Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 24 avril 2008

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Tom Kostopoulos a de nouveau été la proie du barbier Josh Gorges.

En direct du barbier : La victoire en première ronde des Canadiens contre les Bruins a mené à d’autres créations capillaires dans le vestiaire du Tricolore. En plus d’un crâne rasé, quelques joueurs ont rasé une ligne dans leurs cheveux. Pourquoi Josh Gorges, Francis Bouillon et Tom Kostopoulos l’ont fait ?

« Je ne sais pas si je peux le dire », a indiqué Gorges. « Il va falloir que je vérifie avec TK et Francis pour voir s’ils sont prêts à lâcher le morceau. Higgy a aussi fait quelque chose, mais ce n’est pas exactement comme nous. »

Sous la menace d’un annuaire téléphonique, de Montréal de surcroit, Kostopoulos n’a pas voulu collaborer davantage.
 
« Il va falloir que vous le demandiez à Josh, je suis ce qu’il fait », a avoué Kostopoulos. « Ma femme n’a pas été trop dérangée par la coupe de cheveux, mais elle n’a pas encore vu la ligne. Puisque nous restons à l’hôtel, disons que nous n’avons pas beaucoup passé de temps en tête à tête dernièrement. »

Brière-gate:
Nouvelle de dernière heure, Danièl Brière n’a pas signé avec les Canadiens en juillet. S’étant fait suffisamment casser les oreilles avec cette histoire, l’entraîneur-chef Guy Carbonneau a espéré qu’il avait répondu à la question une dernière fois.

« C’était en juillet dernier et lorsque le camp d’entraînement a commencé en septembre, ce n’était plus un sujet de discussion », a déclaré Carbonneau. « C’était sa décision, une décision qu’il a prise avec sa famille et il avait sûrement de bonnes raisons. Il est heureux là-bas et nous sommes heureux ici. »

Heureux ou pas, les habitués du Centre Bell devraient réserver un chaleureux accueil au numéro 48 des Flyers et Carbonneau ne s’attend pas à ce que les huées cessent.

« Nous sommes tous des humains, mais s’il est en mesure de faire abstraction des huées et que cela ne l’affecte pas, je lui lève mon chapeau. »

Andrei parle! : Ça doit être la fièvre des séries qui l’a frappée, car Andrei Markov, habituellement silencieux, prenait place devant son casier pour parler à la meute de journalistes avant la première rencontre contre les Flyers. Sa première inquiétude, comme l’état-major du Tricolore, est le jeu de puissance de l’équipe qui ne tonne pas aussi fort qu’en saison régulière.

« L’attaque massive peut être meilleure, on le sait tous », a admis Markov. « Nous devons garder les choses simples et retourner à ce que nous faisions durant toute la saison. »

Daniel qui? Affronter Daniel Brière en deuxième ronde ne passera pas inaperçu aux yeux de personne, du moins pour les partisans des Canadiens, mais cela ne semble pas être le cas dans le vestiaire de l’équipe.

« Notre approche, tout au long de la saison, a été de nous concentrer sur ce que nous devions faire pour connaître du succès », a expliqué Steve Bégin. « Nous avons battu les Flyers quatre fois et nous savons à quoi nous attendre. Peu importe qui nous affrontons, notre focus est sur notre préparation, pas sur un joueur adverse en particulier. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus