Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 1 avril 2010

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD -- Dans le calepin aujourd’hui, une chambre au complet appuie Carey, Cammalleri voit des bonshommes verts et Gill dissèque le mot intensité.


Accolade à Carey: Tous les joueurs dans le vestiaire se faisaient parler des performances de Carey Price devant le filet et tous tenaient à peu près le même discours, résumé en quelques phrases par l’attaquant Maxim Lapierre.

«Carey travaille très fort dans les entraînements. Il a été très bon et c’est vraiment dommage qu’il ne termine pas la soirée avec le deux points. Par contre dans un cas comme hier, on ne l’a pas vraiment aidé en marquant un seul but » explique Lapierre. « C’est un joueur que tout le monde apprécie beaucoup, alors on est derrière lui, ça, c’est sûr.»

La quatrième dimension: Alors que certains voient des petits bonshommes verts ou des fantômes et considèrent qu’il s’agit d’une anomalie, d’un phénomène inexplicable, Michael Cammalleri, lui, considère que l’anomalie, c’est la baisse du nombre de buts marqués.

«Le hockey est un jeu d’équipe. Les choses changent vite dans ce sport. Je considère notre baisse de production offensive comme étant une anomalie totale. Je sais que ça peu paraître un peu fou, mais je ne sais vraiment pas comment l’expliquer » a laissé entendre Cammalleri, qui n’a pas encore marqué depuis son retour au jeu. « J’espère seulement que dans quelques jours, vous ne me poserez plus cette question. Je ne sais pas quand ça se rétablira, mais ça se rétablira. »

I-N-T-E-N-S-I-T-É: Le professeur Gill avait le goût de donner un petit cours de rhétorique, juste avant d’embarquer dans l’avion pour Philadelphie. Questionné à savoir si l’équipe manquait d’intensité depuis quelques matchs, Hal Gill n’a pu s’empêcher de discuter du terme intensité.

 «Intensité est vraiment un drôle de mot. Les gens voient une perte d’intensité comme un désir de ne plus vouloir performer. Je crois que nous avons perdu de l’intensité puisque nous nous sommes écartés de notre système, de ce qui nous donnait du succès. Des fois, nous travaillons dur au lieu de travailler intelligemment» a sagement laissé entendre Gill.

Il reste encore cinq matchs au calendrier, mais la rencontre contre les Flyers est certainement celle qui est le point de mire pour les joueurs du Tricolore. Les Flyers et les Canadiens sont nez à nez au classement avec 82 points chacun.

«On doit comprendre que c’est un match crucial. C’est la dernière fois qu’on compétitionne contre une équipe qui est dans la course avec nous. C’est une opportunité pour nous d’aller chercher un deux points sur eux» a laissé savoir Jacques Martin, qui devra toutefois se passer des services de Sergei Kostitsyn, qui ne fera pas partie du voyage. Son cas sera toutefois réévalué au jour le jour.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Voir aussi
Le dernier droit
Vente d'équipements usagés - 10 avril 2010
La course folle ne fait que commencer 
Le Tricolore se bute à Cam Ward
En voir plus