Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

De bon augure

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Le camp d’entraînement est peut-être jeune, mais Alex Galchenyuk et Lars Eller semblent s’adapter rapidement à leurs nouveaux rôles.

Même si cela ne fait que trois jours officiellement que le camp d’entraînement est amorcé, même si les rencontres présentés au cours des derniers jours en étaient des simulées opposant des joueurs de la même équipe, force est d’admettre que Michel Therrien avait du flair lorsqu’on regarde quelques-unes des nouvelles expériences qu’il a tentées jusqu’à présent.

Suite à l’annonce de l’entraîneur-chef du Tricolore lors du tournoi de golf qu’Alex Galchenyuk allait dorénavant évoluer à la position de centre, plusieurs se demandaient qui allait céder sa place au milieu à l’Américain de 21 ans. La réponse s’est fait connaître depuis vendredi alors que Galchenyuk a été flanqué du nouveau-venu Alex Semin et de Lars Eller, qui a été utilisé dans plusieurs situations différentes à titre de joueur de centre depuis plusieurs années à Montréal. Si le public a peut-être été surpris de voir que c’était l’attaquant danois qui a été choisi pour changer de position, c’était tout le contraire pour le principal intéressé.

« Lars savait déjà qu’il allait jouer à l’aile. Comme avec Chucky, je me suis assis avec lui durant l’été pour lui expliquer nos plans. C’est la décision qu’on avait prise. Pour Lars, c’est un beau défi de jouer avec ces deux gars-là. J’espère qu’il connaîtra du succès », a indiqué Michel Therrien samedi après-midi. « On a toujours cru en ses habiletés. Quand tu joues au centre, tu as plus tendance à vouloir forcer des jeux ou à vouloir alimenter tes ailiers. Tandis qu’à l’aile, tu peux davantage foncer au filet et lui il est un gros bonhomme, il patine bien et il a un bon lancer comme nous avons vu aujourd’hui. »

Suite à une rencontre où il a trouvé le fond du filet à deux reprises, Eller n’a pas semblé être dépaysé par ce changement, notamment sur une séquence où il a battu Carey Price d’un précis tir du poignet dans le haut du filet alors qu’il longeait la bande. Amorçant sa sixième année à Montréal, l’attaquant de 26 ans pourrait s’avérer un excellent complément à Galchenyuk et Semin, qui sont reconnus pour leur brio en zone offensive. Ce bagage d’expérience qu’il a accumulé au fil des saisons lui a permis de voir que ce changement n’en serait pas un néfaste et que qu’il pourrait lui permettre d’être encore plus prêt à affronter de nouvelles situations qui se présenteront à lui.

En vrac: Eller

« J’ai tellement gagné au niveau de l’expérience au cours des dernières années. Je sens que je suis à un bon endroit présentement, je me sens très à l’aise et j’ai très hâte que les véritables choses s’amorcent », a admis Eller à propos de ses prouesses offensives des derniers jours dans son nouveau rôle. « Même si ce n’est qu’un entraînement, vous devez vous dépasser dès le début pour vous habituer à marquer des buts et à créer des chances. C’est donc très valorisant de voir la rondelle aller dans le fond du filet. »

Ayant évolué à plusieurs occasions sur le même trio qu’Eller depuis son entrée dans la LNH il y a trois ans, Galchenyuk a démontré qu’il semblait également tout aussi à l’aise avec Semin au cours des deux matchs intra-équipe, préparant notamment le but du nouveau-venu lors de la partie de vendredi. Alors qu’il aura assurément encore besoin de temps pour être encore plus confortable et pour trouver ses repères sur la glace, Galchenyuk ne veut pas trop s’emballer suite à ces premières performances, malgré le fait qu’elles soient très encourageantes. Toutefois, il est d’accord que les trois comparses pourraient connaître du succès ensemble dans le futur.

« C’est encore très tôt et nous sommes encore en train de nous adapter à chacun et de travailler sur la chimie. Parfois les jeux que nous tentons ne fonctionnent pas mais nous devons continuer à essayer de nouvelles choses. [Semin] a tellement de talent à droite et c’est amusant jouer avec eux. Quant à Larry à gauche, il me rend la tâche tellement facile puisque je n’ai qu’à l’atteindre lorsqu’il est sur sa lancée », a indiqué Galchenyuk. « Nous aimons évoluer ensemble. Même si nous sommes sur la glace que depuis deux jours, je crois que ça a bien fonctionné jusqu’à présent. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
Échos de vestiaire
Les buts du deuxième match intra-équipe
Le navire a un capitaine
Max Pacioretty devient le 29e capitaine dans l'histoire des Canadiens de Montréal
Viser haut

En voir plus