on fournit un effort de la sorte et qu'on n'obtient pas le résultat espéré, c'est démoralisant. Nous avons marqué rapidement, surtout contre une équipe de ce calibre, et on espère qu'on pourra bâtir sur cela. »

L'entraîneur John Anderson aimerait voir les siens prendre les devants.

Alors que l'entraîneur des Thrashers, qui en ait à sa première saison derrière le banc d’Atlanta, était satisfait de l'effort des siens, il est conscient que les remontées inachevées ne sont pas comptabilisées pas dans la colonne des points.

« C’est un peu à l’image notre saison. Nous avons eu des mauvais bonds dans des moments critiques, mais d'un autre côté, on ne peut les laisser prendre les devants 3 à 0. Toute la saison nous sommes revenus de l'arrière, mais nous devons sortir forts et prendre les devants. Montréal est un endroit difficile où jouer, la foule est bruyante et c'est excitant, mais lorsque tu tires de l'arrière 3 à 0 face aux Canadiens, tu es dans le trouble. »

Félix-Antoine Viens écrit pour canadiens.com

À lire également:
Le jeu des chiffres - 2 déc. 2008

En voir plus