Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Commentaires de fin de saison: Attaquants

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD -- Voici les commentaires de quelques attaquants des Canadiens, lorsqu'ils sont passés chercher leurs effets personnels au Complexe sportif Bell à Brossard.



Il faut le vivre: Si Michael Cammalleri s’est avérer être le dangereux marqueur que les Canadiens ont choisi dans la vitrine des agents libres le 1er juillet, la ville où le numéro 13 a élu domicile a été au-delà des attentes de tous les mérites qu’on lui avait vantés: la véritable Mecque du hockey.

« C’est ce qu’on m’avait dit avant de venir ici, mais je ne pense pas que tu peux l’apprécier avant de l’avoir vécu. Si je pouvais dire quelque chose aux partisans, ça serait « Merci pour tout votre appui! » parce qu’à Montréal cette année, c’était une place plus que spéciale. »


Un "C": Venant de compléter sa première saison avec les Canadiens, Brian Gionta était parmi un groupe de meneurs qui a guidé les Canadiens vers un surprenant parcours en séries. Enthousiaste à l’idée d’avoir le « C » cousu sur son chandail la saison prochaine, Gionta sait très bien qu’il ne peut y avoir qu’un seul élu.

«Être capitaine pour n'importe quelle équipe serait un honneur incroyable et l'être à Montréal le serait davantage. La décision revient à Jacques et l'équipe de direction. Cependant, iIl y a beaucoup de gars dans ce vestiaire qui méritent cet honneur."


À la maison: Rester au Québec durant l’été. La question ne se pose même pas pour Maxim Lapierre, qui, comme la poignée de Québécois qui évoluent avec les Canadiens, pourra certainement profiter de l’appui des partisans après cette longue route en séries éliminatoires.

« Je pense que les partisans sont satisfaits. On a vécu toute une aventure depuis un mois et demi ou deux. C’est sûr qu’ils en auraient voulu plus, mais je pense qu’ils sont satisfaits de ce qu’on a accompli. »


Savoir en profiter: Avec une seule rencontre derrière la cravate en séries avant sa venue à Montréal en novembre dernier, Benoit Pouliot n’a peut-être connu les éliminatoires qu’il aurait souhaité connaître. Toutefois, l’attaquant de 22 ans a su pleinement profiter de sa première vraie expérience des séries.

« C’était pas mal cool! Quand je suis arrivé à Montréal, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je savais qu’il allait y avoir beaucoup de médias, mais ça s’est bien passé. J’ai beaucoup appris de la ville, des joueurs et des entraîneurs. J’espère que ça va continuer comme ça pendant plusieurs années. »

Voir aussi:
Tombée de rideau
Apprécier la vue 
Ils ont dit: défenseurs
Ils ont dit: gardiens
En voir plus