Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 9 févr. 2010

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD - Dans le calepin aujourd’hui, Josh Gorges nous parle de la date limite des échanges, Tomas Plekanec a une réflexion concernant les Jeux olympiques et Brian Gionta, ainsi que Jacques Martin nous expliquent le défi que représentent Alex Ovechkin et les Capitals.


Le tsar est en ville

Les Capitals de Washington sont les prochains adversaires des Canadiens, mercredi soir et ils représentent certainement l’équipe de l’heure, avec une séquence de 14 victoires d’affilée. Et qui dit Capitals dit bien sûr Alex Ovechkin. Le numéro 8 est à Montréal, prêt à démontrer à tous pourquoi il trône en ce moment au sommet des pointeurs de la LNH. Aucune latitude ne doit lui être offerte et c’est exactement à ça que les joueurs des Canadiens penseront demain lorsqu’ils s’amèneront devant leurs partisans au Centre Bell.

«Lorsqu’on joue contre un joueur comme Ovechkin, la responsabilité ne doit pas seulement reposer sur les épaules du défenseur. C’est la responsabilité des avants de bien se replier, de mettre de la pression par en arrière et aussi de s’assurer de bien jouer nos positions et de ne pas seulement se concentrer sur la rondelle. Il va falloir retrousser nos manches et vraiment travailler en équipe », prévenait l’entraîneur Jacques Martin à propos de la prochaine rencontre.

«Il a toujours été dominant et a toujours été une menace pour toutes les équipes. Qu’il soit capitaine ou pas, il amène la même intensité sur la glace et il travaille toujours aussi fort», a expliqué pour sa part Brian Gionta. «Quand on regarde la dernière fois où on a réussi à le tenir en échec, tout le monde travaillait dans le même sens. Ils ont beaucoup de vitesse et il faut absolument les ralentir si on veut gagner. Un échec avant intense est certainement la clé.»

Avoir la couenne dure

Avec le changement de directeur général, la question des échanges est présentement sur toutes les lèvres. Vendredi représente la première date butoir, puisque la Ligue suspend ses activités durant la période olympique et donc aucun échange n’est possible. Ensuite, les directeurs généraux auront jusqu’au 3 mars pour s’entendre, date après laquelle les équipes ne pourront plus bouger. À Montréal, les rumeurs d’échanges sont nombreuses et le défenseur des Canadiens Josh Gorges a une opinion bien arrêté à propos de ces rumeurs.

«Quand on joue à Montréal et qu’arrive la date limite des échanges, il vaut mieux avoir une bonne carapace et être capable de gérer toutes ces informations », explique le défenseur, qui s’est lui-même retrouvé dans la métropole à la suite d’un échange avec les Sharks de San Jose en 2007. « C’est certain que ton nom va être mentionné, que le nom de tes coéquipiers va être mentionné. Ça fait partie du jeu à ce moment-ci de l’année. À chaque matin, lorsqu’on se lève, il ne faut pas penser à ça, c’est hors de notre contrôle et il faut se concentrer sur le travail que nous avons à faire dans l’immédiat. »

Vancouver 2010, j’arrive

Signe que l’ouverture des Jeux olympiques est imminente, les représentants des Canadiens qui s’envoleront vers Vancouver portaient les couleurs de leurs pays à l’entraînement. Alors qu’Andrei Markov et Tomas Plekanec portaient des gants bleu-blanc-rouge, les couleurs de la Russie et de la République tchèque s’harmonisant avec celles des Canadiens, Sergei Kostitsyn détonnait un peu avec ses gants aux couleurs de la Biélorussie, vert et rouge. À quatre jours de la cérémonie d’ouverture, Tomas Plekanec a tenu à rappeler qu’en ce moment les performances du Tricolore comptaient plus que tout.

«Je n’ai pas vraiment eu le temps de penser aux Olympiques. J’ai fait quelques entrevues pour des médias de la République tchèque, mais pour l’instant j’essaie de garder ma concentration pour les trois matchs qui s’en viennent. Pour ce qui est de mes gants, je dois les casser un peu dans quelques entraînements. Rendu là-bas, nous aurons seulement un entraînement avant de jouer notre premier match alors je dois prendre un peu de temps ici pour que l’ajustement se fasse parfaitement », a expliqué Plekanec après l’entraînement matinal.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Voir aussi
"Je serai toujours Canadiens" - Bob Gainey
À toi, Pierre 
Pyatt rappelé, White et Trotter à Hamilton 
Pierre Gauthier nommé directeur-gérant 
En voir plus