Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

De la bouche de l'ennemi - 15 nov. 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - Voici quelques commentaires recueillis dans le vestiaire des Flyers au terme de leur victoire de 2 à 1 samedi au Centre Bell.


Après sept défaites consécutives en saison régulière face au Tricolore, Mike Knuble savoure la victoire.

« C'est difficile de gagner dans cet édifice, l'atmosphère est électrisante, c'est très plaisant. C'est une ambiance de séries éliminatoires et tu peux rapidement te retrouver sur les talons face au style de joueurs qu'ils ont, ils vont te mettre de la pression. »

Un soulagement pour Scott Hartnell.

« C'était un peu inquiétant, ils trouvent toujours un moyen de revenir vers la fin. Ils patinent et prennent d'assaut la zone offensive, on s'est donc concentré sur la défensive, mais ils ont des gars comme Koivu, Kovalev et Plekanec. Ils étaient frustrés et ça a paru sur la patinoire. »

Le gardien des Flyers, Martin Biron, a apprécié l'accueil des partisans du Tricolore. 

« Ils chantaient mon nom? Ça devait être ma famille », a d’abord rigolé Biron. « Si tu voyais la liste que j'ai, il y avait 550 personnes qui m'attendaient et ceux eux qu'on entendait. »

« C'est plaisant, je me rappelle avoir scandé le nom de Patrick Roy quand j'allais aux matchs au Colisée de Québec plus jeune et je trouvais ça génial. Quand le match commence et qu'ils scandent mon nom pour me déconcentrer, je prends ça comme un signe de respect et je suis flatté que les partisans me prenne comme cible. »

Biron au sujet des huées envers l'équipe locale
.

« Je ne dirais pas que ça arrive très souvent, mais ils sont comme les partisans de Philadelphie. Ils sont sévères, ils connaissent bien le hockey et ils te le laisseront savoir si les choses ne se déroulent pas bien. C'est ce qu'ils ont fait ce soir. »

Félix-Antoine Viens écrit pour canadiens.com

À lire également:
Le jeu des chiffres - 15 nov. 2008

En voir plus