Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin: 14 oct. 2010

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui : Gionta et Molière, l’avantage de retour, mélanger les choses et Auld connaît son rôle.


Connaître son rôle : Après avoir vu son comparse obtenir les trois premiers départs de la saison, Alex Auld attend encore pour faire ses débuts avec le Tricolore. En attendant, le gardien de 29 ans n’a aucun problème avec le fait d’être le partisan numéro 1 de Price.

« Ce serait bien de jouer, mais Carey joue tellement bien que c’est important de le laisser continuer sur sa lancée », a lancé Auld. «Il est la raison pour laquelle nous avons gagné à Pittsburgh et il a disons-le, volé un point pour nous hier soir. C’est bien de voir comment il est confiant en amorçant la rencontre et à quel point son travail a vraiment payé. Il fait le boulot.

«En ce qui me concerne, je veux l’aider de toutes les façons possibles, que ce soit de lui donner des conseils ou de garder les choses en perspective », a poursuivi le vétéran de neuf saisons dans la LNH. «Il faut trouver des façons de contribuer. J’ai déjà eu à rester sur le banc pour de longues périodes dans ma carrière et c’est quelque chose avec quoi je me sens confortable. Je sais que si je fais ce que j’ai à faire, je serai prêt quand mon tour viendra.»

Laperrière au Centre Bell : L’utilisation de la langue de Molière par Brian Gionta pour présenter ses coéquipiers lors de la cérémonie d’ouverture a été appréciée par tous, y compris par le principal intéressé.

«Je ne l’ai pas fait pour l’image, mais pour moi-même. Comme je l’ai déjà dit, je veux m’imprégner de la culture d’ici », a laissé savoir Gionta, qui a volontairement rebaptisé Lapierre, Laperrière au cours de la cérémonie d’ouverture mercredi. «C’est ça qui arrive quand on fait des blagues durant la journée. J’avais fait mes devoirs, mais Maxim est venu m’aider avec la prononciation».

Une nouvelle ligne : Gomez et Gionta sont comme des frères siamois, inséparables. Toutefois, il faut trouver le bon élément pour évoluer à leurs côtés. Après avoir connu des matchs en deçà de leurs propres attentes, c’est avec un nouveau coéquipier que le duo s’est réveillé jeudi matin.

«Moen est un genre de héros obscur. Il peut évoluer dans n’importe quelle situation. Il peut créer des choses en offensive et jouer défensivement », a mentionné Scott Gomez au sujet de son nouveau partenaire de jeu. «Je crois qu’avec Brian et moi, il pourra faire de l’espace. Il peut nous faire un passage. Il obtient ses occasions. Nous en avons besoin. Il est toute une présence, autant sur la glace que dans le vestiaire. »

Reprendre l’avantage
: Alors que le désavantage numérique des Canadiens a été presque parfait jusqu’ici en 2010-2011, avec un pourcentage d’efficacité de 88,2%, c’est un peu plus difficile du côté de l’avantage numérique. Malgré une fiche de 0 en 9 jusqu’ici, Michael Cammalleri est convaincu que l’avantage numérique se mettra en marche bientôt.

«Nous savons tous que c’est la clé du succès global. Nous avons annulé beaucoup d’avantages en étant pénalisés notre tour, alors peut-être que certaines statistiques ne rendent pas tout à fait justice à la situation », a affirmé le meneur de l’équipe au chapitre des buts. «J’aime certaines choses que nous faisons. Nous sommes près de réussir – nous avons eu de bonnes occasions, à Pittsburgh, nous avons eu un filet laissé désert, alors ça s’en vient. J’aime ce sur quoi nous travaillons et je crois qu’à long terme, notre avantage numérique sera vraiment bon. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Résumé de la rencontre Canadiens-Lightning
Le retour de Carey
Pool des Canadiens
En voir plus