Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cracknell aspire à un retour dans la LNH

Adam Cracknell est prêt pour un nouveau départ à Montréal - et pour améliorer son français du même coup

par Matt Cudzinowski. Traduit par Vincent Régis. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Le nouveau venu Adam Cracknell ne rigolait pas jeudi lorsqu'il a laissé savoir à la twittosphère que ses aptitudes en français n'étaient pas nécessairement à jour.

«J'ai eu 12% dans un examen. J'ai commencé le français en immersion et je ne l'avais tout simplement pas, a dit Crackenell, qui a été acquis dans une transaction avec les Rangers de New York jeudi.

Tweet from @ACracknell25: Excited to be joining the @CanadiensMTL organization. Sure wish I hadn���t failed French in elementary school. #bonjour #poutine

«Peu de gens parlent français à Prince Albert, en Saskatchewan, d'où je viens. Mais 20 ans plus tard, j'en ai besoin. Je dois l'apprendre rapidement maintenant.»

Heureusement pour l'ailier droit de 32 ans, sa femme Teresa devrait être en mesure de l'aider dans ce département.

«Elle est allée dans une école d'immersion française à Moose Jaw et a suivi des cours de français aux niveaux primaire et secondaire. Elle est très intelligente, a confié Cracknell, à propos de sa tendre moitié.

«Elle est très fébrile. Elle est pas mal bonne en français, donc elle va s'habituer rapidement à la ville.»

La transaction a pris par surprise l'attaquant de 32 ans, qui évoluait avec le club-école des Rangers - le Wolf Pack de Hartford dans la Ligue américaine - depuis la fin octobre.

«Ma femme et notre fille de sept mois [Lynde Christina Marie] viennent d'arriver à la maison à Dallas. On était censés déménager dans un nouvel appartement à Hartford lundi. Ça a évidemment changé nos plans, a indiqué Cracknell, qui a amorcé la saison avec les Stars de Dallas, avant d'être réclamé au ballottage par les Rangers.

«J'étais assis sur une table d'examen dans la salle médicale en attendant le bus 11h lorsque j'ai reçu l'appel, mais ce n'est pas la première fois.»

Ce n'est en effet pas la première fois : Cracknell a bougé pas mal mal depuis le début de sa carrière. Choix de neuvième tour des Flames de Calgary - 279e au total - en 2004, Cracknell a porté les couleurs d'une équipe dans la ECHL, de six formations différentes dans la Ligue américaine et de six équipes dans la LNH depuis ses débuts professionnels après un séjour de quatre ans avec le Ice de Kootenay dans la WHL.

«Au bout du compte, je veux juste obtenir une chance de jouer dans la LNH. On prend toujours ça comme une autre occasion de revenir dans la cour des grands, a expliqué Cracknell, qui a fait quatre heures de route de Hartford à Syracuse jeudi après-midi pour rejoindre ses nouveaux coéquipiers du Rocket de Laval.

«Évidemment, c'est différent lorsqu'il y a la famille impliquée là-dedans. On n'a jamais vraiment été stables pendant plus d'un an, mais c'est comme ça que ça marche dans ce business-là. C'est juste le fun de savoir qu'une équipe veut de toi.»

Cracknell est déterminé à ce que ça marche à Laval - et peut-être bientôt avec le grand club.

«Je ne rajeunis pas. J'ai déjà été dans cette situation avant, donc je dois profiter de cette opportunité et espérer que j'obtiendrai une nouvelle chance. Je veux faire une bonne première impression, c'est pourquoi je suis ici», a soutenu Cracknell, qui a inscrit deux buts et obtenu trois points en 15 rencontres avec le Wolf Pack avant de faire ses valises pour Laval.

«Je veux prouver que je peux connaître du succès.»

Il a certainement connu du succès la saison dernière à Dallas, où il a marqué 10 buts et amassé 16 points, des sommets en carrière, en 69 matchs.

«Personnellement, c'était vraiment une belle saison parce que j'ai senti que j'ai contribué au groupe de plusieurs façons. Je crois avoir progressé, a dit Cracknell, à propos de son séjour au Texas.

«Je dois simplement retrouver une façon de revenir dans la LNH. En espérant que ce soit le bon endroit pour y parvenir.»

Si Cracknell reçoit l'appel des Canadiens, il sera réuni avec son ami d'enfance Jordie Benn.

«Ça a commencé à Victoria pour nous. J'ai déménagé là-bas lorsque j'avais 15 ans. On s'est rencontrés dans ce groupe d'entraînement. On a développé une bonne chimie et une amitié comme ça. On y retourne souvent durant l'été après nos saisons et on reprend contact, a expliqué Cracknell, qui a habité avec les frères Benn à Dallas pendant un mois la saison dernière.

«C'était bien de voir ces gars-là m'accueillir dans l'équipe. Je dois beaucoup à Jamie et Jordie. En espérant pouvoir aller souper avec Jordie pour qu'il puisse me rendre plus à l'aise dans mon nouvel environnement.»

En plus de retrouver des visages familiers en Benn et ses anciens coéquipiers des Stars Ales Hemsky et Antti Niemi, Teresa et Lynde Christina Marie rejoindront bientôt Cracknell à Laval, pour Noël.

«Montréal est un bel endroit pour passer Noël. On n'a pas eu de Noël blanc depuis un bon moment, ce sera spécial», a conclu Cracknell.

En voir plus