Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin – 23 nov. 2010

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Au menu aujourd'hui, un entraînement qui réveille, le travail, le vrai et P.K. regarde en avant.


Bataille royale
: Après que son équipe ait laissé glisser une avance de deux buts à Philadelphie lundi soir, l’entraînement dirigé par Jacques Martin mardi matin était destiné à réveiller ses joueurs, en préparation pour le match de mercredi, contre les Kings de Los Angeles.

“Nous voulions avoir un bon entraînement, avec un niveau d’intensité élevé. Il faut avoir ce genre de mentalité pour obtenir du succès et la raison de l’entraînement d’aujourd’hui était d’évoquer certaines émotions à notre équipe », a expliqué Jacques Martin. «Quand on regarde le classement et qu’on voit à quel point c’est serré, c’est évident qu’il faut se préparer à aller à la guerre à tous les soirs. Les Kings sont une des meilleures équipes dans l’Ouest. Nous avons observé leur style, nous avons analysé leurs joueurs clé et nous savons que nous ne pouvons pas seulement jouer 20 minutes contre eux. Il faut se présenter et travailler pendant 60 minutes si nous voulons avoir une chance de gagner. »

Pour vrai : Revenant lui aussi sur la rencontre de lundi soir, le défenseur Hal Gill a tenu à expliquer la différence entre avoir l’impression de travailler fort et travailler fort pour vrai.

«Ça revient à aller dans les coins en pensant qu’on travaille fort, qu’on fait de notre mieux et qu’on offre une bonne résistance, comparé à y aller en sachant qu’on va gagner notre bataille, peu importe ce que ça prend », a mentionné le défenseur qui en a vu d’autres au cours de ses 13 saisons dans la LNH. «Quand on joue avec vigueur, tout tombe en place et il faut juste s’en souvenir. Cet entraînement est un message que nous devons être plus prêts pour les matchs. C’est  frustrant de savoir qu’on aurait pu mieux jouer.

Regarder en avant: Après avoir disputé une rencontre en deux temps lundi soir contre les Flyers, plusieurs joueurs des Canadiens ont avoué que le premier de ces deux temps était certainement celui qui aurait dû perdurer durant toute la rencontre. C’est une dure façon d’apprendre la leçon, mais maintenant, elle est acquise.

« Il faut mettre un match comme celui-là derrière nous, mais nous de voulons pas l’oublier complètement », a laissé savoir le jeune défenseur P.K. Subban. « Un match comme ça nous apprend à ne jamais enlever la pied de l’accélérateur – il faut le regarder comme étant une leçon, mais il y a encore beaucoup de parties de hockey à disputer cette année. »

Justin Fragapane écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.


VOIR AUSSI
Résultats préliminaires du vote pour le Match des étoiles
Un match en deux temps 
Le Tricolore trébuche face aux Flyers 
En voir plus