Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir : Match 5

par Staff Writer / Montréal Canadiens
On veut se revoir lundi! Lorsque les joueurs des Canadiens ont quitté la glace du Centre Bell mercredi soir, ils n’avaient aucunement l’intention de faire leurs adieux à leurs partisans pour la saison 2009-2010. Pour la 14e fois de son histoire, le Tricolore fait face à l’élimination lors d’un cinquième match, la dixième fois de suite sur les glaces adverses depuis 1950. En six occasions, les Canadiens sont parvenus à forcer la présentation d’un septième match, dont en 2004 lorsqu’ils ont renversé les Bruins en sept rencontres.


Dans le même bateau : Tant les Sabres, les Devils et les Sénateurs sont dans le même bateau que les Canadiens : ils tirent tous de l’arrière 3-1 dans leur série respective portant ainsi à 238 le total de séries quatre-de-sept dans l’histoire des séries de la coupe Stanley qui ont pris cette allure. Combien de séries ont vu le vent tourner alors que les trois derniers matchs ont été remportés par l’équipe acculée au pied du mur? La réponse : 21 avec les Canadiens (2004) et les Capitals (2009) ayant réussi les deux derniers en renversement.

Passe-la à Pleky/Cammy/Bergy! Avec chacun quatre buts gagnants en saison régulière, aucun joueur des Canadiens n’a été plus opportuniste que Tomas Plekanec, Michael Cammalleri et Marc-André Bergeron en 2009-2010. Comme Pleky l’a prouvé en prolongation lors du premier match,  lorsque le match est en jeu, il y a définitivement de pires joueurs à qui passer la rondelle.

Prendre possession : Le cercle des mises en jeu n’est pas jusqu’ici la tasse de thé des joueurs des Canadiens depuis le début de la série. Les hommes de Jacques Martin ont jusqu’ici été surclassés par ceux de Bruce Boudreau, ne remportant que 40,2% des duels. Parmi les centres réguliers, le vétéran Dominic Moore est celui qui s’est tiré le mieux d’affaire avec un taux d’efficacité de 48,7%.

Les murs : Roman Hamrlik et Hal Gill sont plus que défenseurs, ils jouent le rôle de véritable second gardien. En quatre matchs, ils ont chacun bloqué 15 lancers, un sommet dans les séries. Montréal vient d’ailleurs en tête de lice avec 99 tirs bloqués depuis le début de la série.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
Concours - Gagnez le bâton d'Andrei Kostitsyn
Donner un pouce, prendre un pied
Le tout pour le tout 
Le Tricolore dans l'eau chaude 
Le jeu des chiffres - 21 avril 2010 
En voir plus