Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 26 mars 2010

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui, découvrez ce qui démange Darche, l’histoire entre le Diable et Jacques Martin et ce qui fait grimper le moral de Price.


L’importance d’un proche : Les temps sont difficiles pour Carey Price à qui la chance ne semble pas sourire cette saison. Malgré de bonnes performances, le gardien de 22 ans connaît plus souvent la défaite qu’à l’accoutumée. Toujours calme, Carey sait parfaitement de qui il retient.

« La personne qui m’aide le plus à passer au travers de cette situation est probablement mon père. Il est très terre à terre. Je lui dois beaucoup. Son expérience professionnelle devant les buts lui permet de me donner un coup de main. Il sait ce que c'est. Il a toujours été là pour m’aider à travers les moments difficiles » a mentionné Price. « Je dirais que cette année, en terme de chance, j’attends encore la quinte-flush-royale ».

Il n’y a rien de mal à ça :
Mathieu Darche a peut-être regardé le match de la galerie de presse lors de la victoire de jeudi, mais le vétéran n’a pas l’intention de faire de sa visite dans les hauteurs du Centre Bell une habitude.

« Si vous me le demandez, si un joueur est écarté de la formation et que ça ne lui fait rien de regarder le match sur la passerelle, c’est le temps de s’inquiéter » a expliqué Darche. « C’est certain qu’il y a deux mois, j’étais encore à Hamilton, mais maintenant, je suis ici e t je veux tout autant être de la formation. Nous avons une inscription dans la chambre des Bulldogs où il y est écrit "En vouloir plus" et c’est exactement comme ça que je me sens. Je veux contribuer et aider l’équipe à gagner. »

La bonne aventure: Avec la ligne d’arrivée bien en vue et le Tricolore en bonne position au sixième rang dans l’Est, le match de samedi contre les Devils pourrait bien être un prélude d’un duel potentiel de première ronde dans quelques semaines. Ne le dites pas à Jacques Martin par contre.

«J’ai appris au cours des années qu’à chaque fois où on joue contre les Devils, il faut les prendre au sérieux et être prêts », a mentionné l'entraîneur-chef des Canadiens. «  Et peu importe qui est l’entraîneur, ils ont toujours eu un système et ils ont une bonne profondeur. C’est le genre d’équipe qui va te forcer à jouer à un niveau supérieur. Nous avons eu quelques bons matchs contre eux cette année et demain sera certainement un bon test pour nous. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Voir aussi
Fidèle au poste
Le Tricolore renoue avec la victoire
Rapport des Bulldogs - 24 mars 2010 
À la puissance cinq 

En voir plus