Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 14 avril 2011

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BOSTON - Au menu, un premier match des séries, ne pas avoir peur des hommes masqués et l'importance de la poignée de mains.


Enfin un « vrai » match des séries :
Les rencontres Canadiens-Bruins en saison régulière sont rarement sans histoire et souvent considérées comme des rencontres des séries.
 Pour trois attaquants des Canadiens, ce sera enfin un véritable match des séries et ils n’auront pas besoin d’aller chercher très loin pour chercher leur motivation.

« Les émotions vont venir naturellement,  avec tout l’historique entre ces deux équipes et simplement avec cette saison », a indiqué Lars Eller qui subira son baptême du feu en séries ce soir, tout comme Ryan White et David Desharnais. « Nous avons connu beaucoup de succès contre Boston cette saison. Les gens pensent beaucoup aux revers de 7 à 0 et 8 à 6 ici, mais nous les avons battus à quatre reprises également. Nous savons que nous pouvons les battre si nous dictons le match avec notre style de jeu.

Faire confiance aux hommes masqués : Malgré le retour en salle du film Frissons 4, il n’y a aucune raison de ne pas faire confiance à ceux qui portent des masques. Si une équipe de la LNH peut aspirer aux grands honneurs, ce sera en raison du brio ou non de celui qui porte le masque et les jambières.

« Les gardiens sont toujours importants à ce moment de l’année », a expliqué Hal Gill. « Carey a été extraordinaire pour nous tout au long de l’année. C’est bien qu’il soit dans cette position. Je suis certain qu’il est excité de se prouver. »

« Tu te sens vraiment mal quand un gardien joue un match d’enfer et que tu perds 1 à 0 ou 2 à 1 parce que tu n’as pas marqué assez de buts pour lui dans un match », a indiqué James Wisniewski. « C’est vraiment un effort d’équipe. Plus nous gagnons, tout le monde se portera encore mieux. Nous devons garder les rondelles le plus loin possible de lui et garder les joueurs adverses en dehors de son demi-cercle. »

L’importance de marquer le premier but : Bien que les Canadiens aient enregistré 32 de leurs 44 victoires en saison régulière lorsqu’ils ont marqué le premier but d’une rencontre, l’attaquant des Canadiens Michael Cammalleri pense qu’autre chose est encore plus important que de marquer le premier but de la série.

«  Je crois que ce qui importe est que lors de la poignée de mains, tu as remporté la série », a indiqué Cammalleri qui avait été le meilleur franc-tireur des séries 2010 avec 13 buts. « Le premier but est le premier. Les deux équipes devraient être prêtes à avoir la mentalité « prête à tout » pour cette série. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com



À VOIR ÉGALEMENT:
Les échos de vestiaire
Face à face : Canadiens-Bruins
Cinq choses à savoir: Match #1 
La recette du succès 
En voir plus