Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: match #4

par Staff Writer / Montréal Canadiens

UNE ASCENSION DIFFICILE: Les Sénateurs sont passés à l’histoire en comblant un deficit de 14 points pour s’assurer d’une place en séries éliminatoires, mais s’ils veulent espérer passer la première ronde, ils devront se battre contre des probabilités encore moins généreuses. Seulement quatre équipes dans l’histoire de la LNH ont été en mesure de revenir d’un déficit de trois matchs dans une course au meilleur de sept. Cette liste inclut les Maple Leafs de 1942, les Islanders de 1975, les Flyers de 2010 et les Kings de 2014. Ce qui rend la tâche encore plus difficile pour Ottawa? Carey Price n’a pas encaissé quatre défaites de suite depuis janvier 2014.

WEISE POUR LA VICTOIRE : Quand il est question de marquer des gros buts, peu de joueurs sont aussi efficaces que Dale Weise. En 25 matchs éliminatoires, le robuste ailier a marqué cinq buts, dont trois buts gagnants. Après avoir marqué l’ultime but en prolongation dans le match 3, Weise se retrouve au second rang de l’équipe, devancé seulement par Sergei Gonchar et ses sept buts gagnants en 141 matchs. Il se retrouve devant Tomas Plekanec (2), Andrei Markov (2), Max Pacioretty (2) et Alex Galchenyuk (2).

PHYSIQUE, OUI. MAIS À QUEL PRIX?: Les Sénateurs ont vraiment décidé d’y aller d’un style robuste dans le match 3 de la série, avec 61 mises en échec, contre seulement 36 pour les Canadiens. Ayant décerné plus de mises en échec que n’importe quelle autre équipe jusqu’ici en séries, en comptant 158 en trois matchs, les Sénateurs ont tenté d’adopter l’approche physique, en quête d’une première victoire. Malheureusement pour Ottawa, le nombre de mises en échec ne garantit pas nécessairement la victoire. D’ailleurs quatre des cinq meilleures équipes de la LNH à ce chapitre pendant la saison régulière ne participent pas aux séries éliminatoires.

DES AILES, EN DIRECT DE BUFFALO: Avant le début des séries 2015, la plupart des poolers n’auraient pas prédit que deux des nouvelles acquisitions des Canadiens allaient mener l’équipe au chapitre des points, le printemps venu. Arrivant d’une organisation qui a terminé au dernier rang de la LNH au chapitre des buts marqués en 2014-2015, les anciens attaquants des Sabres Torrey Mitchell et Brian Flynn se sont rapidement adaptés à leur nouvel environnement. À égalité avec P.K. Subban au sommet des pointeurs des Canadiens avec un but et deux mentions d’aide, Mitchell et Flynn sont également à égalité avec un certain Sidney Crosby et un certain Patrick Kane, lorsqu’il est question de production offensive. En plus, Mitchell est au deuxième rang de la LNH avec un différentiel de plus-4 jusqu’ici.

LA PATIENCE EST UNE VERTUE: Accorder le premier but chaque soir n’est peut-être pas une recette pour le succès, mais de rester calmer et concentré lorsque c’est le cas, ça en fait partie. Même si les Sénateurs ont marqué les premiers lors des trois premiers matchs contre les Canadiens jusqu’ici dans la ronde 1, c’est Montréal qui mène la série 3 à 0, grâce à l’attitude patiente et fonceuse qui a caractérisé l’équipe en 2014-2015. Et les Sénateurs ne sont pas seuls. Les Jets de Winnipeg ont également marqué les premiers dans chacun de leurs matchs, tirant également de l’arrière 3 à 0, preuve que l’important, ce n’est pas comme tu commences, mais bien comment tu finis.




VOIR AUSSI

En finir au plus vite
Le Party DU Club est de retour!
CH à coeur – Denis Coderre
Une pause méritée
L’homme des grandes occasions

En voir plus