Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

De la bouche de l'ennemi - 13 déc. 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - Voici ce que les joueurs des Capitals avaient à dire au terme de leur victoire in extremis samedi au Centre Bell.


La victoire, une langue universelle

Même si le gardien des Capitals Simeon Varlamov, qui a signé la victoire à son premier match dans la LNH, a eu besoin d'un interprète dans le vestiaire pour se faire comprendre des journalistes, son sourire en disait long. Il s'agissait visiblement d'une soirée spéciale pour le gardien russe, la crème sur son visage, gracieuseté de son coéquipier Alexander Ovechkin, en faisait d’ailleurs foi.

« C'est spécial. J'étais concentré dès le début du match. Ce n'était pas facile, mais nous avons gagné. Je tenais à l'emporter comme lors de mon premier match en Russie. Quand j'ai joué pour l'équipe russe, j'ai gagné à mon premier départ et ce soir, j'ai remporté mon premier match dans la LNH. Alex m'a fait le coup de la tarte à la crème, c'est un gars comique », a poursuivi Varlamov en riant.

La stratégie de Boudreau: prendre beaucoup de pénalités

« Vous savez comment ça se passe, quand une équipe en arrache sur l'avantage numérique comme Montréal, plus elle obtient des supériorités numériques et qu'elle ne marque pas, puis elles s'enlisent », a commenté l'entraîneur-chef Bruce Boudreau. « J'étais seulement inquiet qu'il marque en début de match, ils auraient pu soudainement reprendre confiance. Une fois qu'ils ont raté quatre ou cinq chances, je me disais que s'ils étaient à nouveau pénalisés, on aurait peut-être même une chance de marquer. »    

La boule de cristal de Boudreau

« Ils ont obtenu plusieurs opportunités avec trois minutes et demi à faire et ils ont raté, je me suis alors dit que c’était terminé. Je savais qu'on allait obtenir notre chance et c'est arrivé lors de la séquence suivante. »

Ovechkin et Montréal : une histoire d’amour-haine

De la façon dont la super-vedette Alexander Ovechkin parlait des Canadiens et de leurs partisans, c'était à croire que le coloré attaquant faisait campagne pour obtenir une place sur la formation partante lors du Match des étoiles - ou peut-être un nouvel emploi au terme de son contrat d’une durée de 10 ans!

« La foule montréalaise est l'une des plus bruyantes de la ligue et l'atmosphère est électrisante ici, c'est une place incroyable pour jouer au hockey. Alors que [Varlamov] s'amène ici contre l'une des plus grandes équipes de l'histoire de la LNH et remporte le match est incroyable. Il a signé la victoire à lui seul. »

Félix-Antoine Viens écrit pour canadiens.com

À lire également:
Une autre vision du futur
Le jeu des chiffres - 13 déc. 2008

En voir plus