Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir : Match 4

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Commencer par une :  À moins d’aimer vivre dangereusement comme l’ont fait les Flyers lors de la ronde précédente contre Boston, le meilleur moyen pour passer à l’étape suivante après avoir accusé un retard de 0-2 dans une série est de remporter le troisième match. Grâce à la victoire de jeudi soir, les Canadiens ont amélioré leur fiche à 11 victoires et neuf défaites en pareilles circonstances, eux qui, rappelons-le, détiennent la marque pour avoir effacé le plus grand nombre de fois un déficit de 0-2 dans l’histoire de la LNH avec cinq.


P.K. retrouve ses ailes : Tenu au silence, comme le reste de l’équipe, lors des deux premiers matchs de la série, P.K. Subban a pris son envol lors du troisième match contre les Flyers. Le volubile défenseur de 21 ans s’est fait complice des trois de cinq filets des siens, portant son total à sept points en 12 rencontres éliminatoires pour se hisser au deuxième rang des pointeurs chez les recrues dans les séries 2010. Il n’est devancé que par la « recrue de 26 ans » des Flyers, Ville Leino, qui a récolté 11 points jusqu’ici ce printemps.

Quand tout le monde est là!: Si le jeu de puissance a sorti le Tricolore dans l’embarras plus d’une fois cette saison, le jeu à forces égales ce printemps donne des lettres de noblesse à l’attaque des Canadiens. Jeudi soir contre les Flyers, la troupe de Jacques Martin a inscrit quatre de ses cinq buts à cinq contre cinq. Il s’agissait de la 15e fois cette saison que le Tricolore inscrivait quatre buts ou plus à forces égales au cours d’un match. Le résultat : une fiche de 13 victoires et deux défaites, dont une prolongation.

Soirée de rêve : Devant remplir une partie des gros souliers d’Andrei Markov, Roman Hamrlik était partout sur la patinoire jeudi contre les Flyers. Le vétéran de 18 saisons a passé 23 minutes et 6 secondes sur la patinoire, le défenseur le plus utilisé par Jacques Martin, concluant sa soirée de travail avec deux mentions d’aide, la première étoile du match, une bagarre contre Scott Hartnell et un impressionnant différentiel de +4. Il s’agissait de la septième fois de sa carrière qu’il terminait une rencontre avec une telle fiche dans la colonne des plus/moins, sa deuxième dans l’uniforme du Tricolore.

Tenter sa chance : Surclasser l’adversaire dans la colonne des tirs n’avait pas été la recette du succès des Canadiens depuis le début des séries. Les cinq premières fois où ils avaient eu le meilleur au chapitre des lancers, ils étaient retournés bredouilles dans le vestiaire à la fin de la rencontre. Mais on ne peut pas marquer si on ne lance pas au filet, n’est-ce pas? Le Tricolore l’a compris jeudi en mitraillant Michael Leighton de 38 tirs, provenant de 15 joueurs différents, pour dominer un match dans la colonne des buts et des tirs pour la première fois des présentes séries. On ressaie samedi juste pour voir?

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

À voir également:
Fidèle au poste
Les Canadiens montrent leurs couleurs
Des buts, vous en voulez? 
Centrale des séries
En voir plus