Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Un virus qui prend des allures de casse-tête

Claude Julien ne sait toujours pas de quoi aura l'air sa formation dimanche

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

EDMONTON - L'entraîneur-chef Claude Julien a dû modifier ses trios pour l'entraînement de samedi après-midi au Rogers Place. C'est que le virus court toujours dans l'équipe et complique un peu la tâche du pilote.

 

Paul Byron est la dernière victime. Il a raté l'entraînement et on ne sait pas comment il se sentira au moment du match contre les Oilers, dimanche soir.

«Ce sont des situations qu'on ne contrôle pas, mais qu'on doit gérer et c'est ce que j'essaie de faire. Je m'informe auprès des soigneurs tous les matins et on gère ça au jour le jour et même d'heure en heure», a indiqué Julien lors de son point de presse quotidien. 

Du côté des nouvelles un peu plus encourageantes, Alexander Radulov s'est entraîné avec ses coéquipiers et il formait un trio avec Artturi Lehkonen et Alex Galchenyuk. Le Russe espère être de retour dans la formation après avoir raté les trois premiers matchs du voyage en raison d'un blessure au bas du corps.

«Je me sens bien et il n'y a plus rien qui m'incommode, alors j'espère être en uniforme demain (dimanche). Ça m'importe peu avec qui je joue, car ça peut toujours changer. L'important, c'est l'équipe et on doit aller chercher cette victoire», a indiqué Radulov, qui admet avoir trouvé le temps long à voyager sans pouvoir jouer avec ses coéquipiers.

Quant à Tomas Plekanec, qui a raté les deux dernières rencontres en raison d'une blessure au haut corps, il a patiné avec un chandail marron, couleur qui signifie «sans contact». On ne sait pas encore quand il pourra revenir au jeu.

Les autres absents étaient le défenseur Nikita Nesterov (traitements) et Brian Flynn (blessé).

Arrêter McDavid

Dimanche, les Canadiens auront la lourde tâche de trouver un moyen de freiner le jeune Connor McDavid, qui trône au sommet des pointeurs de la Ligue avec 75 points, dont 23 buts. 

Alors, comment faire pour stopper le rapide capitaine des Oilers?

«Honnêtement, le plus gros défi est de museler ce qui est probablement le meilleur joueur au monde. On a vu comment il pouvait être dangereux hier soir (face aux Penguins de Pittsburgh, contre qui il a marqué une fois sur neuf tirs, NDLR). On doit vraiment se concentrer sur lui. C'est rare qu'on dise que la clé repose sur un seul gars, mais il est tout simplement incroyable, a vanté Max Pacioretty.

«On doit tenter de le ralentir dans la zone neutre. C'est la meilleure chose à faire. Peu de joueurs peuvent patiner avec la rondelle aussi rapidement et faire des jeux à une telle vitesse. Si on peut arriver à limiter ses percées en zone neutre, ça devrait nous permettre de jouer un peu plus dans leur zone», a poursuivi le capitaine.

Pacioretty domine toutefois McDavid dans la colonne des buts cette saison, alors que le vétéran du CH occupait en début de soirée samedi le cinquième rang des buteurs du circuit, avec 31 filets.

Video: Carey Price sur le match contre les Oilers

Soirée de retrouvailles

Les retrouvailles entre les deux meilleurs amis Pacioretty et son ancien collègue David Desharnais n'auront pas trop tardé. Échangé il y a une dizaine de jours, l'ex-numéro 51 du Tricolore jouera pour la première fois de sa vie contre l'équipe pour laquelle il a joué pendant huit ans.

Pacioretty et lui se sont vus vendredi et le capitaine du Tricolore admet qu'il sera très bizarre d'affronter un de ses meilleurs amis.

«J'étais content de le voir marquer hier (vendredi). Il a super bien joué. Ce sera un peu bizarre, mais je suis content de le voir avoir du succès… mais on espère qu'il n'en aura pas contre nous», a indiqué le numéro 67.

Video: Max Pacioretty sur le fait d'affronter Desharnais

L'Américain a expliqué que la force de Desharnais ne se voyait peut-être pas des estrades.

«En regardant les matchs, on ne voit pas les petits jeux que Davey fait. On entend des gars dire : "Les seuls joueurs qui savent que c'est un bon jeu sont les joueurs eux-mêmes." Il facilite la tâche aux autres. Il n'enverra pas une passe dans les patins si tu es seul le long de la rampe ou si tu demandes un changement. Il va envoyer la rondelle là où ce sera plus facile pour toi, a expliqué Pacioretty.

«Ça, c'est quelque chose que les gens ne voient pas. Ça ne se voit ni des estrades ni à la télé. On le voit seulement sur la glace. C'est ce que les autres joueurs aiment de Davey. Il a maintenant droit à un nouveau départ et je veux simplement le voir être récompensé», a-t-il conclu.

Le duel contre les Oilers est prévu pour 19h, heure de Montréal et sera présentée sur les ondes de RDS et Sportsnet.

En voir plus