Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin – 20 déc.

par Staff Writer / Montréal Canadiens

NASHVILLE – Dans le calepin en provenance de Nashville, Pacioretty parle de leadership, Weise de lumière rouge et Michel Therrien de ses gardiens de but.

FAIRE TOURNER LE NAVIRE – Lorsque Max Pacioretty a été nommé 29e capitaine de l’histoire des Canadiens le 18 septembre, ça a marqué le coup d’une nouvelle ère pour l’équipe, mais également pour l’attaquant de 27 ans. Pacioretty a déjà fait honneur à ce «C», revenant rapidement d’une blessure à temps pour le match d’ouverture avant d’aider ses coéquipiers à connaître le meilleur début de saison de l’histoire de l’équipe. Présentement à l’autre côté du spectre, ayant perdu sept de leurs huit derniers matchs et présentant une fiche de 2-7-1 au cours de leurs 10 derniers, les Canadiens veulent retrouver la magie du mois d’octobre. Si mener l’équipe lorsque les choses vont bien est tâche facile, Pacioretty sait très bien que le leadership est encore plus important lorsque les buts et les victoires se font rares.

«J’ai l’impression que c’est sur mes épaules. Je dois prendre mes responsabilités lorsque les choses ne vont pas bien. Je dois être meilleur. Je dois aider mon équipe en produisant et je ne l’ai pas fait dernièrement », a avoué Pacioretty qui mène l’équipe avec 14 buts en 34 matchs, mais qui n’a trouvé le fond du filet qu’à deux reprises au cours des 10 derniers matchs. «Quand je joue à mon meilleur, l’équipe est meilleure. Ça n’a pas été le cas dernièrement. La soirée d’hier a été frustrante parce que ce n’était pas une question de mauvais rebonds ou de malchance; les occasions n’étaient pas là. Nous avons été battus et nous avons commis des erreurs mentales, c’est ce qui est frustrant. Aujourd’hui est un autre jour. Pour s’en sortir, il faut être positif, mais en même temps il faut se regarder dans le miroir. Montrer l’exemple est le plus important. »

«C’est le plus gros test que j’ai eu à gérer, pas seulement cette année, mais au cours des deux dernières années en tant que membre du groupe de leadership », admet le vétéran de huit saisons dans la LNH et qui a marqué 30 buts et plus trois fois. «Je crois sérieusement que de passer par ces moments difficiles me rend meilleur et j’ai beaucoup appris. Ça va me rendre meilleur en tant que leader, que coéquipier et que joueur. »

QUESTION D’EXPÉRIENCE – Le duo de gardiens avec lequel doit travailler Stéphane Waite sur une base quotidienne en l’absence de Carey Price compte un total combiné de 53 matchs dans la LNH. C’est pourquoi lorsque certains jettent la pierre à Mike Condon ou à Dustin Tokarski pour les récents insuccès des Canadiens, Michel Therrien est le premier à monter aux barricades pour ramener tout le monde à l’ordre et rappeler que l’équipe est encore au deuxième rang de l’Association de l’Est, malgré la courbe d’apprentissage de ses deux cerbères.

«Nous avons deux gardiens de but qui n’ont même pas 50 matchs d’expérience dans la Ligue nationale. On est très conscient de ça. C’est la situation avec laquelle nous devons fonctionner. Il faut redoubler d’ardeur », explique Michel Therrien qui, selon les pronostics, devra encore travailler sans la présence de Carey Price pour environ trois semaines. «Il y a d’autres équipes par le passé qu’on a vu perdre leur gardien de but et qui n’ont pas été en mesure de faire les séries. Je parle ici de bonnes équipes. Nous sommes en position de faire les séries et la seule chose qui nous intéresse c’est de rester dans la course. Il reste beaucoup de hockey. J’en suis conscient et je suis optimiste.»

La séquence de cinq défaites de suite présente sur la fiche de Mike Condon fait oublier à bien des partisans qu’il n’a pas subi une seule défaite en temps règlementaire à ses huit premiers départs, enregistrant six victoires et deux défaites en prolongation. Il s’agit du même joueur.

«On les met dans une position qui n’est pas facile. Mike Condon a joué une demi-saison dans la Ligue américaine. Il n’a jamais été repêché », rappelle l’entraîneur-chef au sujet du jeune gardien de 25 ans. «Il a connu une bonne progression, il était en confiance avec Carey Price et nous donnait du bon hockey aux dix jours. Là il remplace Carey Price. C’est la même chose pour Dustin Tokarski. On en est conscients.»

EFFET BOULE DE NEIGE -- Une des raisons principales des récentes difficultés des Canadiens vient du fait que l’équipe a du mal à faire scintiller la lumière rouge. Au cours des derniers matchs, ils ont marqué 17 buts contre 29 pour l’adversaire, ce qui est bien inférieur à leur production de début de saison, qui les a menés au sommet du classement. Un des francs-tireurs de l’équipe en début de saison, Dale Weise, avait marqué neuf buts à ses 20 premiers matchs. Il sait mieux que quiconque que marquer aide grandement à bâtir la confiance, un match à la fois.

«Pour mettre en marche l’engrenage, on doit commencer à marquer des buts et les gars vont gagner en confiance. C’est simple », explique Weise qui a obtenu son dixième but de la saison le 15 décembre, après seulement 32 matchs. «Quand tu commences à marquer, tu as l’impression que tu peux le faire à volonté. Il faut être patient et continuer comme ça, puis ça va faire un effet boule de neige. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac

En voir plus