Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: Match #6

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Réservé aux Canadiens : Remporter une série quatre matchs à deux, lorsqu’il est question d’un rendez-vous printanier Canadiens-Bruins, est une exclusivité du Tricolore depuis le début de la rivalité entre les deux équipes. Alors que les Canadiens ont éliminé Boston quatre fois en ayant besoin de six matchs, les Bruins n’ont jamais réussi à éliminer la formation montréalaise en six rencontres. Les quatre fois où l’occasion s’est présentée, le Tricolore a signé la victoire lors du 6e match chaque fois pour forcer la présentation d’un match numéro 7, match qu’ils ont éventuellement remporté à trois reprises pour envoyer les oursons en vacances.


Être les premiers? Non, merci! : S’il est avantageux d’arrivés dans bon nombre de choses, les Canadiens ne voudront certainement pas être les premiers dans ce domaine spécifique : être la première équipe à perdre une avance de 2 à 0 contre les Bruins. Lors des 26 premières fois au cours de leur histoire où les Bruins ont vu l’adversaire remporter les deux premiers matchs d’une série, la formation bostonienne a subi l’élimination à chaque occasion.

En souvenir de 2010 : Pour la troisième fois en deux ans, les Canadiens feront face à l’élimination devant leurs partisans lors d’un sixième match présenté au Centre Bell. L’an dernier, le Tricolore avait défait les Caps 4 à 1 lors du match 6 avant de l’emporter deux jours plus tard à Washington. Puis, deux semaines plus tard, la troupe de Jacques Martin avait joué le même tour aux Penguins, remportant le match numéro 6 à domicile par la marque de 4 à 3 avant d’envoyer Sidney Crosby et sa bande en vacances le 12 mai à Pittsburgh.

Bourreau de travail : Après avoir été utilisé pendant 40 minutes et 43 secondes lors du 5e match de la série, P.K. Subban a été utilisé en moyenne, après  cinq matchs, 29 minutes et 32 secondes par son entraîneur-chef. Le défenseur de 21 ans devance ainsi les arrières des Bruins Zdeno Chara et Dennis Seidenberg. Hal Gill le suit chez les Canadiens avec une utilisation moyenne de 25 minutes et quatre secondes.

Sortir de sa coquille: Disputant son 89e match dans la LNH samedi soir à Boston – saison éliminatoire et séries éliminatoires confondus – Lars Eller a franchi le cap de la vingtaine pour la première fois de sa jeune carrière en terme de minutes d’utilisation au cours d’un match. En plus de distribuer six mises en échec au cours de la rencontre en 21 minutes et 43 secondes - un autre sommet personnel - l’attaquant Danois de 21 ans en a profité pour préparer la table sur le but de Jeff Halpern et ainsi récolter un deuxième point en trois matchs à Boston.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com


À VOIR ÉGALEMENT:
Un duel épique
Le jeu des chiffres - 23 avril 2011
Sommaire
Échos de vestiaire
Faits saillants

En voir plus