Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

De la bouche de l'ennemi - 18 oct. 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL -- Voici ce que les joueurs et l’entraîneur des Coyotes de Phoenix avait à dire au terme de leur visite à Montréal samedi.


Shane Doan à propos de Carey Price

Le capitaine des Coyotes, Shane Doan, a participé à une rencontre de famille officieuse samedi au Centre Bell en affrontant son cousin Carey Price.

« Il a prouvé à sa première saison qu'il était un excellent gardien dans cette ligue. Il a démontré ce qu'il pouvait faire à ce niveau. »

Bien qu'il ait gâché le jeu blanc de Price avec dix minutes à faire à la troisième, Doan avait davantage en tête la chance ratée plus tôt dans le match.

« Il m'a frustré lors de la première occasion. Il a réalisé un arrêt important alors que la marque était de 1 à 0. Il a été excellent ce soir. »

La sagesse de la Merveille

La légende vivante et entraîneur-chef des Coyotes, Wayne Gretzky, sait bien que le fait de protéger sa vedette fait partie du hockey. Gretzky n'a pas été surpris de la tournure de la rencontre suite à la sévère mise en échec servie le défenseur Kurt Sauer à l’endroit d’Andrei Kostitsyn, qui a dû quitter la rencontre.

« Ils défendent leur coéquipier. Ils ont agi en équipe. Lorsque l'un de tes meilleurs joueurs se fait frapper, que ce soit légal ou non, tu vas le défendre. À la fin, ils ont fait ce qu'ils avaient à faire et nous aussi. »

Malgré un difficile voyage dans l’Est et une dure soirée au Centre Bell, la Merveille avait de bons mots pour l’équipe de Guy Carbonneau.

« Nous avons perdu aux dépens d'une très bonne équipe de hockey ce soir, une des meilleures de la ligue. Lorsque tu affrontes les deux meilleures équipes de l'Association Est coup sur coup (NDLR: les Coyotes se sont incliné à Ottawa vendredi), c'est très difficile. Nous allons maintenant profiter d’une semaine de congé. »

Kurt Sauer à propos de Georges Laraque

Kurt Sauer fait peut-être osciller la balance à 220 livres, mais le défenseur sait quand dire non. Lorsque Georges Laraque l'a invité à jeter les gants après sa mise en échec sur Kostitsyn, Sauer a poliment décliné.

« C'est un joueur costaud, il est très dure et je ne fais pas partie de cette catégorie. Ça ne m'intéresse pas. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Félix-Antoine Viens.

À lire également:
Le Tricolore demeure invaincu
Sur les traces du « Rocket » 
Le jeu des chiffres : 18 oct. 2008 
En voir plus