Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Comme le bon vin

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTREAL - Le jour où il décidera d’accrocher ses patins, Andrei Markov verra son nom être mentionné dans la même phrase que les Maurice Richard, Guy Lafleur, Guy Lapointe et Serge Savard. Et encore, ce jour est loin d’être arrivé.

À 37 ans, Andrei Markov a atteint le plateau des 40 points pour une septième fois en carrière, tout en participant à tous les matchs du calendrier régulier en 2015-2016 ; malgré tout, le vétéran s’attend à ce que le meilleur soit à venir.

Avec un total de 15 défenseurs ayant porté le chandail des Canadiens au cours de la dernière saison, nombreux ont été les jeunes qui ont eu la chance d’apprendre d’un vétéran repêché lors de la même décennie où ils naissaient.

C’est notamment le cas de Nathan Beaulieu, qui se retrouve à quelques casiers de Markov dans le vestiaire du Tricolore.

«La saison qu’il a eue est impressionnante, surtout quand on considère son âge et tout ce qu’il a dû traverser. Je sais qu’il aime bien mettre l’équipe devant, mais de connaître une saison comme celle-là à son âge, c’est remarquable », explique Nathan Beaulieu qui admet que Markov fait partie des joueurs qui l’ont influencé depuis son arrivée dans le vestiaire des Canadiens en 2012-2013. «Marky a fait tellement de grandes choses ici. J’ai beaucoup appris de lui. Avec sa façon de jouer cette année, j’ai l’impression qu’il a au moins deux ou trois bonnes années devant lui encore. C’est génial d’avoir la chance de pouvoir le voir jouer et d’apprendre de lui sur la glace. »

De son propre aveu, Andrei Markov n’est pas satisfait de sa saison. La raison principale : les Canadiens ont raté les séries éliminatoires pour une cinquième fois depuis qu’il porte le chandail tricolore, soit depuis la saison 2000-2001. Malgré tout, sa saison de 44 points lui aura permis d’ancrer un peu plus profondément encore son nom dans l’histoire de l’équipe.

Un premier exemple. Le 16 mars 2016, alors que les Canadiens étaient sur la route, à Buffalo, Andrei Markov disputait un 917e match en carrière. Pour lui, une victoire de 3 à 2 était bien plus significative, mais au même moment, il égalisait la marque de Serge Savard, au 9e rang pour le plus grand nombre de matchs avec les Canadiens. Trois jours plus tard, il dépassait Savard et s’attaquait à une autre légende, Guy Lafleur et ses 961 matchs disputés. Malgré qu’il ait joué les 82 matchs du calendrier régulier, Markov devra attendre à 2016-2017 pour disputer les 33 matchs qui lui manquent pour s’emparer du huitième rang. Chez les joueurs actifs de la LNH, Markov se retrouve au 12e rang pour la plus longue séquence avec la même équipe.

Moins d’un mois plus tard, le 9 avril, lors du dernier match de la saison, Markov poursuit son ascension. Grâce à deux mentions d’aide, le défenseur dépasse Maurice Richard pour s’emparer seul du huitième rang pour les mentions d’aide chez le Tricolore. Lorsque votre nom est prononcé dans la même phrase que celui du «Rocket», vous savez que vous êtes dans un groupe sélect.

Pour le choix de sixième ronde des Canadiens lors de l’encan de 1998, le meilleur est encore à venir puisqu’il aura l’occasion de poursuivre son ascension parmi les grands des Canadiens l’an prochain.

Par exemple, en 15 ans dans la LNH, Markov s’est établi comme étant un véritable quart-arrière de l’avantage numérique. Mais saviez-vous que les prouesses de Markov en avantage numérique le placent au 2e rang dans l’histoire de l’équipe pour le nombre de points avec l’avantage d’un homme? Avec seulement sept points de plus en pareille situation, celui dont le véritable bureau est à la pointe gauche pourrait dépasser Larry Robinson au sommet.

«De nos jours, ce n’est pas simple de marquer des buts dans la LNH. Les gardiens sont bons et les équipes bien préparées. Tu dois tout analyser et trouver des façons de marquer. Il faut être encore plus affamé sur la glace pour marquer et gagner des matchs. Tu dois être à ton meilleur chaque soir », ajoute le meilleur pointeur chez les défenseurs russes actifs dans la LNH.

S’il obtient 37 points, il dépassera Guy Lapointe au second rang des défenseurs les plus prolifiques de l’histoire des Canadiens et passera au 19e rang, devant Guy Carbonneau, pour le nombre de points amassés par n’importe quel joueur du Tricolore.

Markov est encore à 274 matchs d’atteindre les 1 202 matchs de Larry Robinson, au sommet du classement des Canadiens à ce chapitre. Mais une chose est certaine, il est déjà au sommet pour les mimiques les plus terrifiantes, tel que prouvé par cette compétition amicale avec Alexei Emelin.

Jared Ostroff écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Le duel: Concours du regard
Sous le signe de la continuité
Des leçons à tirer

Ce qu'ils ont dit - 2015-2016

En voir plus