Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Conférence téléphonique: Noah Juulsen

Le défenseur du Rocket de Laval a répondu aux questions des journalistes, vendredi

par Matt Cudzinowski, traduit par Florence Labelle @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL -- Noah Juulsen a pris le temps de discuter avec les médias, vendredi après-midi.

Cette saison, le défenseur de 23 ans n'a pris part qu'à seulement 13 matchs avec le Rocket de Laval, dans la Ligue américaine, en raison de maux de tête. Il a amassé trois mentions d'aide ainsi qu'un différentiel de +6.

Voici quelques extraits de sa séance de questions-réponses :

Questions de Martin McGuire, Cogeco Média

Durant le long processus qui a suivi ta blessure, qu'est-ce qui t'encourageait à croire que tu pourrais jouer de nouveau?

Tout simplement la confiance que j'avais lors des entraînements précédant le match que j'ai joué, juste avant que la saison s'arrête. Le personnel d'entraîneurs à Laval a été formidable avec moi, de même que les préparateurs physiques et tout le monde. Ils m'ont montré qu'ils avaient confiance en moi. Je pense que ça m'a beaucoup aidé à retrouver mon sens du jeu. Les entraînements et le match que j'ai joué étaient très importants pour moi.

Il y a deux ans, tu es passé près d'obtenir un poste parmi la brigade défensive partante des Canadiens de Montréal. À quelle distance te trouves-tu de cette position, aujourd'hui?

Je crois qu'il faudra que je retrouve mon jeu. Évidemment, le match que j'ai joué m'a beaucoup aidé et a ramené ma confiance au niveau auquel elle doit être. Quand la saison recommencera, qui sait? Pour l'instant, je dois simplement être prêt pour la saison prochaine et je verrai à partir de là.

 

Questions de Jean-François Chaumont, Le Journal de Montréal

Nous avons parlé à Joël Bouchard et il nous disait que le fait que tu aies joué le dernier match de la saison dans la LAH était un gros coup de pouce pour ta confiance. Comment décrirais-tu l'aspect mental? Est-ce plus facile pour toi maintenant que tu sais que tu peux retourner sur la patinoire et jouer à ce niveau?

C'est certain. Même si ce n'était qu'un seul match, c'était important pour moi. J'ai passé un long moment à ne pas savoir ce qui allait arriver. Pour moi, de pouvoir jouer ce match-là, c'était un sentiment génial. Avoir cette confiance personnelle et celle des entraîneurs à Laval qui m'ont fait jouer alors que je n'avais pas joué depuis longtemps… Et ils m'ont fait jouer quand même beaucoup, je crois avoir joué environ 18 minutes ce soir-là. C'était génial, de retourner sur la patinoire avec l'équipe.

Comment décrirais-tu ta santé en ce moment? As-tu des maux de tête ou as-tu régressé depuis mars?

Non, je n'ai pas régressé. Je me sens aussi bien qu'avant. Quand je suis revenu, tout allait bien. Je suis excité de recommencer quand les choses reprendront.

Tu es encore plutôt jeune, mais le fait que tu n'aies pas joué beaucoup ces deux dernières saisons est-il inquiétant quant à ce que tu peux amener dans le futur?

À mes yeux, pas du tout. Je connais le joueur que je suis. Je connais mon éthique de travail et l'effort que je vais mettre va m'aider à retourner là où j'étais. Je crois que si je mets un petit peu plus de temps à me réajuster au jeu, mon éthique m'aidera à progresser.

Question de Pat Hickey, Montreal Gazette

Où es-tu présentement et que fais-tu pour te tenir en forme? Qu'as-tu été en mesure de faire?

Je vis à Cultus Lake, en Colombie-Britannique, tout près de Chilliwack. Je m'entraîne seulement un petit peu. Nous avons un vélo Peloton dans le sous-sol, donc j'en fais pas mal. Les arénas commencent à rouvrir ici, donc je vais aller sur la glace cette semaine.

Question de Marc Antoine Godin, The Athletic

Tu as déjà mentionné, dans des réponses précédentes, que tu dois retrouver ta confiance. Je suis curieux de connaitre le travail que tu as dû faire pendant tout ce processus, pour t'assurer de ne pas tomber dans le piège où tu te sens mal pour toi-même, ou bien où tu as l'impression d'avoir creusé ta tombe. Peux-tu décrire le travail mental fait de ce côté-là?

J'étais encore impliqué auprès de l'équipe à travers toutes les étapes du processus et j'allais à l'aréna tous les jours. C'est sûr que certains jours étaient frustrants, mais j'ai trouvé des manières, j'ai parlé aux entraîneurs, aux préparateurs, aux gens à l'aréna. Ils m'ont beaucoup aidé. Et je suis resté impliqué. J'ai vu un thérapeute pour quelques séances, simplement pour parler de ce qui se passait et aller de l'avant.

Vois-tu un bon côté à ce qui t'est arrivé?

Je crois que, d'une certaine façon, ça m'a rendu plus fort. Passer à travers quelque chose du genre, ce n'est pas facile. Chaque jour, tu te demandes ce qui va arriver, quelle est la prochaine étape, et tout le reste. Ça m'a aidé en ce sens, mais j'espère que c'est terminé.

En voir plus