Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq raisons pour lesquelles les Canadiens ont accédé à la deuxième ronde

par Staff Writer / Montréal Canadiens

LNH.com - La troisième fois aura été la bonne pour les Canadiens de Montréal, qui ont perdu deux matchs après avoir pris une avance de 3 à 0 dans leur série contre les Sénateurs d'Ottawa en première ronde avant de finalement l'emporter en six matchs.

Le Tricolore a amorcé la série avec trois victoires décidées par un écart d’un but seulement, dont deux en prolongation, mais n'avait pas réussi ses deux tentatives d'éliminer les Sénateurs, qui avaient une fiche de 23-4-4 dans leurs 31 dernières rencontres en saison régulière pour obtenir leur place en séries éliminatoires.

Les Sénateurs, qui sont devenus la première équipe dans la LNH à combler un déficit de 14 points d’une place en séries éliminatoires pour parvenir à s’y qualifier, ont marqué le premier but dans les cinq premières rencontres de la série. C'est enfin les Canadiens qui ont été les premiers à s'inscrire au pointage lors du match 6 grâce à un but de Brendan Gallagher en première période. Comment les Canadiens ont-ils fait pour passer à la deuxième ronde sans pourtant avoir réussi à conserver une avance de deux buts durant l’entièreté de la série, à l'exception de la dernière seconde du match décisif?

Voici cinq raisons pour lesquelles les Canadiens se sont qualifiés pour la deuxième ronde de la danse du printemps.

1. Carey Price Finaliste pour les trophées Vézina et Hart, Price était constant, calme et a bien joué lors des quatre premières parties, incluant une défaite de 1 à 0 lors du match numéro 4. Il a ensuite accordé cinq buts lors d'une défaite de 5 à 1, alors que les Sénateurs évitaient l'élimination pour une deuxième fois de suite.

Les Sénateurs pensaient peut-être avoir brisé la muraille de Price après avoir créé plus de trafic devant lui lors du match numéro cinq que sur l'autoroute Décarie à l'heure de pointe, mais c'est le gardien étoile qui a mis fin à la séquence historique d'Ottawa grâce à un blanchissage de 43 arrêts lors de la rencontre décisive de la série entre les deux équipes. Kyle Turris, Mika Zibanejad et les partisans des Sénateurs vont revoir défiler les arrêts de Price dans leurs esprits durant tout l'été.

« On ne s'inquiète jamais de la manière dont Carey Price va jouer, » a affirmé l'attaquant Max Pacioretty. « C'est rafraichissant d'avoir un gardien comme lui. Ça te permet de te concentrer sur ton jeu car tu n’as pas à t’en faire pour lui. Il est présent à tous les matchs. Il est le meilleur joueur que j’ai vu et ça a paru dimanche. »

2. Ténacité – La seule fois dans la série où les Canadiens ont marqué le premier but était lors du match 6, ce qui s’est avéré payant, ce but étant le seul du match jusqu’à la toute dernière seconde. Les Canadiens ont dû effectuer une remontée lors des trois premières rencontres et chasser Andrew Hammond de son poste alors qu’il était le gardien de l’heure dans la LNH lors du début des séries éliminatoires. Dale Weise a battu Craig Anderson à deux reprises dans une victoire de 2 à 1 en prolongation pour donner une avance de 3 à 0 aux Canadiens dans la série, puis Anderson est devenu à son tour le gardien de l’heure des séries, menant les Sénateurs à deux victoires consécutives pour éviter l’élimination. Les Canadiens ont tenu le coup et le but de Gallagher lors du sixième match a été le seul dont a eu besoin Montréal alors que Price a eu le dessus sur Anderson pour remporter la série.

« C’est une équipe très dangereuse », a avoué Gallagher. « C’est une très bonne équipe de hockey. En regardant ce qu’ils ont fait lors de la deuxième moitié de la saison, ils feraient peur à n’importe qui, et de notre côté, nous avons gagné des matchs qui étaient très serré. Je crois que c’est ce qui a fait la différence. Nous augmentions notre intensité, et si c’était un match avec un écart d’un but, nous arrivions à trouver une manière de gagner ces matchs. Je crois que ça démontre le caractère qu’il y a dans ce vestiaire, de voir qu’il y a une zone de confort à être dans cette situation assez de fois pour savoir que les gars vont faire le travail. »

3. Désavantage numérique – Cela pourrait sembler étrange, considérant le pourcentage d’efficacité de 75% du désavantage numérique des Canadiens durant la série, mais il s’est avéré efficace aux bons moments et les Canadiens menaçaient toujours de marquer même avec un patineur de moins. Le but en désavantage numérique inscrit par Lars Eller durant le premier match de la série a cassé l’impact et le momentum des deux buts inscrit par les Sénateurs durant un avantage numérique de cinq minutes suite au geste de P.K. Subban envers Mark Stone. En plus du but, les Canadiens ont eu différentes autres opportunités alors qu’ils évoluaient en désavantage numérique, notamment une sensationnelle chance de marquer en échappée de Brandon Prust lors du quatrième match, une défaite de 1-0 des Canadiens. Suite au retour de Max Pacioretty pour le deuxième match, les Canadiens ont écoulé 10 des 11 avantages numériques des Sénateurs lors des quatre rencontres impliquant le moins de buts.

« Ça a été un gros facteur toute la saison », a expliqué Price. « Nos joueurs sur le désavantage numérique font un excellent travail pour se placer dans les lignes de tirs. Ils sont prêts à sacrifier leur corps et à faire tout ce qu’il faut pour empêcher la rondelle d’aller dans le filet. »

4. Profondeur à la ligne bleue – Les Canadiens ont débuté les séries avec neuf défenseurs en santé. En plus de ses trois paires régulières, l’entraîneur-chef Michel Therrien avait l’option d’insérer les vétérans Sergei Gonchar et Mike Weaver si nécessaire, en plus de la recrue Greg Pateryn, qui a joué 17 solides rencontres après avoir été rappelé d’Hamilton. Lorsque Nathan Beaulieu s’est blessé lors du troisième match de la série, l’empêchant de prendre part aux autres rencontres, Therrien a opté pour Pateryn, qui a obtenu son tout premier point en séries en obtenant une mention d’aide lors de son deuxième match en séries. C’est également son tir qui a mené au but gagnant de Gallagher, permettant au Tricolore de remporter la série en six rencontres.

5. Marc Bergevin – Le directeur général des Canadiens, ses conseillers et son équipe de recruteurs méritent tous une mention pour avoir fourni à Therrien des acquisitions avant la limite des échanges qui ont été essentielles à la victoire des Canadiens en première ronde. Brian Flynn et Torrey Mitchell ont été des éléments cruciaux lors du match 1, et Mitchell a remporté 10 de ses 16 mises au jeu en zone défensive lors du dernier match de la série. L’attaquant Devante Smith-Pelly compte 22 mises en échec lors de la première ronde et Jeff Petry était le défenseur le plus constant des Canadiens durant l’entièreté de la série.

- Sean Farrell – Correspondant pour LNH.com. Traduit par canadiens.com

En voir plus